Magazine High tech

5 questions à Olivier Chouraki, fondateur de MobiLuck

Publié le 06 mai 2008 par Davidmas
Dans la poursuite des différents entretiens réalisés avec les acteurs du monde de la mobilité, j'ai posé quelques questions à M. Olivier Chouraki, créateur de la société française MobiLuck.
L'objectif de ce billet était d'en savoir un peu plus sur l'entreprise, la vision de son fondateur et ses différents projets comme celui concernant le déploiement de bornes bluetooth sur le réseau de la RATP.
Au passage, nous rappelons qu'un projet similaire se développe aux Etats-Unis et dont nous avions parlé à travers le billet Pepsi libère des bulles mobiles expliquant la mise en œuvre de la campagne marketing bluetooth de la marque de soda.
Je remercie M. Olivier Chouraki pour le temps consacré à cet exercice.
1-Pouvez-vous présenter l'activité de la société MobiLuck ?
MobiLuck est un service de « Friend Finder » pour savoir où sont ses amis. Il repose principalement sur le site web mobile http://m.mobiluck.com et sur un service d’alertes par SMS. On peut se connecter à MobiLuck lorsqu’on a un moment libre pour voir s’il y a un ami ou une personne intéressante à proximité. Le service affiche alors une liste de contacts comme dans une messagerie instantanée, mais ils sont triés par distance et on voit où ils sont (distance, nom et adresse du lieu). On peut leur téléphoner, leur envoyer un message, voir leur position sur une carte, etc.
MobiLuck fonctionne aussi en tâche de fond lorsqu’on n’est plus connecté et peut envoyer des alertes par SMS lorsqu’il se passe quelque chose d’intéressant : un ami est à moins d’1 Km, on a reçu un nouveau message, etc.
C’est le seul service de ce type disponible gratuitement, sur tous les mobiles, dans tous les pays et sur tous les réseaux. Nous avons déjà 180 000 utilisateurs, plus 1 000 nouveaux inscrits par jour.
2- Quels sont vos projets, produits ou services que vous commercialisez ?
MobiLuck est entièrement gratuit, mais chaque utilisateur est limité à 20 alertes SMS par semaine et ça nous coûte déjà assez cher en envoi de SMS. Nous allons proposer des alertes supplémentaires payantes.
Nous avons aussi de la publicité sur notre site web mobile. Avec l’augmentation du nombre d’utilisateurs nous allons la cibler de plus en plus finement en utilisant la localisation des utilisateurs, leur profil, et des mots-clés.
3- En quoi consiste votre projet avec la RATP ? Quand est-il mis en service ?
Nous avons créé pour la RATP et sa régie publicitaire Métrobus un vrai réseau de publicité par bluetooth. C'est-à-dire que le réseau est piloté en temps réel par un serveur central, ce qui permet de limiter la pression publicitaire avec des règles très strictes.
Par exemple, si vous passez à proximité d’une borne bluetooth et que vous refusez une proposition de téléchargement, aucune borne du réseau ne vous proposera plus ce contenu pendant toute la durée de la campagne. Je laisse le soin à Métrobus de donner des chiffres mais je peux vous dire que ça va être un support très puissant pour diffuser des contenus pour mobile.
Autre avantage pour l’utilisateur : le téléchargement est gratuit. Nous démarrons le déploiement dans 120 stations de métro. Il va durer 3 ou 4 mois.
4- Que pensez-vous des technologies sans contact NFC/RFID et code 2D ? Pensez vous que le grand public va connaître bientôt des applications dans la vie de tous les jours ?
Lorsque j’ai créé MobiLuck en 2003 notre vision était la suivante : le sans-fil à courte portée va devenir un nouveau moyen de communication à part entière, il va être utilisé par les personnes pour communiquer entre elles à proximité et par les organisations pour communiquer avec leurs clients et prospects, notamment dans les points de vente et les transports.
Le sans fil à courte portée va devenir un nouveau support publicitaire, un nouveau canal de distribution pour des produits numériques, un nouveau canal de gestion de la relation client. Nous avions identifié une trentaine d’applications innovantes de cette technologie.
Nous avions bien compris à l’époque que le facteur clé de succès pour le décollage de toutes ces applications était d’atteindre une densité critique d’utilisateurs. Aujourd’hui, même avec plus d’1 Milliard d’appareils Bluetooth en circulation, il n’y a pas encore vraiment de killer application pour le grand public.
5- Pensez vous que les technologies Wi-fi, Bluetooth, vont favoriser les communications entre les appareils électroniques ? Le marché Machine to Machine va-t-il se développer selon vous?
La stratégie de MobiLuck va-telle se positionner fortement sur ce secteur ?

Je pense toujours que le sans fil à courte portée a un potentiel énorme. Il peut faire le lien entre les objets et les personnes du monde réel et la masse d’information et de services disponibles dans le monde virtuel. Mais son développement rencontre de nombreuses difficultés : portée réduite, masse critique difficile à atteindre, hétérogénéité des technologies et des terminaux, business model.
Notre stratégie est clairement de nous focaliser sur l’Internet mobile qui résout en grande partie ces difficultés, décolle très rapidement et offre des opportunités énormes. Le développement de l’Internet mobile facilitera énormément ensuite la création d’applications sans-fil à courte portée pour le grand public (distribution, paiement, …).
M. Olivier Chouraki, fondateur et pdg de MobiLuck.
Tags Technorati: Mobile MobiLuck bluetooth Metrobus borne

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Davidmas 29 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine