Magazine Conso

Vers des vêtements plus "propres" ?

Publié le 17 décembre 2013 par Mamzellefifi @MamzelleFifi

Même si de part mon métier, c'est quelque chose que j'ai toujours su, j'ai longtemps fermé les yeux sur les traitements chimiques auxquels les tissus sont soumis en permanence, ne serait-ce que pour être teints. Pourtant des preuves de toxicité des matières premières qui passent chaque jour entre mes mains, j'en ai eu des dizaines. Mais persuadée que des tissus "propres", ce n'était pas vraiment pour tout de suite, c'est volontairement que je n'ai pas cherché à me renseigner sur le sujet. 

Et puis il aura fallu qu'un reportage soit diffusé à une heure de grande écoute sur une chaîne nationale, que la presse écrite se mette également à en parler plus en détails pour que mon intérêt s'éveille pour de bon. Depuis peu, j'en viens donc à faire encore plus attention aux étiquettes de mes vêtements pour savoir en premier lieu où ils ont été fabriqués, afin de déterminer si oui ou non, j'encours un quelconque risque en le portant quotidiennement, et ensuite parce que clairement, l'utilisation massive de produits chimiques n'est pas sans conséquence pour l'environnement et c'est quelque chose que je ne souhaite pas cautionner.

IMG_0158.jpg

L'information n'est pas toujours évidente à trouver malheureusement, certaines marques étant rusées en n'indiquant pas exactement le lieu de fabrication de leurs vêtements. Avec un peu de persévérance néanmoins et quelques recherches sur le net, on arrive malgré tout à obtenir une réponse, mais c'est encore plus simple lorsque l'on connaît directement les engagements de la marque en faveur de la protection de l'environnement. 

C'est le cas notamment de Levis qui communique fréquemment à ce sujet et qui souhaite s'engager d'ici la fin de l'année à ce que 40 de ses fournisseurs rendent publique la liste des substances chimiques qu'ils utilisent lors de la fabrication des jeans. Déjà 15 fournisseurs ont joué le jeu depuis juin, ce qui est un bon début, car cela laisse présager une réelle diminution de l'utilisation de tous ces produits. 
Si les fournisseurs en question doivent en effet mentionner très clairement les traitements et autres substances chimiques qu'ils utilisent, on peu parier sans risque qu'ils vont vite réduire ces méthodes afin de s'épargner les foudres des clients potentiels et de la presse. 
Une avancée prometteuse quand on sait par ailleurs que la firme a annoncé qu'elle n'utilisera plus de produits chimiques dangereux sur l'intégralité de sa chaîne de production d'ici à 2020 !  

IMG_0162.jpg

IMG_0157.jpg

IMG_0160.jpg

D'ici là, Levi's peut se féliciter d'avoir franchi une étape supplémentaire, puisque depuis cette année, la marque a totalement éliminé l'utilisation d'ethoxylates de nonylphénol (NPE) de son système de production. Perturbateurs endocriniens reconnus, ils sont effectivement susceptibles d'avoir un effet néfaste sur la reproduction et d'augmenter le risque de cancer. 

Dommage seulement que d'autres marques ne suivent pas le même chemin, car avant que toute notre garde-robe puisse se vanter d'être clean, ça risque de demander pas mal de temps. Reste plus qu'à se montrer patient(e)s...

 
Vers des vêtements plus

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mamzellefifi 644 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte