Magazine Société

une bonne blague socialiste

Publié le 23 décembre 2013 par Micheltabanou

Je suis atterré par la multiplication des bourdes ou de l'entrée de l'Almanach Vermot dans l'expression politique publique. La dernière est d'un effet tel que ses conséquences entraînent un refroidissement des relations franco-algériennes alors que l'Algérie mène une politique globale d'élargissement de ses échanges économiques, est à la recherche d'une diversité de ses approvisionnements. Avoir sorti la blague lors d'une rencontre avec des représentants du crif est la faute de goût supplémentaire par excellence! Peut-être est-ce du goût des féaux socialistes locaux, les duetistes Carrier et Bedouret, droits dans leurs bottes dans leur habit de psychos rigides exclusifs d'une politique de plus en plus hors les normes sociales espérées d'un gouvernement de gauche? Quand  moi ma raison m'oriente vers plus de décence et vers un rejet de ces fautes de goût et de ces orientations sociales à la tonalité libérale de plus en plus accentuée.

Je ne voudrais pas clore sans citer cette colère des Radicaux du PRG faisant suite aux déclarations de L. Carvounas, sénateur-maire d'Alfortville et Premier fédéral PS94 se pavanant avec mépris après la décision du PC d'Alfortville d'opter pour l'union: " Que les communistes acceptent de soutnir le maire sortant, un proche de Manuel Valls, c'est un symble". Dur à avaler pour le PC de passer ainsi sous les fourches caudines et de se plier à la pédante arrogance de L. Carvounas et l'expression choisie par le secrétaire général du PG pour définir cette attitude d'humiliation est je le reconnais bien choisie: " le baiser de la mort"! Dans son expression comme dans son attitude je reconnais ce qui m' a amené à me distancer de ce "socialisme" suffisant et revêche à toute ouverture, à tout partage.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Micheltabanou 5858 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine