Magazine

Mes sottises

Publié le 06 mai 2008 par Dunia

Mal de crâne

Mauvaise sangria

Mercredi passé, alors que je courais de supermarché en hard discounter, chez un soldeur allemand j’ai repéré, dans des briques d’un litre, de la sangria à 1,50 francs, autrement dit bien meilleur marché qu’un berlingot de jus d’orange. Me suis souvenue des bons moments passé à boire du mauvais cocktail espagnol, acheté pour trois fois rien, avec une amie qui se reconnaîtra. Personnellement j’estime qu’une sangria de qualité se prépare dans les règles de l’art à la maison, mais comme je suis généralement paradoxale, sous prétexte de revivre les sympathiques rencontres avec ma copine, ainsi que pour me récompenser de ma dure journée soldesque, j’ai balancé la brique de vin sucré dans mon panier. Boire un peu de douce vinasse ne pouvait nuire à une gaillarde comme moi, rompue aux drogues, aux alcools et aux fêtes qui dégénèrent. Bon d’accord, c’était il y a longtemps. Là je mène une vie sobre et monacale. Une existence presque saine au point de ne plus me reconnaître! Grands dieux! Fallait retrouver mon moi d’origine en remédiant à tant de sainteté avec un petit coup de sangria!

Arrivée à la maison, j’en ai bu un peu sans excès. Elle était chaude. Pas très bonne. Je l’ai mise dans le frigo puis oubliée. Hier soir, mourant de soif, au moment de bouillir de l’eau pour une tisane, je me suis souvenue de la sangria. Déjà déshydratée, j’en ai avalé deux verres coup sur coup, comme j’aurais bu de la limonade. Fraîche, elle descendait bien! Avec ses 7% d’alcool, je n’ai pas éprouvé d’ivresse. Juste une vague lourdeur de jambes. Cependant, une heure après cette rapide consommation, j’avais l’impression que mon crâne, enserré dans une machinerie barbare, se fendait. Malgré les quantités d’eau bues pour pallier à l’effet de la déshydratation, je me suis endormie avec d’horribles créatures creusant des tunnels dans ma tête et ma mâchoire. A mon réveil, elles foraient encore! Après un litre de thé et deux aspirines, je suis en train d’en venir à bout, mais c’est cher payer pour deux verres de sangria qui ne m’ont même pas envahis d’agréable ivresse!

Bien fait pour ma tronche! Ça m’apprendra à boire seule!

*Le mal de tête, lorsqu’on consomme des boissons alcoolisées, vient de la déshydratation provoquée par l’alcool. Un autre jour j’expliquerai comment éviter au maximum les petits nains un lendemain de fête. En principe ça marche, à moins que l’alcool ingurgité, comme cette horrible sangria, soit vraiment de très mauvaise qualité ou que l’on ai fait trop de mélanges!

Wayne Martin Belger

Depuis hier soir, mon crâne pourrait être celui-là! A part ça, grâce à cet fichue sangria, j’ai découvert un artiste photographe totalement délirant. J’adore! Aussi étrange que cela paraisse, le crâne ci-dessus est un appareil de photo imaginé par Wayne Martin Belger . Si vous aimez l’art, les bizarreries, la photographie et les objets insolites, cliquez sur son nom pour voir son site.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dunia 33 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte