Magazine Humeur

Notation(s): l’école dysfonctionne là où l’État s'est retiré

Publié le 16 décembre 2013 par Jean-Emmanuel Ducoin
L’école de la République, gratuite et laïque, qui fut longtemps l’une de nos institutions les plus jalousées dans le monde, 
ne parvient plus à dépasser les déterminismes sociaux. 


Notation(s): l’école dysfonctionne là où l’État s'est retiréNorme. Vous avez sans doute remarqué, depuis quelques jours, la France va encore plus mal. Introspection. Flagellation. Jusqu’à la déraison. À la faveur de la très et trop fameuse enquête Pisa, classement établi par l’OCDE qui mesure 
les performances des élèves classés par pays, nous serions 
donc menacés de relégation. Notre Éducation, avec la majuscule qui sied à sa grandeur historique, aurait perdu son excellence 
et sa réputation universelle. L’heure est au déclassement, 
au déclinisme. Nous voilà donc entrés dans la norme, soumis aux classements internationaux dictés par des logiques qui, 
de près ou de loin, n’entendent rien au concept de République et encore moins de service public. Mais tout se note de nos jours. 
Du triple A pour les États à l’efficacité de la littérature sommée d’aligner les zéros derrière les chiffres de ventes, en passant 
par notre pouvoir de séduction ou notre capacité à juger 
en direct n’importe quelle décision gouvernementale par grand vent, la dictature sondagière et la logique de l’évaluation basée sur des critères anglo-saxons ont remplacé la compréhension savante, l’expertise collégiale et même l’esprit du temps-long qui, jadis, inspirait le commissariat au Plan et le CNRS.
Ce laisser-faire ne pouvait qu’avaliser le règne de l’Homo œconomicus, sacralisant, du même coup, l’extension de la norme marchande et quantifiable à toutes les activités humaines, y compris 
les gratuites. Notez votre conjoint(e) une fois par semaine, vous vous sentirez mieux. Notez-vous vous-même, vous deviendrez alors pleinement le citoyen moderne ne refusant pas d’épouser son époque. Régis Debray nous l’a enseigné : « C’est fuir la vérité des faits et faire bon marché de la sueur des hommes que 
de mépriser les chiffres, mais c’est mépriser les citoyens que d’en faire l’alpha et l’oméga de leur existence. » Comprenez bien : le HEC sachant compter et provisionner a supplanté dans 
nos salons de la République le normalien sachant écrire. Bienvenue dans la France du XXIe siècle. Savez-vous encore 
s’il faut s’en plaindre ou s’en réjouir ?
République. Laissons de côté notre énervement sur ces classements souvent dépourvus de signification «scientifique», revenons aux résultats de notre enquête Pisa. Une seule donnée devrait attirer notre attention : les inégalités scolaires n’ont jamais été aussi fortes. Signalons d’abord 
que cette triste spécificité du système éducatif hexagonal 
est directement liée au bilan désastreux d’une décennie 
de droite au pouvoir. Signalons ensuite qu’un classement 
par pays masque obligatoirement d’autres inégalités à l’intérieur desdits pays. Signalons enfin que la dégringolade française selon Pisa s’expliquerait par la baisse de niveau des plus faibles, non compensée pas la hausse du niveau de l’élite. Pour un peu, on donnerait raison (ce serait bien la première fois) à l’ineffable Luc Ferry, ex-ministre en titre, qui déclarait l’autre matin: «Si on supprimait des enquêtes les 15 % d’établissements qui sont 
en très grande difficulté, la France serait classée numéro 1.» 
Les pauvres vous ennuient? Oublions-les. Le peuple ne vous plaît pas ? Supprimons le peuple. Reste la réalité: le fossé s’accentue en France entre les bons élèves et ceux déjà 
en difficulté. Plus grave encore: notre école, autrefois amortisseur social, amplifie les inégalités sociales. Traduction: l’école de la République, gratuite et laïque, qui fut longtemps l’une de nos institutions les plus jalousées dans le monde, 
ne parvient plus à dépasser les déterminismes sociaux. 
Le sarkozysme est passé par là, avec ses «projets éducatifs» 
à la carte, ses «internats d’excellence», sa «méritocratie», 
son «individualisation des parcours», son «autonomie» 
et sa volonté de passer «d’une école pour tous à la réussite 
de chacun». Les dégâts sont considérables. Bien sûr, pour ceux qui commentent «la crise» comme s’il s’agissait d’un match 
de foot ou d’un jeu télévisé, l’atomisation sociale paraît hors-sol et les inégalités, des statistiques désincarnées. Seulement voilà, la paupérisation des quartiers populaires n’est pas un fantasme né dans l’esprit de quelques défaitistes aux âmes sombres. 
Là où l’école dysfonctionne, c’est là où l’État a décidé de se retirer, là où les missions de service public subissent le plus les politiques de déstructuration en cours. Oui, précisément là où toutes les injustices se concentrent, là où l’essentiel des liens sociaux se sont distendus par ruptures successives, là où parfois 70% des familles vivent sous le seuil de pauvreté, là où le taux de chômage dépasse les 40%, là où un gamin sur deux 
est en échec scolaire… bref, là où l’horizon se refuse aux jeunes parce qu’ils sont discriminés socialement, économiquement, territorialement et culturellement. Quand l’école accompagne localement de tels moments de régression, c’est que 
la République a reflué et avec elle ce qu’il y a de meilleur. 
[BLOC-NOTES publié dans l'Humanité du 6 décembre 2013.]

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jean-Emmanuel Ducoin 9787 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte