Magazine Société

La stratégie Ender

Publié le 25 novembre 2013 par Chezfab

cinéma,film,ender

C'est drôle, je suis allé voir ce film plus parce qu'un ami voulait y aller que profondément emballé par l'idée (même si la bande annonce me faisait envie malgré tout). Et j'ai été très positivement surpris. 

D'abord par la qualité de l'interprétation : le jeune Asa Butterfield est excellent, superbement épaulé par une Harrison Ford au mieux de sa forme, un Ben Kigsley méconnaissable et un flopée d'excellents seconds rôles. 

La narration m'a aussi surprise : entre la lenteur nécessaire et les scènes d'action, le dosage est savamment bien fait. En plus, elle ne cède pas à la mode du moment (l'entrelacement de plusieurs histoires, façon série télé) mais le réalisateur (Gavin Hood) prend le pari de la linéarité et de l'intime. Chapeau ! 

Au delà de ça, la réflexion du film, bien plus basée sur la notion de jusqu'au boutisme militaire,l'éthique, sur la virtualité (si on pense qu'on ne tue personne, jusqu'où irons nous ?), que sur un space opéra, fait de ce film un film assez unique dans l'univers hollywoodien. On pense étonnement à Dune de Lynch, plus qu'a Star Wars. 

Au final, un film que je conseille pour ceux qui aiment la science fiction intelligente et fine.

cinéma,film,ender

C'est drôle, je suis allé voir ce film plus parce qu'un ami voulait y aller que profondément emballé par l'idée (même si la bande annonce me faisait envie malgré tout). Et j'ai été très positivement surpris. 

D'abord par la qualité de l'interprétation : le jeune Asa Butterfield est excellent, superbement épaulé par une Harrison Ford au mieux de sa forme, un Ben Kigsley méconnaissable et un flopée d'excellents seconds rôles. 

La narration m'a aussi surprise : entre la lenteur nécessaire et les scènes d'action, le dosage est savamment bien fait. En plus, elle ne cède pas à la mode du moment (l'entrelacement de plusieurs histoires, façon série télé) mais le réalisateur (Gavin Hood) prend le pari de la linéarité et de l'intime. Chapeau ! 

Au delà de ça, la réflexion du film, bien plus basée sur la notion de jusqu'au boutisme militaire,l'éthique, sur la virtualité (si on pense qu'on ne tue personne, jusqu'où irons nous ?), que sur un space opéra, fait de ce film un film assez unique dans l'univers hollywoodien. On pense étonnement à Dune de Lynch, plus qu'a Star Wars. 

Au final, un film que je conseille pour ceux qui aiment la science fiction intelligente et fine.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chezfab 4794 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine