Magazine Cinéma

« Les monologues de l’escarpin »: Céline (Bottine Rider)

Par Jsbg @JSBGblog
« Les monologues de l’escarpin »: Céline (Bottine Rider) Il arrive que l’on n’ait rien à redire. Il arrive que la justesse d’une ligne laisse sans voix, que les proportions d’un objet émerveillent en silence par tant d’évidence et de force tranquille. Il n’est ici ni question de goût, ni de tendance, ni d’attirance. Une vérité ou du moins une unanimité. Telle situation, rare dans l’univers mouvant de la mode, mérite les honneurs d’une sincérité sans détour : j’incarne cette perfection. Voilà, c’est dit. Une courbe langoureuse, amoureuse, généreuse dessine ma colonne vertébrale, révélant sensualité et, paradoxalement, confort rassurant. Mon talon, sorte d’ode à la grandeur des buildings new-yorkais, t’emmène au sommet sans pour autant te donner le vertige. Délecte-toi de la douceur de ma peau, de la délicatesse d’un cuir de veau. Le chic ultime, ma robe marine. Inégalée, inégalable. Le plaisir des yeux est un trésor accessible dont il ne faut se priver… regarde-moi, je suis presque à toi.

Aude Girod


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jsbg 208570 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte