Magazine Santé

ALZHEIMER: Découverte d'un gène muté générateur de risque élevé – Nature

Publié le 16 décembre 2013 par Santelog @santelog

ALZHEIMER: Découverte d'un gène muté générateur de risque élevé – NatureUne équipe de chercheurs de l’Université de Nottingham vient de découvrir une mutation génétique rare qui entraine un risque très élevé de développement de la maladie d’Alzheimer. C’est une deuxième étape dans la recherche génétique sur Alzheimer, car, après avoir identifié des variants courants associés à la maladie, les généticiens  » passent  » maintenant aux mutations rares qui peuvent être des facteurs de risque rares mais très élevés. Ces travaux, présentés dans la revue Nature, illustrent le nombre de nouvelles cibles diagnostiques et thérapeutiques qui restent à identifier et à exploiter pour lutter contre la maladie.

Il s’agit du gène de la phospholipase D3 (PLD3), ses variantes sont plus fréquentes chez les personnes atteintes d’une forme tardive d’Alzheimer. Sa découverte est issue d’une collaboration internationale d’experts en génétique de Nottingham avec des chercheurs de l’Université de Washington et de l’University College de Londres. Cette même équipe de chercheurs avait découvert la première mutation génétique rare, sur le gène TREM2, associée également à un risque élevé de maladie. La nouvelle étude, menée à partir de  l’une des plus grandes bases d’ADN de patients atteints d’Alzheimer, après séquençage des gènes de près de 2.000 personnes atteintes de la maladie, révèle plusieurs variations génétiques de prédisposition, dans le gène PLD3.

Les résultats identifient plusieurs mutations dans le gène, plus fréquentes chez les personnes qui ont eu la maladie, puis un risque double de la maladie chez les porteurs de ces variantes de PLD3.

PLD3 influe sur l’action de la protéine amyloïde qui compose les plaques amyloïdes caractéristiques observées dans le tissu cérébral et, à ce titre, est une nouvelle cible thérapeutique possible. Les chercheurs pensent qu’ils n’en sont qu’au début et qu’il y a encore de très nombreuses variations génétiques possibles, en cause dans la maladie, et donc un grand nombre de cibles diagnostiques ou thérapeutiques à explorer.

Bientôt de nouvelles interventions…Enfin, les progrès en matière d’analyse génétique permettent aujourd’hui de mieux cerner et comprendre les facteurs de risque génétiques de la forme la plus courante d’Alzheimer. Si l’on y ajoute les facteurs de mode de vie déjà connus, le développement de nouvelles interventions pour ralentir l’apparition de la maladie pourrait être possible dans un futur proche, concluent les auteurs.

Source: Nature 11 December 2013doi:10.1038/nature12825 Rare coding variants in phospholipase D3 gene confer risk for Alzheimer’s disease

ALZHEIMER: Découverte d'un gène muté générateur de risque élevé – Nature
Lire aussi:ALZHEIMER: Un gène de susceptibilité multiplie le risque par 5

Accéderaux dernières actualités sur la Mémoire, déclin cognitif, aux dernières actualités sur la Maladie d’Alzheimer

Accéder au Dossier sur la Maladie d’Alzheimer,pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine