Magazine Rugby

McCaw & Carter : la relève arrive

Publié le 25 octobre 2013 par Sudrugby

Richie McCaw et Dan Carter sont deux des plus grands All Blacks de tous les temps. L’un son capitaine emblématique – celui qui a remporté le plus de victoires en tant que capitaine avec les Blacks, chose qui s’applique d’ailleurs au rugby en général – l’autre, son meilleur réalisateur (1411 points à ce jour, série en cours). Ce sont tous deux des références mondiales à leur poste respectif et des modèles pour les générations à suivre.

Richie McCaw Daniel Carter All Blacks New Zeland Nouvelle Zélande Canterbury Crusaders

McCaw et Carter, éternels coéquipiers. Si éternels que cela?

Ce sont clairement les deux All Blacks qui ont le plus marqué la dernière décennie, mieux, l’ère professionnelle à elle seule. Demandez à un passant dans la rue de donner le nom de deux All Blacks actuels. S’il en est capable, il vous répondra Richie McCaw et Dan Carter. Cela va de soi. Ils cumulent à eux deux cinq trophées de meilleur joueur du monde IRB. Le tout en sept ans. Joueurs au sein des Crusaders, McCaw et Carter ont un destin on-ne-peut-plus lié. Quand on évoque l’un, on évoque l’autre.

Mais tout a une fin. Et la fin approche. Elle pourrait avoir comme ultimatum la coupe du monde 2015 en Angleterre qui serait la quatrième pour McCaw aussi bien que pour Carter, deux joueurs qui ont émergé à l’aube de la coupe du monde 2003, on s’en souvient. Qui plus est, cela ne vous a sans doute pas échappé, les deux joueurs se sont tour à tour blessés pendant la première moitié du Four Nations. Carter a manqué l’intégralité de la compétition et McCaw n’a fait son retour uniquement pour l’ultime match. McCaw bien avant cela a pris un congé sabbatique d’une durée de 6 mois, chose assez surprenante en soi. Carter fera de même l’an prochain.

Coïncidence ? Certainement pas. Les deux blessures et les deux congés sabbatiques coup sur coup des deux leaders naturels des All Blacks sont un signe, ils marquent l’amorce de ce qui pourrait être une nouvelle ère pour les All Blacks. McCaw et Carter ne sont pas les seuls, Mealamu, Hore, Woodcock, Nonu, Conrad Smith sont autant de joueurs vieillissants. Ce n’est pas un hasard si Ali Williams a « déjà » pris sa retraite internationale. C’est bien une ère du renouveau qui pointe le bout son nez. Même si on pouvait en douter à un certain moment, McCaw et Carter ne sont pas éternels. Et un jour arrivera où tous deux seront obligés de raccrocher les crampons. Ce jour approche…

Le début de la fin ? Non, le début de la faim pour pléthore de jeunes joueurs aux dents longues qui guettent dans l’ombre de leurs idoles. L’occasion fait le larron. En piochant dans cet incroyable vivier qu’est la Nouvelle-Zélande, Steve Hansen trouvera les dignes successeurs de McCaw et de Carter. Si ce n’est pas déjà fait ! En effet, la hiérarchie semble déjà plus ou moins établie aussi bien en troisième ligne qu’à l’ouverture. Et contrairement à ce qu’on pouvait penser il y a pas si longtemps de cela, les retraites de McCaw et de Carter seront bien amorties, pas de soucis à se faire. Elle est loin la « McCaw-dépendance » ou la « Carter-dépendance »… L’occasion, à savoir le contexte de blessures et de congés sabbatiques dans lesquels s’inscrivent tour à tour McCaw et Carter était trop belle. Panorama des forces en présence et de la relève de McCaw et de Carter, à deux ans de la coupe du monde 2015.


La relève de Richie McCaw (32 ans, 1m87, 106 kg, 120 sélections)

Sam Cane Chiefs All Blacks

Sam Cane

1. Sam Cane (21 ans, 1m89, 104 kg, 13 sélections)
L’élu, c’est lui. Il marche clairement sur les pas de son idole. Sélectionné chez les Blacks à 20 ans, Sam Cane a profité des absences à répétition de son aîné pour devenir par sept fois titulaire. Et pour succéder à McCaw le staff des Blacks ne s’y est pas trompé, Cane possède un profil plus que similaire. Plutôt grand, longiligne, Cane est de la même façon gratteur confirmé, gros plaqueur (17.2 par match pendant la saison régulière du Super Rugby), inoxydable, systématiquement au soutien et à moindre mesure un joueur plutôt à l’aise ballon en main. Un ersatz de McCaw en somme. On ne pouvait rêver mieux pour palier le futur retrait du capitaine kiwi. Aussi providentiel soit-il, Cane a cependant légèrement baissé en régime cette année par rapport à ses deux saisons précédentes. Et c’est désormais à lui d’assumer le poids de la concurrence qui ne cesse de pointer le bout de son nez…

Matt Todd Canterbury Crusaders All Blacks

Matt Todd

2. Matt Todd (25 ans, 1m85, 104 kg, 2 sélections)
Ce devait être lui, et personne d’autre. Annoncé depuis maintenant cinq saisons comme le successeur avant l’heure de Richie McCaw, Matt Todd a quelque peu déçu et n’a su relever la hauteur du défi qui l’attendait. Comprenez, sa progression s’est révélée moins ascendante que prévu. Et au final, il a vu Sam Cane débouler sous son nez alors que la place de n°7 chez les Blacks lui était promise… Plus rugueux qu’un Cane ou qu’un McCaw, « Matty » a davantage un profil de n° 6/7 que d’openside flanker pur, racé. Il reste néanmoins très complet : gratteur, plaqueur (il tournait à 15 plaquages par match cette saison en Super Rugby), disponible dans le jeu courant mais aussi leader de combat. Tellement complet qu’il a réalisé un meilleur Super XV que son concurrent Cane et de loin son meilleur. Et loin d’être un hasard, il a honoré sa première cap avec les Tout-Noirs. Preuve que la roue peut encore tourner.

Ardie Savea Wellington Hurricanes All Blacks

Ardie Savea

3. Ardie Savea (20 ans, 1m90, 89 kg, 0 sélection)
La nouvelle bombe en troisième ligne down under. Révélation cette saison en Super Rugby, Ardie Savea n’en finit plus d’épater la galerie cette saison aussi bien en ITM Cup avec Wellington qu’avec les Baby Blacks lors de la dernière coupe du monde des -20 ans. Ses stats lors de son tout premier match parlent pour lui : 21 plaquages pour 1 manqué, 10 courses balle en main, 3 ballons grattés et 1 off-load. S’il ne compte que trois matchs en Super Rugby – la faute à Jack Lam et Karl Lowe – Savea est l’autre openside flanker vraiment crédible pour succéder à McCaw. Et contrairement à Cane et Todd, Savea offre un profil complètement différent, à la Michael Hooper : explosif avant tout. Il n’en reste pas moins un fetcher performant, un bon plaqueur et un coureur monstre. Si Savea paraît être un vrai spécialiste du poste compte tenu de ses caractéristiques, sa panoplie technique en attaque lui permet également de jouer n°8. Reste à savoir si le staff des Blacks préférera un Cane ou un Todd plus « classique » à ce Savea, véritable lion en cage. Déjà sélectionné par 6 fois avec les All Blacks Sevens, Savea a frôlé une nomination dans le squad pour les tests de novembre. Cela ne devrait pas tarder.

Luke Braid Auckland Blues All Blacks

Luke Braid

4. Luke Braid (25 ans, 1m92, 100 kg, 0 sélection)
Passé par toutes les sélections de jeunes en Nouvelle-Zélande, Luke Braid a vraisemblablement loupé le coche pour intégrer celle des All Blacks, les vrais. Vraisemblablement. Car si le niveau de jeu du leader des Blues s’avère très bon, il reste néanmoins en-deçà de celui d’un Cane ou d’un Todd. D’autant plus qu’à 25 ans, sa marge de progression reste minime, à priori. Braid est donc condamné à booster son niveau de jeu s’il veut devenir le McCaw du futur, dans le sillage de son année 2008 exceptionnel qui l’avait vu être nommé meilleur joueur IRB des -20 ans. Il resterait autrement un All Black par intermittence, à l’instar de son frère Daniel. « Chasseur » d’exception, puissant ballon en main, bon plaqueur, gratteur confirmé, Braid joue également un rôle clé dans le soutien. Un McCaw bis en somme, mais en moins bon. Ses stats de plaquages le montrent : quand un Sam Cane tourne à plus de 17 plaquages par match, Braid est à 13,1. Le cadet des Braid mesure donc le chemin qui lui reste à parcourir pour avoir une chance de revêtir le maillot à la fougère d’argent durablement.

Lee Allan Otago All Blacks

Lee Allan

5. Lee Allan (22 ans, 1m90, 103 kg, 0 sélection)
D’accord John Hardie (Highlanders), Scott Fuglistaller (Rebels), Karl Lowe (Hurricanes), Shane Christie (Highlanders), Calum Gibbins (Hurricanes) ou bien Brendon O’Connor (Blues) sont tous sans conteste de meilleurs joueurs au jour d’aujourd’hui que Lee Allan, modeste flanker d’Otago. Mais ils ont tous 25 ans au moins, âge à priori rédhibitoire dans la course à la succession de McCaw, d’autant plus que ces joueurs ne sont pour la plupart pas titulaires en Super Rugby. Et arrivé à ce stade dans la hiérarchie – c’est-à-dire derrière Cane, Todd, Savea et Braid – seul Allan, 22 ans, peut encore prétendre succéder à Richie McCaw. Dans le lot, c’est bien lui qui possède la marge de progression la plus importante et qui pourrait pourquoi pas renverser une hiérarchie étonnamment bien établie. C’est aussi simple que cela. Si comme on l’a dit, Lee Allan reste un joueur « modeste », ses belles performances du côté de Dunedin depuis deux saisons pourraient à terme lui faire intégrer un squad de Super Rugby. Et ce pourquoi pas dès cette année par le biais des wider training groups, squads élargis des franchises néo-zeds. Lee Allan a pour atout premier d’être un formidable plaqueur. Affaire à suivre donc.

N.B : TJ Ioane (Highlanders) voire Brad Shields (Hurricanes) actuellement n°6 ou 8 pourraient compte tenu de leurs caractéristiques de jeu prétendre à un repositionnement en n°7. Auquel cas ils pourraient à terme postuler à une place de titulaire chez les Blacks. Cette hypothèse semble il est vrai compromise mais sait-on jamais.

La relève de Dan Carter (31 ans, 1m78, 94 kg, 97 sélections)

Aaron Cruden Manawatu Chiefs All Blacks

Aaron Cruden

1. Aaron Cruden (24 ans, 1m75, 82kg, 24 sélections)
Le monde entier a découvert ce petit ouvreur fragile en finale de la coupe du monde 2011, du côté d’Auckland à l’Eden Park. Il l’avait quitté quasi aussitôt, Cruden étant sorti prématurément en cours de match, blessé gravement. Depuis Cruden a mûri, beaucoup mûri. D’une image d’un ouvreur peu sûr, inexpérimenté et fébrile, Cruden s’est mué en un joueur hors-pair, professionnaliste à l’extrême et leader de jeu naturel. Il est passé du tout au rien, serions-nous tentés de dire. La preuve : d’un statut de quatrième choix bringuebalant derrière l’intouchable Carter (et respectivement Slade et Weepu), Cruden est devenu non pas la doublure de Carter mais son concurrent pour une place de titulaire. Mieux, Cruden est devenu le meilleur ouvreur du Super Rugby et même du monde… A regarder de près, la limite entre le statut de remplaçant et de titulaire se brouille. Mais les nombreuses absences de Carter ou bien de Cruden himself ont laissé la question en suspens. Il arrivera un jour où cette question ne vaudra plus la peine d’être posée…

Beauden Barrett Taranaki Wellington Hurricanes All Blacks

Beauden Barrett

2. Beauden Barrett (22 ans, 1m87, 92 kg, 14 sélections)
Beauden Barrett aurait très bien pu être le futur Dan Carter. Même style de jeu, même talent précoce. Juste au pied (notamment dans son jeu au pied de pression), bon passeur, joueur d’instinct et surtout formidable joueur de ballon (exactement comme Carter), Barrett a tout pour plaire. Mais c’était sans compter sur Cruden. Qu’importe, Barrett se complait dans son rôle de doublure de Cruden, rentrant aux environs de l’heure de jeu. A dire vrai on a rarement vu un ouvreur être aussi bon impact player. A tel point que le blog Planet Rugby en a même fait son meilleur ouvreur du Four Nations. En attendant une possible place de titulaire chez les Blacks, Barrett continue de mener l’attaque des Hurricanes avec brio. Il faudra pour cela élever son niveau de jeu. Mais la marge de progression de Barrett est grande. Peut-être même plus grande que celle de Cruden…

Tom Taylor Canterbury Crusaders All Blacks

Tom Taylor

3. Tom Taylor (24 ans, 1m83, 90 kg, 2 sélections)
Le numéro 3 c’est bien lui. Tom Taylor a inauguré sa première cap cet été face à l’Australie après les blessures non seulement de Carter mais aussi de Cruden et de Barrett. Une occasion en or pour débuter avec les Blacks, occasion prise et globalement réussie. Depuis, Taylor tient sa place dans le squad des Kiwis et s’envolera même pour l’Europe en vue de la tournée de novembre. Mais Taylor était loin d’être un inconnu du service pour autant. Utility back exemplaire, Taylor avait secondé Dan Carter après sa blessure pendant une bonne partie du Super Rugby 2012, relevant la concurrence imposée par Bleyendaal (on en reparlera). A tel point que lorsque Carter était de nouveau sur pied, Taylor avait gardé la charge du jeu au pied – son point fort – et surtout la position de demi d’ouverture, Carter glissant en premier centre. Le symbole était fort. Moins performant néanmoins et parfois blessé cette année, Taylor n’a pas retrouvé son niveau de l’an passé. Il reste quoi qu’il en soit un formidable ouvreur très complet (sa panoplie technique d’utility back se fait ressentir) à la marge de progression assez grande. Et un certain Dan Carter s’impose comme son mentor au sein des Crusaders…

Tyler Bleyendaal Crusaders Canterbury All Blacks

Tyler Bleyendaal

4. Tyler Bleyendaal (23 ans, 1m85, 96 kg, 0 sélection)
L’autre doublure de Dan Carter chez les Crusaders. Et encore une fois un sacré client, à l’instar de Tom Taylor. Du haut de ses 23 ans, Bleyendaal a tout du stratège confirmé : excellent au pied, buteur confirmé, passeur juste et doté d’un sens de l’alternance remarquable. En deux mots, sobre et efficace. Pas impressionnant pour deux sous, Bleyendaal mène simplement mais avec brio l’attaque de Canterbury en ITM Cup, mais aussi celle des Crusaders par intermittence et ce étonnamment bien (c.f le match Stormers-Crusaders de cette saison où Bleyendaal avait été remarquable et remarqué). Reste à peaufiner quelques errements en défense et à étoffer sa panoplie technique en attaque, notamment dans sa capacité à attaquer la ligne d’avantage. Lui aussi possède une marge de progression conséquente et nul doute qu’il devrait apprendre aux côtés de Carter chez les Saders. Et Bleyendaal n’est pas sorti de la Christchurch Boys’ High School pour rien…

Ihaia West All Blacks

Ihaia West

5. Ihaia West (21 ans, 1m75, 84 kg, 0 sélection)
L’arriviste qui pourrait bien compétemment bousculer la hiérarchie, en grillant les étapes. Ihaia West est l’archétype totale de la pépite encore juvénile mais destinée à un avenir brillant en Super Rugby et même chez les All Blacks. Rien que ça. Et pour cause, West n’en finit plus d’affoler les défenses en ITM Cup avec ses Magpies d’Hawke’s Bay. Joueur d’instinct et d’espace, West se veut être la grande révélation de cette ITM Cup cru 2013 et l’un de ses meilleurs éléments. Et pourtant, West ne joue au rugby professionnellement que depuis août dernier. C’est dire. Mais il n’est pas arrivé à l’ouverture des Magpies par hasard, West était en effet le n°10 en chef des Baby Blacks lors de la coupe du monde en juin dernier. Tôt ou tard, West rejoindra une franchise du Super Rugby, même si cela semble juste pour cette saison étant donné le nombre d’ouvreurs kiwis en activité au profil similaire à celui de West : un joueur grandement prometteur. Mais West a justement cette fougue en attaque qui peut parfois pécher chez les autres successeurs désignés de Carter. Un arriviste on vous a dit qui a plus d’un tour dans son sac. Affaire à suivre…

N.B : Baden Kerr (Blues – 24 ans) ainsi qu’Hayden Parker (Highanders – 23 ans tout juste) peuvent eux aussi prétendre succéder à Dan Carter, mais le chemin semble encore long à parcourir et Ihaia West semble les dominer en matière de progression déjà aperçue et à venir. Le cas de Gareth Anscombe (Chiefs – 22 ans) est aussi à surveiller de très près. En tant qu’ouvreur (poste qu’il occupait auparavant chez les Blues), Anscombe aurait pu pleinement prendre place dans ce classement. Oui mais voilà, parti chez les Chiefs Anscombe est désormais barré par Cruden à l’ouverture et se voit contraint de glisser à l’arrière, poste qui lui va là-aussi remarquablement bien. Si les choses en restaient là, Anscombe pourrait prétendre à une place chez les Blacks (il s’est gravement blessé pendant le Super Rugby, il aurait pu autrement prétendre à une nomination dans le squad néo-zed) mais certainement au poste d’arrière et non pour succéder à Carter.

Bref, comme vous avez certainement pu le remarquer, les coachs et futurs coachs néo-zélandais ont abondance de biens et l’embarras du choix pour trouver le remplaçant de Dan Carter. Et force est de constater qu’il va de même pour Richie McCaw. Le vivier néo-zélandais dans toute sa splendeur…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sudrugby 8173 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines