Magazine Séries

Critiques Séries : Homeland. Saison 3. Episode 11.

Publié le 10 décembre 2013 par Delromainzika @cabreakingnews

vlcsnap-2013-12-09-21h29m18s46.jpg

Homeland // Saison 3. Episode 11. Big Man in Tehran.


Homeland arrive donc à l’avant dernier épisode de la saison 3. Je dois avouer que j’aime beaucoup ce que la série parvient à faire avec ses personnages et cela fonctionne à la perfection. Même si le tout pourrait être encore plus jouissif à mon humble avis. Disons qu’il y a pas mal de choses qui, dans « Big Man in Tehran » m’ont plu mais j’aurais aimé qu’ils aillent encore plus. Au fond, je sais pertinemment que cet épisode ne sert que de transition à la suite de la série mais je pense qu’avec la fin de l’épisode on aurait très bien pu nous délivrer quelque chose d’encore plus surprenant (bien que la surprise soit malgré tout présente). Ce que j’ai du mal à savoir cependant c’est comment Homeland va réussir à dépatouiller tout ça. Il y a Brody qui est dans la mouise, Carrie aussi, et Saul en partie. Tout le monde est plus ou moins dans la même mouise mais c’est justement ce qu’il y a d’excitant dans cette aventure. L’épisode nous délivre alors un rythme effréné, ne laissant aucune place pour le téléspectateur pour qu’il puisse respirer. En tout cas, je suis ravis de voir que le tout fonctionne aussi bien. Cela m’a rappelé un peu Beyrouth dans la saison 2.
On a une Carrie voilée, à l’étranger, et en plus elle parle même français. Sauf que cette semaine c’était à Tehran. Cela change de culture. En tout cas, j’ai eu pile poil ce dont je rêvais. Cet épisode me rappelle donc énormément la saison 2 mais aussi la première saison. Pourquoi la première saison ? Tout simplement pour la relation entre Carrie et Brody, toujours aussi millimétrée et passionnante. En tout cas, j’adore les deux personnages ensemble. Ils sont tellement bien. Carrie est toujours là pour protéger Brody (notamment en le prévenant d’une opération pour le liquider jusqu’à ce que Carrie découvre que ces hommes étaient engagés par la CIA). Mais l’épisode cherche également à mettre en exergue le fait que Brody n’a plus du tout l’image du héros américain, c’est devenu le héros américain qui a fait exploser Langley. La série met cela bien en évidence, aussi bien lorsque Brody se retrouve dans les rues de Tehran, acclamé par la foule en demandant l’asile. Ou encore quand lors de ses diverses entretiens, ils vont se rendre compte que ce n’est pas quelqu’un d’ordinaire et qu’il pourrait représenter beaucoup pour l’Iran.

vlcsnap-2013-12-09-21h22m09s106.jpg
C’est une gloire dans le pays et l’occasion de faire d’autres choses bien évidemment. Tout cela permet également de revenir sur la relation entre Brody et Issa. C’est plutôt bien fait là aussi, surtout que cette amitié va nous amener à changer de direction pour le personnage de Brody. La série cherche alors des implications plus médiatiques et passionnantes de ce point de vue là. Par ailleurs, l’épisode se concentre également sur la place de Carrie dans toute cette histoire. La pauvre était spectatrice dans l’épisode précédent et elle le reste plus ou moins dans cet épisode. Mais elle va malgré tout agir, contre le gré de Saul et de son équipe. La gestion de la crise Brody au sein de la CIA n’est pas assez traitée par l’épisode et c’est ce que je trouve de plus regrettable. J’aurais aimé que l’on voit le Président avoir envie d’agir sauf que celui-ci ne se pointe pas à l’écran. C’est dommage. En tout cas, le tout parvient à fonctionner de façon suffisamment intelligente pour que l’on s’amuse nous aussi. L’implication émotionnel du téléspectateur lui permet d’avoir envie de sauver la peau de tout le monde (et notamment de Brody).
La semaine dernière, un commentaire sur le blog parlait du fait que Brody était la pièce maîtresse de la série et que sans lui, Homeland ne serait plus rien. Je ne suis pas d’accord. Je pense que Homeland peut très bien survivre sans Brody dans le sens où elle peut très bien développer une nouvelle histoire avec de nouveaux personnages. Le fait que les scénaristes éliminent de plus en plus la famille Brody de la série (Dana a eu sa conclusion par exemple) permet de voir que finalement Brody est le dernier pion qui reste d’une famille dont le téléspectateur n’a plus besoin. Je sais bien que sa relation avec Carrie est unique et qu’elle fait sensation dans la série mais je pense que pour aller de l’avant et s’affranchir de tout ce qu’elle développe depuis le début, il faut qu’elle tente un coup et donc ce serait d’éliminer réellement Brody.
Note : 9/10. En bref, un épisode qui laisse le téléspectateur intrigué et excité mais qui aurait pu encore chercher plus loin.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines