Magazine Poésie

DULCE Maria Loynaz - Madrigal de la fille boiteuse

Par Ruedelapoesie @ruedelapoesie
DULCE Maria Loynaz - Madrigal de la fille boiteuse
Traduit par E. Dupas
Elle était boiteuse la fille.
Et
sa claudication
était
comme une ondulation
de vent
sur un champ de blé...
Elle était boiteuse la donzelle,
traçait des zigzags d'argent sur le vent,
habituée à je ne sais quelle courbe sidérale.
Elle était faite de cristal brisé la fille... Ébréchure
de roses, par le pied ébréché
(et sans verre qui l'aurait élevé)
une rose coupée qui tombe au sol
et que le passant foule.
La fille boitait
et sa claudication se cachait dans un sourire
sans amertume de pleurs ni plainte;
comme la nuit scelle
sa profonde blessure de lumière-aube ou étincelle-
ainsi scellait-elle
la blessure qui se devinait sur son pied...
Personne ne la trouvera belle;
mais il y avait en elle
comme une marque
céleste... Elle boitait la fille :
elle se planta le pied sur la la pointe d'une étoile.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ruedelapoesie 179 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine