Magazine Sport

Ho! Ho! Ho!

Publié le 23 décembre 2013 par Lawrence Desrosiers
Je reviens tout juste d’une randonnée en raquette.
Malgré un thermomètre qui indiquait -18º C, ce fut agréable et bénéfique.
J’y ai fait de belles rencontres.
Un lièvre tout blanc m’a jeté une oreille. Il m’a demandé si j’avais une carotte pour lui. Je lui ai répondu que je n’avais qu’une barre énergisante. Il m’a supplié de lui en donner un morceau. Ce que j’ai fait. Il m’a dit que les humains n’arrêtaient pas de le poursuivre, de lui tendre des pièges avec de la broche dorée. Il m’a dit qu’il en avait marre d’être chassé par renards et hiboux, que dans ses pistes, il y avait souvent de l’urine et du crottin de chiens. Que puis-je faire? Il m’a demandé d’aviser mes amis de ne pas tendre de piège. Promesse faite.
Plus au nord, j’ai rencontré un ours polaire. Il semblait perdu dans son costume blanc trop grand pour lui. Je n’ai pas osé lui en faire la remarque. Il s’est plaint des changements de son habitat. Il m’a demandé quelle sorte de voiture j’avais et si je contribuais au réchauffement de la planète. Je lui ai dit que je n’avais pas de voiture, que je vivais pauvrement dans un igloo. Il m’a demandé si j’avais quelque chose à manger. Blanc de peur, je lui ai donné le reste de ma barre énergisante et j’ai déguerpi.
Au soleil baissant, j’ai rencontré le Père Noël. Avec son attelage de huit rennes, il m’a dit qu’il achevait sa tournée, qu’il était fatigué et las. Il m’a demandé si j’avais été sage. À ma réponse positive, il m’a dit qu’il en avait ras le bol de se faire raconter des mensonges. Sortant son grand livre de la vie, il a jeté un œil curieux à mon dossier. Hum… Il m’a dit que j’avais été gourmand à plusieurs reprises, que je racontais souvent des bobards, que je détruisais le milieu de vie de l’ours polaire avec la pollution produite par mon VUS. Cependant, il a ajouté qu’il me trouvait généreux et charitable, parce que je faisais du bien aux amis et que je faisais des dons aux organismes de charité. Il m’a félicité parce que je laissais le lièvre vivre en paix en ne le chassant pas.
Je lui ai demandé ce que j’aurais en cadeau pour Noël. Il m’a répondu, en me montant la forêt autour de nous : voici ton cadeau. Si tu fais attention, toute cette belle nature continuera d’enrichir ton cœur et celui de tes semblables.
Et il est reparti vers le nord.
Lo x

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lawrence Desrosiers 2061 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine