Magazine

Archives.De quoi s'agit-il ? (2)

Publié le 15 avril 2008 par Florencemorette
  1. On peut en ce sens élargir la notion d'archives d'entreprises en y ajoutant des produits mais également les machines de production et outils...qu'il convient de conserver dans les meilleurs conditions. Dans ce cadre il existe un programme national de sauvegarde et de valorisation du patrimoine scientifique et technique contemporain avec entre autre interllocuteur, le musée des arts et métiers (CNAM) à Paris, véritable conservatoire du patrimoine de la recherche industrielle et des appareils scientifiques et techniques. Effectivement ce matériel tend é être renouveller régulièrement et à disparaître par destruction, vente des matières premières...


En effet les objets scientifiques et techniques représentent un savoir-faire et sont les témoins de la société dans laquelle ils ont été élaborés.
Il convient donc de les replacer dans le cycle d'innovation qui les a fait naître, afin de faire valoir les ingénieurs, les laboratoires et les entreprises qui ont contribuée à leur création.


2. On peut également élargir la notion d'archive aux sources sonores avec entre autre la préoccupation de l'ANATEC (Archives Nationales Audiovisuelles du Travail et des Entreprises situées au Creusot) qui organise depuis plus de 15 ans un Festival de la Communication Audiovisuelle des Entreprises. L'ANATEC a pour mission de préserver la mémoire industrielle par le biais des archives audiovisuelles. Elle rassemble à ce jour plus de 7000 fiches de films. Et son festival réunit chaque année, les intervenants du secteur de l'audiovisuel et des multimédias: responsables de la communication, producteurs, chefs d'entreprises, représentants des institutions, il permet de découvrir un vaste panorama de réalisations,un " miroir " des entreprises. (voir leur site web)
l'histoire des entreprises
L'histoire d'entreprises existe depuis les années 50 aux Etats-Unis mais n'a émergé en France que plus récemment avec l'intérêt de grandes entreprises souvent classées au CAC 40. La plupart de ces grandes entreprises ont d'ailleurs en leur sein un musée d'entreprises et des services d'archives très structurés (.Air France, AGF, Arcelor, sanofi, Banque de France, EDF-GDF, France télécom, La Poste, Renault, Saint-Gobain, SNCF....) Si les entreprises ouvrent leurs archives et consacrent de gros budgets, on peut considérer que ce n’est pas innocent, elles y trouvent des retombées :
- puiser dans sa mémoire et ses racines historiques pour trouver son identité,
- sa culture d’entreprise ;
- prouver au monde sa capacité à durer ;
- facilitent la compréhension des subtilités de certaines décisions passées et constituent un outil de réfléxion pour les choix futurs, voir des éléments pour construire une stratégie
- certains y trouveront les clés d'un problème social,
- justifier l’abandon d’un produit ou, à l’inverse, son lancement ;
- faire évoluer ses logos publicitaires ou concevoir des plaquettes d'informations
- se présenter comme nouvel opérateur sur le marché et aussi,
-" faire passer la pilule " auprès du personnel en cas de changement important.
L'ensemble des archives permet d'avoir une vision générale de l'histoire, de la création, des inventions, et innovations d'une entreprise qui peuvent agir sur le management d'une entreprise.

Les documents originaux servent de preuves.
Ce sont de véritable pense-bête pour les références, les prix et les produits, ces documents sont une mine pour constituer des séries statistiques, ou remettre au goût du jour la recette d'un produit oublié et de lui donner une seconde vie.D'où la nécessité de conserver l'histoire de la production et les « recettes »
Il peut s'agir d'un objet rare par exemple des prototypes n'ayant jamais été utilisés et qui attestent d'une réflexion élaborée dans un domaine précis, ou d'objets beaucoup plus courant tels qu'une cafetière qui représente toutefois une avancée fondamentale ou des objets utilisés à des fins très spécifiques. D'où l'importance de réaliser des inventaires.
Les factures, les devis et les courriers avec les clients permettent de lister les réalisations, les durées de réalisation, les tarifs des prestations, les problèmes rencontrés, les remarques...


Un atout économique majeur :
Concrêtement une entreprise spécialisée en électricité qui aurait réalisé l'installation électrique d'une structure et qui conserverait les plans d'aménagement serait plus compétitive pour une réintervention 10 ou 15 ans plus tard, car sa connaissance du terrain et du circuit lui permettrait une intervention plus rapide et moins couteuse pour le client. Sans ses plans elle se retrouve alors à égalité avec ses concurrents.

(document iconographique : archives municipales de Thouars, décret du maire de 1811 et la publicité "Meubles Morin" du Bulletin municipal de Thouars / archives départementales, annuaire 1922)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florencemorette 11 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte