Magazine Humeur

Axe Guinée-Abu Dhabi

Par Basicinstinct82

Voici décliné en trombe, le fameux discours inaugural du Pr Alpha Condé, lors du forum économique international sur la Guinée, organisé à Abu Dhabi du 24 au 25 novembre 2013, sous l’égide du gouvernement Guinéen, les investissements émiratis d’Abu Dhabi, ainsi que les partenaires bi et multilatéraux, notamment la communauté Européenne, la banque mondiale, y compris les fonds souverains de certains pays, les bailleurs de fonds en général, j’en passe.

Bien que ce forum soit, une opportunité offerte, à la Guinée, de se pourvoir en capitaux et en investissements, considérables, pouvant lui permettre de refaire son retard, dans tous les domaines, tel un effet de rattrapage, du moins, à en croire, les annonces faites par ci, par là, il demeure une perspicacité et une clairvoyance accrues, que l’on s’assigne, une certaine réflexion, voir contemplation, quand à la capacité d’évaluation de l’action publique, conférée par le système, mis en place, puis qu’au delà, de l’offensive entamée, en direction des investisseurs et bailleurs de fonds, y compris l’euphorie qui s’y imprime, l’ossature de toute organisation politique, administrative et sociale, supplantant la sphère économique, d’un état, se doit d’être conçue, sous le prisme de l’observance de certaines règles primo définies, comme propices, à la résurgence des valeurs didactiques et préconisées à des fins d’illustration, de la marge de manœuvre qui en résulte.

Ainsi, les innombrables efforts de stabilisation macroéconomique, déployés, s’évertueront au mieux à générer une croissance économique soutenue, mais à quel terme(court, moyen, long) et quelle perspective  de synthèse et d’intégration, des initiatives, dans le plan global de lutte contre la pauvreté, ce gouvernement entend, poser en cautionnement, d’une utilisation conséquente et efficiente de tous ces fonds récoltés, par ci par là, ainsi qu’au nom, de l’avènement supposé d’une démocratie véritable, une gouvernance aux antipodes de la prédation des deniers, nourrie par un désir prononcé de transparence, mais non illustré par les actes posés?

Par ailleurs, loin d’un scepticisme occulte, ésotérique et aberrant, la situation aussi bien politique, qu’économique et sociale de la Guinée, engrange des inquiétudes, à la dimension des difficultés aux quelles, le pays fait face, ce qui est d’autant vrai, que les angles de vues, viennent biffer, pourquoi pas rebiffer, les prises de position à propos, car, entre une perception calquée sur l’apparence des choses, l’engouement suscité, la sympathie et l’affinité et celle qui dissèque, scrute et anatomise, les approches de solutions tendant à rehausser, l’analyse que nous nous faisons des aléas quotidiens de la gestion à l’échelle étatique, nous viendront à l’esprit, telle une prémonition, les grands sentiers qui balisent le devenir collectif dans ses dimensions réelles, réalisatrices.

De là, à promouvoir la jonction entre l’impact économique et financier, des contrats signés avec l’option anticipative des dérives, me paraît au summum des tribulations, afflictions, pourquoi pas l’infortune, avec lesquelles, le leadership et le postulat politique, se ravalent en Guinée.

Ainsi, j’entrevois avec méfiance, les résultantes du nouvel partenariat, que je dénomme, l’axe Guinée-Abu Dhabi, non sans adhésion inexorable à l’idéal de développement économique prônée, mais au regard, des incohérences, y compris les graves manquements de la politique, mise en oeuvre.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Basicinstinct82 190 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog