Magazine

Abdo Romeo

Publié le 06 mai 2008 par Alex Ruben
L’image actuelle de Minsk a commencé à se former dès la fin de la guerre. La majeure partie de la ville a été entièrement détruite, le côté historique de la ville a pratiquement disparu. On peut dire que la ville a été rebâtie « de A à Z ». La partie de la ville construite dans les années 40-50 relève de « l’architecture éternelle ». Les bâtiments sont reconnaissables par les lignes régulières et leur aspect monumental, qui ne manque cependant pas d’élégance. Prenons par exemple le palais des officiers à Minsk ou bien le théâtre d’opéra et de ballet, construits d’après les projets de Langbard. La période suivante pourrait s’appeler « les années de l’esprit utilitaire ». On forçait les architectes à établir des édifices types. Les personnes très éloignées de l’architecture mais possédant du pouvoir coupaient court à toute initiative visant à diversifier ou à embellir l’image de la ville. En construisant ces « boites » types, le gouvernement voulait donner un logis à toute personne ayant besoin d’un appartement. Aujourd’hui, nous voyons cependant clairement que le besoin n’a pas été satisfait à 100%, mais que des édifices peu attrayants ont survécu. L’architecture contemporaine a ses propres tendances – l’utilisation du béton et du verre dans l’architecture et la construction des centres de commerce et de divertissement. Malheureusement cela fait disparaître les îlots du vieux Minsk, que l’on était parvenu à sauvegarder jusqu’alors. En effet, l’immobilier commercial intéresse plus les investisseurs que les édifices historiques, voire les monuments architecturaux, dont la restauration nécessite de gros investissements. Peu nombreux sont ceux investiraient uniquement par amour de l’histoire. Il est beaucoup plus avantageux de construire des centres d’affaires. Abdo Romeo Abdo, président de l’une des compagnies d’investissement qui est en train de réaliser un de ses projets à Minsk a confirmé ce point de vue. Actuellement, une autre compagnie originaire d’Israël assure les dernières préparations pour passer ensuite à la construction de Minsk-City, un grand centre commercial sur le territoire de l’ancien aéroport Minsk 1. Le chantier risque d’entraîner la démolition d’un certain nombre de bâtiments des alentours. Bien malheureusement, dans les environs de l’aéroport, on trouve des bâtiments à valeur architecturale. Les débats sur la valeur morale des tendances actuelles risquent de durer indéfiniment. Un des principaux architectes de Minsk a bien dit : "Aujourd’hui on voit se développer uniquement « l’architecture commerciale ». Mais peut-on qualifier cela d’architecture ? La vraie architecture est un art à contempler qui nous apporte une certaine satisfaction esthétique. Est-ce le cas de l’architecture contemporaine ?!" Quoi qu’il en soit, la capitale contemporaine est telle qu’elle est : une fusion des styles où l’élégance côtoie le mauvais goût, où les antiquités se heurtent aux imitations, où les monogrammes et le modelage relèvent le défi du Hi-Tech, où l’originalité coexiste avec l’ordinaire. Malgré tout cela, Minsk exerce toujours une attraction magnétique sur les gens. Cela signifie que la ville va continuer à grandir et à se développer. Nous pouvons espérer que les futurs changements n’apporteront que des améliorations à son aspect actuel. Plus d’information sur Abdo Romeo

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alex Ruben 162 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte