Magazine Afrique

Ghana : Aidez nous à sauver la forêt d'Atiwa

Publié le 25 novembre 2013 par Busuainn_ezilebay @BusuaInn_Ezile

Ghana : la forêt d’Atiwa doit être protégée

Ghana : Aidez nous à sauver la forêt d'AtiwaPrimates, papillons, insectes, amphibiens, oiseaux, plantes luxuriantes, ...: la forêt d’Atiwa est le foyer d’une biodiversité rare et parfois endémique (photos: Piotr Naskrecki)La forêt d’Atiwa, l'une des plus grandes forêts tropicales intactes d’Afrique de l'Ouest, approvisionne en eau et en nourriture sa riche biodiversité et cinq millions de personnes. Mais le gouvernement ghanéen veut exploiter ses gisements de bauxite.Soutenons l‘initiative de groupes locaux pour la faire classer Parc national.Avec la forêt tropicale d’Atiwa, le Ghana possède l'un des plus grands trésors naturels de l'Afrique de l'Ouest. Sa jungle luxuriante aux fougères arborescentes hautes de huit mètres, ses paysages marécageux et ses rivières sont le refuge d’une diversité exceptionnelle d’animaux et de plantes rares.Une superficie de 260 km2 a été déclarée Réserve naturelle afin de protéger cette biodiversité unique de la forêt d’Atiwa. Malheureusement, son sous-sol est aussi riche en bauxite. Et le gouvernement ghanéen a l’intention d'exploiter ces gisements. Car le statut de Réserve naturelle, contrairement à celui de Parc national, ne protège pas la forêt d’Atiwa de l’exploitation minière.« Nos forêts sont vendues à des sociétés minières et transformées en mines à ciel ouvert, sans aucun égard pour les ressources naturelles inestimables dont nous dépendons » écrit Daryl Bosu de l’ONG écologiste A Rocha Ghana.La forêt de montagne d’Atiwa approvisionnent cinq millions de personnes en eau potable grâce à ses sources. Elle subvient aux besoins de ses habitants en nourriture, médicaments, matériaux de construction, outils et vêtements, et les protège des inondations et de la sécheresse.Au cours des dernières années, plusieurs multinationales ont obtenu des permis de prospection minière. « Mais tout se fait derrière des portes closes » déplore Daryl Bosu. Il craint que le gouvernement ne mette un jour la population ghanéenne devant le fait accompli.Heureusement, il est encore temps d'agir ! Avec ses partenaires de la coalition CONAMA, A Rocha Ghana demande au gouvernement ghanéen de classer l'ensemble de la forêt d’Atiwa comme Parc national afin de pouvoir la protéger à long terme de toute forme d’exploitation.Soutenons l’initiative de la CONAMA pour la protection de la forêt d’Atiwa.Début de l'action: 18 nov. 2013

51 641 signatures

Aux autorités de la République du GhanaMonsieur le Président,
Monsieur le Ministre,Je demande instamment au Président de la République et au gouvernement du Ghana de ne pas délivrer de permis minier dans la forêt d’Atiwa. En raison de son exceptionnelle biodiversité, celle-ci bénéficie depuis 1926 d’une protection à différents niveaux - le dernier datant de 2001 avec son classement comme Zone importante pour la conservation des oiseaux (Important Bird Area IBA) par l’organisation BirdLife International.Vous êtes sans aucun doute conscient de l'importance de cette richesse naturelle pour le Ghana et pour le monde : 40 espèces de mammifères, dont le très menacé Colobe magistrat (Colobus vellerosus), 150 espèces d'oiseaux, plus de 30 espèces d'amphibiens, la plus grande diversité de papillons d’Afrique de l'Ouest et de nombreuses espèces de plantes endémiques du Ghana.La forêt d’Atiwa est également vitale pour la population du Ghana. Ses rivières fournissent en eau potable cinq millions d’individus. Les habitants de la forêt dépendent d’elle pour leur nourriture, leurs vêtements, leur artisanat et leurs matériaux de construction.L’exploitation minière procurera seulement un revenu à court terme pour quelques-uns. Mais elle dégradera ou détruira l'écosystème à jamais.Je vous demande en conséquence de classer la Réserve d’Atiwa comme Parc national afin d’en faire profiter les générations actuelles et futures. Nous vous prions de protéger et de préserver la faune et la flore uniques du Ghana.Je vous prie de croire, Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, en l'assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.(Ouvrir la lettre sur une nouvelle page)PrénomNomEmailCode postal / VillePays France Belgique Suisse Canada Allemagne Afghanistan Afrique du Sud Albanie Algérie Allemagne Andorre Angola Anguilla Antarctique Antigua-et-Barbuda Antilles néerlandaises Arabie saoudite Argentine Arménie Aruba Australie Autriche Azerbaïdjan Bahamas Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Belgique Belize Bénin Bermudes Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Brunéi Darussalam Bulgarie Burkina Faso Burundi Cambodge Cameroun Canada Cap-Vert Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo Corée du Nord Corée du Sud Costa Rica Côte d’Ivoire Croatie Cuba Danemark Djibouti Dominique Égypte El Salvador Émirats arabes unis Équateur Érythrée Espagne Estonie État de la Cité du Vatican États fédérés de Micronésie États-Unis Éthiopie Fidji Finlande France Gabon Gambie Géorgie Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud Ghana Gibraltar Grèce Grenade Groenland Guadeloupe Guam Guatemala Guernesey Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyana Guyane française Haïti Honduras Hongrie Île Bouvet Île Christmas Île de Man Île Norfolk Îles Åland Îles Caïmans Îles Cocos - Keeling Îles Cook Îles Féroé Îles Heard et MacDonald Îles Malouines Îles Mariannes du Nord Îles Marshall Îles Mineures Éloignées des États-Unis Îles Salomon Îles Turks et Caïques Îles Vierges britanniques Îles Vierges des États-Unis Inde Indonésie Irak Iran Irlande Islande Israël Italie Jamaïque Japon Jersey Jordanie Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kiribati Koweït Laos Lesotho Lettonie Liban Libéria Libye Liechtenstein Lituanie Luxembourg Macédoine Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Malte Maroc Martinique Maurice Mauritanie Mayotte Mexique Moldavie Monaco Mongolie Monténégro Montserrat Mozambique Myanmar Namibie Nauru Népal Nicaragua Niger Nigéria Niue Norvège Nouvelle-Calédonie Nouvelle-Zélande Oman Ouganda Ouzbékistan Pakistan Palaos Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pays-Bas Pérou Philippines Pitcairn Pologne Polynésie française Porto Rico Portugal Qatar R.A.S. chinoise de Hong Kong R.A.S. chinoise de Macao régions éloignées de l’Océanie République centrafricaine République démocratique du Congo République dominicaine République tchèque Réunion Roumanie Royaume-Uni Russie Rwanda Sahara occidental Saint-Barthélémy Sainte-Hélène Sainte-Lucie Saint-Kitts-et-Nevis Saint-Marin Saint-Martin Saint-Pierre-et-Miquelon Saint-Vincent-et-les Grenadines Samoa Samoa américaines Sao Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Serbie-et-Monténégro Seychelles Sierra Leone Singapour Slovaquie Slovénie Somalie Soudan Sri Lanka Suède Suisse Suriname Svalbard et Île Jan Mayen Swaziland Syrie Tadjikistan Taïwan Tanzanie Tchad Terres australes françaises Territoire britannique de l'océan Indien Territoire palestinien Thaïlande Timor oriental Togo Tokelau Tonga Trinité-et-Tobago Tunisie Turkménistan Turquie Tuvalu Ukraine Union européenne Uruguay Vanuatu Venezuela Viêt Nam Wallis-et-Futuna Yémen Zambie Zimbabwe 
  • Enregistrer les données sur cet ordinateur
  • M'envoyer une copie de ce courrier


lu sur Sauvons la forêt
Ghana : Aidez nous à sauver la forêt d'Atiwa

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Busuainn_ezilebay 3753 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines