Magazine Politique

POLITIQUE > Christiane Taubira et "Minute" : je t'aime, moi non plus?

Publié le 26 novembre 2013 par Fab @fabrice_gil
Christiane Taubira et " plus="plus" />
L’opération qui a permis de brouiller les pistes sur la récente couverture controversée consacrée par le journal Minute à Christiane Taubira sent particulièrement la perfidie - [une à la suite de laquelle Jean-Marc Ayrault a mis du temps à saisir le parquet de Paris et SOS racisme à porter plainte].
Revenir sur l’affaire Taubira… franchement, nous savons tous qu’il y a des choses plus graves dans le monde sur lesquels il est indispensable de s’arrêter. Mais il le faut tout de même, pour dévoiler ce qui se cache derrière ce symbole. Le symbole de la honte. Je n’ai vu, ni lu sous la plume de personne ce que j’aurais aimé lire. J’avais pris l’interview de la garde des Sceaux l’autre semaine avant que le torchon Minute ne la montre sur sa couverture, et que la République ne joue à s’écrouler hypocritement sous un racisme propret, comme jadis. Abject, innommable, insupportable, inadmissible, les éléments de langage ordinaires ont savamment été enfilés sur le collier du politiquement correct : il y avait pourtant bien des choses à dire.
La plus importante de toute, du point de vue de "l’opinion public", est que les média ont agi en soldats écervelés. Quelques chroniqueurs se sont abstenus d’hurler avec les loups. Heureusement. Mais d’autres se sont élevés, tentant de justifier un procédé qui mérite d’être exposé.Le deux poids deux mesures - Plusieurs journaux de tendances extrémistes -de gauche comme de droite- multiplient depuis des années les caricatures et les textes virulents, à la une ou dans leurs pages intérieures, contre la société occidentale, les religions, l’armée, que sais-je… contre bien des choses que beaucoup de gens pensent, à tort ou raison. Mais les hebdomadaires satiriques doivent-ils jouir du droit de tout dire ? A en croire la une de Minute, il le faut. Surtout, quand ce droit est accordé par une Gauche particulièrement "a-droite" pour instrumentaliser son électorat. Mais loin de se joindre à l’ensemble de ceux qui reprochent les débordements d’une presse nauséabonde, l’Etat et/ou les associations spécialisées se contentent de faire une moue faussement boudeuse au regard du contenu journalistique de ces supports. Le principal étant de brouiller les esprits et de diviser… par exemple à travers une "sympathique" photo prise le 8 février 2013 sur laquelle Christiane Taubira apparaît souriante au côté de David Miège, journaliste-illustrateur pour Minute, entre autres. Ce qui -soi disant- était au départ une blague potache, devient neuf mois plus tard un -soi disant- détournement de photo dans un contexte politique tendu ? De qui se moque-t’on ?
Les maximalistes de la liberté d’expression de gauche aiment à faire étalage de leur intransigeance. Mais cette fois, peu ont attaqué Minute, du moins à ce que nous pouvons lire depuis les premiers jours. De plus, je m’interroge sur le pouvoir exécutif à vouloir interdire la publication du dit numéro : il est toujours en ligne sur le site de Minute. Mais rien d’étonnant à cela au final : du moment que tout le monde s’enveloppe d’une hypocrisie bien-pensante, se cachant derrière la loi (Gayssot - 13 juillet 1990). Les grandes voix de la pensée universelle hausse le ton pour manipuler les masses intellectuellement, sans crainte de retour négatif. Les cerveaux qui régentent la nouvelle morale et les nouvelles convenances de la pensée unique ont bien œuvré, ne serait-ce qu’en érigeant le plus abject des "racismes" : le silence.F/G

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fab 4306 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine