Magazine Culture

Desperate Housewives épisode 4x14 “Opening Doors”

Publié le 05 mai 2008 par Red

dh_1 dh_2 dh_3

dh414

Je sais pas vous mais les épisodes de transition de Desperate Housewives à ce stade de la saison me saoulent. Aucune intrigue n'est intéressante dans cet épisode, on assiste encore à un remplissage global qui plombe franchement la qualité de cette saison qui aura définitivement connu des hauts et des bas. Quelle est l'intention des scénaristes ? DH est-elle devenue un divertissement sans profondeur et routinier ? Non franchement je me pose toujours ces questions après 4 ans d'existence. Décidemment, l'ambition des scénaristes aura changé chaque année. De manière plus concrète, DH essaie de jouer sur la crédibilité dans cet épisode en rationnalisant des faits qui sont tirés par les cheveux et évidemment, ça ne marche pas parce que c'est pas logique.

Guess what, mettre le feu au resto de Rick n'était pas l'idée des jumeaux mais celle de Kayla, personnage qu'on ne voit accessoirement plus depuis le 411 où elle s'endormait à l'église. Sa dernière réplique remonte sûrement à un épisode de la saison 3. Ils ont même pris l'effort de nous le rappeler dans le previously on Desperate Housewives que c'est la fille de Tom qui ne s'entend pas bien avec Lynette pour ceux qui auraient oublié tellement ça remonte. C'est mal joué, c'est mal écrit, inintéressant et pas crédible. La série nous offre encore des passages sans intérêt comme celle chez le thérapeute ou quand Kayla propose aux jumeaux de se jetter du haut du toit de leur maison. Ca frise le ridicule et comme dit en intro, voir Tom et Lynette rationnaliser sur une incohérence et un retournement de situation tiré par les cheveux, c'est drôle donc pas crédible et mal géré.

Gabrielle héberge une inconnue chez elle et au vu des différents hommes qui traversent sa porte, elle prend l'hébergée pour une prostituée. Donc histoire qu'on ne les mettent pas de côté, Bob et Lee (le couple gay à la fontaine détruite très certainement dans la tornade) bénéficient de deux scènes baclées où Gabrielle demande une faveur à un des deux, de charmer sa colocataire mais celle ci le prend mal parce que, guess what, elle n'est pas une prostituée. Prévisible au possible. Et pour encore plus plonger dans le prévisible, la coloc' de Gaby (et Carlos) cache un secret. Inintéressant, prévisible, pas drôle et... ah oui, remplissage.

Susan et Mike se rendent à un truc de couple et guess what, ils y trouvent Karl et sa fiancée. Pour ceux qui ont déjà visionné la bande annonce de l'épisode (dont moi) avant sa diffusion, ce n'est évidemment pas une surprise. Mais si je n'y avais pas jetté un oeil, j'avoue que j'aurais été bien surpris. Mine de rien, on tient là l'intrigue la plus intéressante de l'épisode car on prend le soin d'éviter les clichés et il y a quelques idées intéressantes. Mais globalement, cette manie qu'a la série de baser une intrigue complète sur un détail sans importance (en l'occurence, Susan qui veut prouver à son ex que sa vie actuelle est géniale alors qu'elle ne l'est pas) est plutôt déplaisante mais souvent dans cette saison, on part d'un truc discret pour traiter un point intéressant plus au moins lié à la psychologie d'un personnage donc c'est pas de refus. Etrangement, Susan bénéficie de bonnes intrigues pour ces épisodes de post-grève et j'en suis plutôt ravi.

Orson quitte donc l'appart de Bree et se retrouve seul et ivre au bord de la route, demandant à Bree de l'aider à exécuter un plan qui consisterait à prendre la preuve de la somnambulance de ce dernier pour justifier son crime. Bree refuse (étonnant) et guess what, Edie passait par le coin et l'héberge. Elle nous offre quelques bonnes répliques mais globalement l'intrigue est peu passionnante. Bref, mes attentes positives en ce qui concerne le personnage de Bree sont gommées le temps de quelques minutes et on retrouve le personnage sous un aspect comique qui commence réellement à m'exaspérer. C'est pas naturel et ça ne lui convient pas du tout.

Je crois que c'est officiel. Le mystère n'est plus intéressant du tout. Autant j'avais encore un peu d'espoir pour que ce fil rouge me rende accro mais là on assiste encore à des scènes déjà vues de l'épisode précédent, on joue sur tous les possibles clichés que cette intrigue peut donner et le pire c'est que la série ne l'assume pas. C'est forcé, pas crédible et Katherine devient gênante. Desperate Housewives joue beaucoup trop sur les extrêmes sans jamais poser le doigt juste où il faut. Soit on mise complètement sur la comédie, soit, d'un autre côté, on mise sur le mystère à deux balles pas crédible pour un sou ou les facilités et surenchères qui déteignent sur le script. Dana Delany m'insupporte. Le suspense n'est pas là à cause de la mauvaise écriture et du mauvais jeu des acteurs et de la naïveté qui rend le personnage de Dylan complètement caricatural sans trait de caractère personnel.

En bref : On retombe dans l'inutile, le mal écrit et l'inintéressant. Les scénaristes n'ont visiblement pas capté le fait qu'il leur reste que quelques épisodes restants avant de poser le dernier point de cette longue et bancale quatrième saison. Seule l'intrigue de Susan reste plaisante à suivre (et encore), le reste jongle entre clichés, remplissage, mauvais jeu d'acteur ou tout simplement mauvaises idées. C'est désolant.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par angie
posté le 07 mai à 20:30
Signaler un abus

Moi, au contraire j'ai adoré cet épisode même si ce n'est pas le meilleur de la série je l'ai trouvé vraiment sympa <3

A propos de l’auteur


Red 41 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte