Magazine Cinéma

Critique Ciné : Make your Move, mais pas trop...

Par Delromainzika @cabreakingnews

1008451_fr_make_your_move_1373362114955.jpg

Make Your Move // De Duane Adler. Avec Derek Hough, Boa et Will Yun Lee.


Make Your Move ne cherche pas à renouveler le genre du film de danse. Reposant encore une fois sur l’association entre un homme et une femme qui vont tomber amoureux alors qu’ils ne sont pas du tout du même monde et qui va permettre de créer quelque chose d’unique à la sortie, Make Your Move reste assez convenu. Et c’est dommage. Il faut dire que Duane Adler, scénariste de Sexy Dance ou encore de Dancing Girls, s’y connait en films de ce genre là mais commence à plus ou moins tourner en rond. Il s’est pourtant associé à Derek Hough, danseur américain très connu qui a gagné cinq fois Dancing with the Stars aux Etats-Unis. Ce dernier est très bon pour ce qui est de la danse mais beaucoup moins convaincant pour ce qui est du jeu d’acteur. Alors certes, quand l’équipe de Sexy Dance avait débauché Channing Tatum ce n’était pas forcément ce qui se faisait de plus finaud en termes de jeu d’acteur mais au moins, il avait un charisme. Derek Hough est un peu passe-partout alors que dès qu’il danse il se passe quelque chose. Il sait s’y prendre tout simplement. Duane Adler passe alors pour la première fois (après un vieux téléfilm datant de 2006) derrière la caméra et tente de nous amuser.
Deux danseurs se retrouvent à New York au milieu d’une rivalité entre leurs clubs de danse privés.
Malheureusement, il ne fait pas de merveille avec sa caméra numérique. On a donc l’impression de voir un New York pas très réaliste, filmé au hachoir alors qu’il y avait largement de quoi faire et notamment dans des quartiers chauds de la ville. Sauf que Duane Adler, sa zone de confort, c’est la danse et les histoires de coeur qu’il peut créer autour. L’histoire d’amour on a connait plus ou moins quand on a déjà vu ses deux précédents films du genre. Mais j’avais malgré tout l’espoir que cela soit légèrement plus original que ce que l’on a l’habitude de voir. Et non, c’est raté. Très loin d’être aussi bon que Battle of the Year (qui lui cherchait à renouveler légèrement le genre en créant quelque chose de différent, et notamment en se basant sur un évènement qui existe réellement), Make Your Move s’enlise rapidement dans le trop plein de bons sentiments et son intrigue à la mord moi le noeud beaucoup trop prévisible et mal écrite. Car si seulement l’aspect rivalité n’était pas aussi mal fichu, on aurait pu avoir quelque chose de crédible et donc d’intéressant. Mais la mise en scène est beaucoup trop plate et ne parvient donc pas à donner d’envergure au récit.
Un récit qui a déjà pas mal de défauts. En somme, je pense que vous pouvez passer votre chemin et ce malgré les beaux yeux de Derek Hough. Ce dernier a beau savoir se trémousser (et à plusieurs reprises durant le film), la mise en scène de Duane Adler est tellement plate que l’on n’arrive pas à voir où ce dernier veut en venir. J’ai eu l’impression de voir Honey 2 et c’est loin (voire même très loin) d’être un compliment. On a l’impression que le film a été fait avec peu de moyens mais qu’en plus de ça il tente de se prendre pour ce qu’il n’est pas. Faire un film de danse avec peu de moyens peut être honorable, notamment en choisissant des trucs bien moins clinquant que de la rivalité de bas étage et une histoire d’amour à dormir debout. Il y avait donc bien mieux à traiter, et notamment des coulisses d’une compétition de danse ou quelque chose dans ce genre là. Je suis certain que le scénariste de Sexy Dance aurait très bien pu nous pondre ça, surtout que pour faire un film de danse il ne doit pas falloir des millions de neurones.
Note : 1/10. En bref, quelle grosse déception. Dommage. Reste les pas de danse de Derek Hough et encore, cela ne fait vraiment pas tout.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Insaisissables, critique

    Insaisissables, critique

    Prêts pour un tour de magie ? Dans Insaisissables, c’est un casting 5 étoiles qui monte le numéro pour un divertissement sans prétention et assez efficace pour... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Insaisissables - Critique

    Insaisissables Critique

    Abracadabra !Le réalisateur français Louis Leterrier (L'Incroyable Hulk), nous propose cet été de nous divertir avec un film à la Ocean's Eleven sur fond de... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Critique Ciné : Les Derniers Jours, le virus de la panique

    Critique Ciné Derniers Jours, virus panique

    Les Derniers Jours // De Alex Pastor et David Pastor. Avec Quim Gutiérrez et José Coronado. Les frères Pastor, déjà à l'origine du très sympathique Infectés,... Lire la suite

    Par  Delromainzika
    CINÉMA, CULTURE
  • Critique: explorers

    Critique: explorers

    Passionné de science-fiction, le jeune Ben Crandall souhaite plus que tout au monde rencontrer des extra-terrestres. Une nuit, le garçon fait un rêve étrange... Lire la suite

    Par  Cinedingue
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique] INSAISISSABLES

    [Critique] INSAISISSABLES

    Titre original : Now You See Me Note: Origine : États-Unis/France Réalisateur : Louis Leterrier Distribution : Jesse Eisenberg, Woody Harrelson, Mark Ruffalo,... Lire la suite

    Par  Onrembobine
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique] Insaisissables

    [Critique] Insaisissables

    Insaisissables est un thriller de Louis Letterier réunissant un casting alléchant composé de Jesse Eisenberg (Daniel), Woody Harrelson (Merritt), Isla Fisher... Lire la suite

    Par  Wolvy128
    CINÉMA, HUMEUR
  • Critique Insaisissables

    Critique Insaisissables

    Insaisissables 8/10 de Louis Leterrier Avec Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo, Woody Harrelson Sortie et vu le 31 juillet 2013 C'est vraiment magique, attractif et... Lire la suite

    Par  U2grier
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Delromainzika 17971 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine