Magazine

La construction navale aux mains des Sud-coréens ?

Publié le 06 mai 2008 par Micheljanva

Le groupe sud-coréen STX Shipbuilding a obtenu hier l'aval de la Commission européenne pour prendre le contrôle de Aker Yards, géant européen de la construction navale. Si Aker Yards est basé en Norvège (hors UE), une très grosse partie de son activité est réalisée en France, en Finlande et en Allemagne. Pour Bruxelles, les Sud-Coréens ne construisent pas, à ce jour, de paquebots, ce qui signifie que l'arrivée de STX ne pose pas de problème de concurrence. Pourtant, ni le gouvernement de Séoul ni ses chantiers n'ont caché leurs ambitions sur ce segment.

Quelques heures après, les syndicats des ex-Chantiers de l'Atlantique étaient reçus à Matignon, puis à l'Elysée. Depuis octobre, ils n'ont cessé d'alerter sur le danger que représente l'arrivée d'un groupe sud-coréen : on s'achemine vers un «pillage progressif du savoir-faire en matière de navires de croisière». Le gouvernement français avait tenté d'élaborer une solution européenne avec Fincantieri. Le groupe public italien, premier fabriquant de paquebots, s'était dit intéressé pour entrer au capital d'Aker. Le projet a échoué en raison des problèmes de concurrence : il n'aurait jamais eu le feu vert de Bruxelles car Fincantieri et Aker auraient concentré 75% du marché des paquebots, ne laissant comme seul concurrent que l'Allemand Meyer Werft.

Pourtant, comme l'avait déjà affirmé le ministre de l'Economie, Christine Lagarde, l'Elysée et Matignon ont réaffirmé hier aux syndicats qu'il n'était pas question d'abandonner Saint-Nazaire : l'Etat ne veut pas se séparer de cet outil de production, seul site français encore capable de sortir un porte-avions.

Si STX va prendre 39.2% du capital du groupe Aker Yards, il n'aura pas la minorité de blocage dans sa filiale française, constituée des sites de Saint-Nazaire et Lorient. Au moment de la vente par Alstom de sa branche marine, le groupe de Patrick Kron a conservé 25% du capital d'Aker Yards France. Cette nouvelle société, de droit français, a été créée à partir des actifs des Chantiers de l'Atlantique. STX n'obtient pas les 33% nécessaires à la minorité de blocage. Si le sud-coréen souhaite prendre la barre de Saint-Nazaire, il lui faudra donc impérativement l'autorisation du gouvernement français. Le rempart parait donc assez solide mais n'est pas sans faille. STX peut très bien s'allier à un actionnaire européen d'Aker pour renforcer son contrôle.

Michel Janva (merci à ML)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Micheljanva 645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte