Magazine Techno/électro

Interview : Monte, l’homme qui murmurait à l’oreille des synthés

Publié le 06 novembre 2013 par Crocblanc
Posted by Antwan Shalom on nov 6, 2013 in Interviews | commentaires

Monte Interview par Electrocorp

This interview is also available in English – Pour la première édition de sa résidence WORX au “R” Pigalle (cliquez pour gagner vos places), l’artiste The Mekanism a concocté un plateau Deep-House/Tech-House très costaud avec la venue de Monte et de Stefano Ritteri. C’est dans ce cadre qu’Electrocorp a interviewé le premier invité de la soirée, en rencontrant le DJ et producteur Monte, signé chez Exploited, JEUDI Records ou encore OFF Recordings. Il nous parle de son parcours, de sa collection de synthés vintages, de sa tournée avec Lionel Richie et de son projet expérimental sur le son des 80′s. Bonne lecture à tous !

Electrocorp – Hello Monte ! Comment ça va ? Qu’est-ce qui t’occupe ces dernières semaines ?

Monte – Hey dude! What’s up? J’ai été hyper occupé ces derniers temps ! En plus des soirées et des DJ sets, je suis entrain de refaire mon studio. Tu sais comment c’est : plus t’achètes de matos et plus c’est le chaos dans un studio avec des câbles partout, des espaces normalement vides remplis de bordel en tout genre, bref, il fallait vraiment que je m’y mette et que je fasse ça bien, mais ça prend beaucoup de temps. J’ai pas encore fini mais je m’y sens déjà mieux, c’est plus ergonomique, bien rangé. C’est hyper important si tu veux produire dans de meilleures conditions.

EC – Takeiteasy, du duo Adana Twins, m’a dit que tu étais un batteur hyper talentueux et il m’a raconté cette histoire comme quoi tu avais joué avec Lionel Richie… enfin, je suis pas sûr de moi. C’est vrai ?

lionel-richie-hello-motown-4M – C’est pas exactement ça ! (rire) A vrai dire, je jouais dans un groupe qui faisait la première partie de la tournée de Lionel Richie en Allemagne, ce qui est déjà énorme en fait ! On avait de très bonnes relations avec le groupe et avec Lionel. Ce mec est une vraie légende vivante, très humble et chaleureux. On a vraiment passé du bon temps pendant cette tournée. Le Directeur Musical du groupe était Chuckii Booker, un producteur, chanteur et musicien récompensé par de nombreux prix, qui a composé certains de mes titre favoris de la fin des 80′s. On a pas mal discuté, il m’a parlé de ses productions, de ses sessions d’enregistrement et de ses tournées avec les plus grands : Barry White, Janet Jackson, Mary J Blige, etc. J’ai même eu la chance de lui faire écouter mes productions et il m’a carrément félicité ! Pour moi, c’était comme une consécration. J’oublierai jamais cette rencontre et cette tournée incroyable.

EC – Un sacré moment dans une vie d’artiste, en effet ! Dis moi, à quel moment tu es passé de la batterie à la production de House-Music ?

amiga 500M- En fait, j’ai étudié la musique dès mes 9 ans. J’ai appris à jouer de la batterie, du piano, j’ai beaucoup étudié la composition musicale et écrit des compositions pour des orchestres, des ensembles de cuivres et d’instruments à cordes. Mes influences à l’époque, c’était le Jazz-Fusion avec des groupes comme Yellowjackets, Zawinul, Steps Ahead, Chick Corea Electric Band, Spyro Gyra, etc. Rien à voir avec la House-Music pour l’instant, mais j’y viens ! A un moment donné, je faisais aussi partie d’un groupe qui faisait des démos sur Commodore Amiga. C’était hyper sérieux à l’époque. C’était à qui ferait les plus belles “demoscenes”. Ils avaient des programmeurs, des graphistes, mais ils leur manquaient un compositeur de musique et c’est comme ça que je me suis mis à produire de la musique électronique : avec un Amiga 500 et des softs comme Soundtracker et Protracker. Après avoir obtenu mon diplôme, je me suis fait embaucher comme arrangeur musical dans un gros studio sur Hambourg qui avait besoin de titres House et Dance. Depuis, j’ai jamais quitté cette scène. Mon père était DJ et il avait énormément de vinyles de Funk, mais aussi du Kraftwerk, Tangerine Dream, Jean Michel Jarre, Depeche Mode. Ces mecs m’ont carrément rendu dingue de synthétiseurs, je suis devenu fasciné par tout ce que pouvait sortir de ces machines. Un peu plus tard, j’ai attrapé le virus de la Techno, de la Trance et enfin, de la House / Deep-House.

EC – Plutôt original comme parcours ! Et maintenant, te voilà reconnu comme un véritable talent de la scène House ! Tu as fait pas mal de remixes pour Andre Crom, Roland Clark, Niconé, Phil & Dan mais on a très peu entendu de productions dîtes “originales”. Je crois que pas mal de monde attend avec impatience ton premier EP. On peut s’attendre à avoir ça dans les prochains mois ?

M – Oh, tu veux un EP ? (rire) En fait, je suis entrain de le préparer et il sortira l’année prochaine. Je suis pas vraiment un stakhanoviste de la production, j’aime vraiment prendre le temps de peaufiner les choses et de faire en sorte que ça sonne bien. J’ai la réputation de faire des sons hyper propres en terme de mixage et du coup, je fais très attention à ce que je sors du studio. Pour revenir sur l’EP, j’ai pas encore de date à t’annoncer, mais il arrive !

EC – Super nouvelle ! Tu me parles de ta réputation à sortir des titres à la production impeccable. Pour rebondir sur ça, j’aimerais te parler de ton projet de recherche sur le son des 80′s, sur lequel tu impliques pas mal de musiciens et qui, en terme de production, a l’air beaucoup plus lourd que tes titres House / Club. J’aime vraiment les deux titres que tu as réalisé pour le moment et du coup, je me demande si c’est  juste un projet expérimental ou si tu as la vocation de sortir quelque chose de plus concret ?

M – Merci tout d’abord ! Je suis vraiment hyper surpris par l’accueil qui a été réservé à ce projet et par le buzz que ça a généré… quasiment plus que mes titres House ! Comme tu le dis, ça a commencé sous la forme d’un projet expérimental car il y a beaucoup trop d’équipements et d’instruments pour que ça rentre dans le cadre d’une production “club”. Ça m’a pris énormément de temps et m’a demandé beaucoup d’effort pour produire ces titres, notamment “Part III” qui a été très intense en terme de recherche de sons, de processus de mixage et d’enregistrement studio. J’ai carrément embauché une légende des studios des années 80′s, ici à Hambourg, un mec qui a bossé avec Chaka Khan, et j’ai impliqué beaucoup d’amis musiciens que j’ai pu rencontrer durant les tournées et concerts réalisés avec différentes formations. J’ai donc commencé le projet comme une expérience et, à la vue de l’accueil énorme de la part du public, j’ai décidé d’aller plus loin et de continuer ce projet, en parallèle de mes prods House. Je vais donc impliquer plus d’amis musiciens et je compte partir sur des morceaux aux formats plus longs au lieu de juste faire des interludes. Je vais reprendre ce projet dès que j’aurai terminé le réaménagement de mon studio. Dès que j’aurais finalisé l’EP, celui ci devrait être signé chez JEUDI Records et probablement pressé sur vinyles. Là, il me reste à produire le “Part II” qui constitue le lien entre “Part I” et “Part III”. Je peux pas trop en parler pour le moment, je préfère vous surprendre !

EC – Pour revenir à ton studio, j’ai vu quelques photos tourner sur Facebook et j’ai l’impression que tu as une collection de synthétiseurs vintage carrément dingue ! Tu peux me lister quelques uns de tes synthés favoris et m’en dire un peu plus sur eux ?

oberheim_matrix6M – Pffff, j’ai vraiment beaucoup de matos, je pourrais tous te les lister car chacun d’eux à son propre rôle… mais ok, je vais essayer de réduire mon choix à 3 de mes préférés. Le n°1, c’est clairement le synthé Oberheim Matrix 6R/1000. C’est LA machine qu’il te faut pour les cuivres, les basses, les leads et les pads. Le Matrix est présent sur tous les titres que j’ai produit. C’est un vrai classique parmi les synthés, utilisé par énormément d’artistes et sur quasiment tous les titres typiques des 80′s. Mon second choix se porte sur le Doepfer A100 pour sa flexibilité et la qualité de son système sonore. Il est vraiment parfait pour les basses, les séquences, les leads et les FX. Mon choix n°3 est le Yamaha DX7 IIFD. C’est LE synthé digital le plus connu des 80′s. Lorsque ce synthé est sorti, il a introduit la Synthèse FM  et il était capable de produire des sons qu’aucun autre ne pouvait sortir. L’empreinte sonore est unique ! Les sonorités de son E-Piano, de ses pads, leads et de ses basses font parties intégrantes du son des 80′s.  A l’époque, tout le monde utilisait les pré-réglages et personne n’a vraiment pris le temps de se pencher dessus et de rechercher de nouveaux sons en se plongeant dans ce synthétiseur assez complexe qui encore aujourd’hui, peut réserver pas mal de surprises.

EC – Je comprends mieux ce que tu entendais par “dingue des synthétiseurs” tout à l’heure !

M- Ouai, je suis intarissable sur le sujet, heureusement que tu m’as demandé de lister mes favoris car sinon on en finirait jamais (rire) !

EC- Ce samedi, tu joues avec The Mekanism et Stefano Ritteri au “R” Pigalle à Paris pour la première édition des soirées WORX, la résidence de The Mekanism. Vous avez déjà joué ensemble ? Quels sont tes titres favoris chez ces deux producteurs ?

WORX avec Monte, Stefano Ritteri et The Mekanism au R PigalleM – Ça fait quelques temps que je garde un oeil sur The Mekanism et je joue ses productions depuis 2012. C’est vraiment un producteur talentueux et quelqu’un que j’apprécie. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois à la soirée Electronique UK Label Night à Londres : un grand entrepôt, plus de 4000 personnes, il y avait aussi Amine Edge & DANCE et d’autres artistes et c’était hyper sympa. Mon titre favoris, c’est sûrement son nouveau remix pour “Art is A Consequence & Rafael Cerato – I Hear You”. De la pure House, très énergique, j’adore ! Je n’ai encore jamais rencontré Stefano Ritteri mais je suis vraiment impatient de le faire ce weekend. Mon titre préféré est “Partylife” qui est sorti chez Black Jukebox / Exploited cette année. A chaque fois que je le joue en club, tout le monde devient dingue.

EC – OK Monte, dernière question : tu peux nous lister 3 morceaux qui t’ont récemment inspiré ?

M – Arfff, du coup, comme je suis en plein réaménagement de mon studio, je n’ai pas produit de musique depuis près d’un mois donc difficile de te parler de titres qui m’ont récemment inspiré. Mais sinon, j’ai toujours tendance à pencher en faveur de mes classiques des années 80′s que tu retrouveras dans mes posts Facebook du dimanche !

EC – Merci Monte. Profite bien de ta soirée parisienne pour la WORX au “R” Pigalle ce samedi… et on se voit en janvier sur Bordeaux !

M – Merci pour l’interview Antwan ! A très vite !

Electrocorp – Bonjour Monte ! How are you these days? What kept you busy in the past few weeks?

Monte – Quoi de neuf ? Past few weeks have been really busy, man! Live gigs & mostly studio work since I’m rebuilding this place. You know, the more equipment you buy the more chaos you introduce: wild cable trees, unused space filled with… whatever. I had to make a reset, do it the right way and THAT takes a lot of time and money. It’s not finished yet but it already feels very comfortable, ergonomic and ordered.

EC – Ben, from Adana Twins, told me that you’re a talented drummer and that you even played with Lionel Richie. I’m not sure to remember exactly what he said though. So, is it true?

M – Naw, not exactly. I was playing for the support act through Lionel Richie’s tour in Germany. We had a great relationship with the band and Lionel as well. He truly is a legend and a very humble, warm person. We had lots of fun during this tour. The Music Director of the band was Chuckii Booker, an award winning producer, singer and musician who wrote some of my favourite 80′s tracks. I couldn’t resist to ask him a lot about his productions, studio stories and live gigs. He worked with artists like Janet Jackson, Faith Evans or Mary J Blige, just to name a few, some high profile artists! I also played him my stuffs and he praised me for my production and mixing skills. It was like… beain knighted! I will never forget that.

EC – Nice story and unforgettable moment I guess… Tell me, how did you went from drums, to producing House-Music?

M- I’ve studied music since I was 9. I’ve learnt Piano, music arrangement (writing for a Band ensemble, Strings and brass) and drumming. My music influence during this time came mostly from Fusion Jazz, stuffs from Yellowjackets, Zawinul, Steps Ahead, Chick Corea Electric Band, Spyro Gyra, etc. I was also part of a small group in the Amiga demoscene. They had programmes and graphic designes but they needed some music. That’s how I got into the Electronic Music thing: with an Amiga 500 and Soundtracker/Protracker. After my diploma I got hired as an arranger in a big studio here in Hamburg who needed some House/Dance tracks. I never left that field ever since. My father had a lot of 80′s Funk tracks, as well as Kraftwerk, Tangerine Dream, Jean Michelle Jarre, Depeche Mode in his DJ bag. I was obsessed with synthesizers, fascinated by everything that came out of machines. Later I got infected by Techno, Trance, Rave and House/Deep-House.

EC – That’s a huge background, seriously. Now, your music is getting a lot of recognition from the House scene. You remixed Andre Crom, Niconé, Phil & Dan, but produced only a few original tracks. I guess it’s safe to say that everyone’s now waiting for a whole EP from you. Anything coming for these upcoming months?

M – Oh, you want an EP ? Hahaha! EP is actually in the making and it’s planed for next year. I’m not a fast producer, i need my time to make everything sounding good. I got kind of a good reputation about my mixes, so, I wanna make sure to keep my tracks in a good shape. No release date yet to announce but yes, it’s definitely coming.

EC – We really love your 80′s Research Project. We find the tracks original and amazingly produced. Are you willing to release these sounds?

M – Thank you. I’m still surprised that it generated so much buzz, even more buzz than my club tracks! It started as an experiment since there is too much material that can’t fit into the “club” formula. It really tooks a lot of time and effort to make them, specially Part III which has been quite intense in terms sound research, mixing processes, studio recording sessions. I hired an 80′s studio legend, here in Hamburg, who worked with Chaka Khan, and I collaborated with my old friends that I know from a thousand gigs we played together. People liked this experiment so much that I have to continue this in a bigger format, so now I plan to continue this project apart from my dancefloor oriented productions. More live musicians/friends will be involved, larger cues and not just short interludes. I gonna continue writing as soon as i have finished my studio rebuilt project. It will be released by Jeudi Records, hopefully on vinyl too, as soon as I finish the whole thing. “Interlude part II” is already in early development since it connects Part I and III. Can´t say much about the content right now, wanna surprise you guys!

EC – We’ve seen some pictures from your studio and it looks like you have a really huge collection of synthetizers and analog equipment. Can you list us your some of your favourites and tell us a little bit more about them?

M – I have a lot of devices and I could list them all because every single one has its own purpose. I’ll try my best to narrow it down to my 3 favourites. Number 1 is clearly the Oberheim Matrix 6r/1000. It’s the the Brass, Bass, Lead & Pad machine! The Matrix is on every track I’ve made. It’s a classic synth used by a lot of artists and there are almost no 80′s sound without an Oberheim ! My second favourite would be the Doepfer A100: so flexible and yet very fat sounding system ! Perfect for Bass, sequences, leads and FX.  Number 3 is the Yamaha DX7 IIFD. It is THE most famous digital synth in the 80′s. FM Synthesis was totally new, back then, and those sounds could not be produced by any other devices. Unique character! The very known E-Pianos, Pads, Leads, Bass sounds are an integral part of the 80′s sound. Unfortunately no one invested its time to really dive into this complex synthetizer and it still hide undiscovered gems, apart from its famous presets.

EC – This saturday, you’re playing with The Mekanism and Stefano Ritteri at “R” Pigalle in Paris, for the first installment of WORX, the residency of The Mekanism. Have you ever played with them? What’s your favourite tracks from these two producers?

M – I’m following The Mekanism for a long time and I’m playing his productions since 2012. He’s a very talented producer and a really nice person. We’ve met for the first time at the Electronique UK Label Night in London: big warehouse, 4000 people, we were there with Amine Edge & Dance and many others and had a really great time! My favourite track is his current remix for “Art is a Consequence & Rafael Cerato – I Hear You”. Energetic straight House, love it! I never met Stefano Ritteri but I’m looking forward to finally meet him this weekend. My favourite track is ” The Partylife “, released on Exploited. Every time I play this one, people throw their hands up!

EC – Last question, can you list us 3 tracks that recently inspired you?

M – Since I’m in the middle of my studio rebuilt, I haven’t done any music since a month I guess… but i always go back to my old trusted 80′s classic tracks library which I regularly share through my weekly 80′s Sunday’s Facebook postings.

EC – Thanks Monte. Have fun in Paris for the WORX @ “R” Pigalle this saturday… and see you in Bordeaux this January!

M – Thanks for having me Antwan , au revoir !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Crocblanc 13044 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine