Magazine Médias

ALMOST HUMAN : une Bromance Blade Runnerienne

Publié le 25 décembre 2013 par Hellknight @HellKNIGHT2010

almost human, fringe, john kennex, dorian, valerie stahl, karl urban, michael ealy, minka kelly, mackenzie crook, lili taylor, policier, science-fiction, histoire des séries amricaines

De quoi ça parle ? (le pitch de la série) :  Dans un futur proche, la police de Los Angeles emploie des androïdes à la plastique semblable aux humains. John Kennex perd un de ses collègues et sa jambe lors d'une mission-piège tendue par la mystérieuse organisation, le Syndicat. Après 17 mois de coma, le policier s'efforce de rassembler ces souvenirs dans l'espoir de pouvoir venger son ami et retrouver sa bien-aimée disparue. Entretemps, il lui faut reprendre du service. Son retour est d'autant plus difficile qu'il lui faut faire équipe avec un de ces robots très attachés au règlement. Lui est alors exceptionnellement assigné un ancien modèle, retiré du marché suite à quelques défaillances... (source : Allociné.com)

Les raisons d’y jeter un œil… ou pas ! (mon avis critique sur les débuts de la série) :  ALMOST HUMANest l’une des dernières productions Blockbusters en date de la FOX, créée par J.H. Wyman, ayant déjà travaillé sur la série FRINGE. Les deux séries sont des productions Bad Robot, ayant J.J. Abrams comme producteur. Les séries Bad Robot n’ont jamais prétendu révolutionner le monde de la télévision, mais réutiliser de vieilles idées de séries et les revitaliser. C’est ainsi le cas d’ALMOST HUMAN, qui n’est finalement qu’une simple série policière mettant en scène un duo de flics, une « Buddy cop série », comme la télévision américaine a pu nous en offrir des milliers depuis une quarantaine d’années. On pourra penser en vrac à Starsky & Hutch, Un Duo d’enfer, Rick Hunter, Silk Stalkings,… La liste pourrait être longue comme le bras. Même X-Filesà l’époque, relevait plus ou moins du genre : on associe 2 policiers ou enquêteurs avec suffisamment de contraste, d’oppositions pour rendre intéressante leur association, et tous deux vont finir par s’apprécier au point qu’ils donneraient leur vie l’un pour l’autre. Et comme ce n’est jamais qu’une série policière de plus, on y retrouve les archétypes courants dans ce type de fiction, comme ils étaient déjà présents dans FRINGEd’ailleurs : les 2 héros, donc, dont l’un au fort caractère (John Kennex) tempéré par son coéquipier (Dorian), le chef un peu bourru (ici le Capitaine Maldonado. Dans FRINGE, nous avions Broyle), mais qui tient à ses hommes, le scientifique un peu barjo (Rudy Lom, qui vaut bien Walter Bishop). Et puis il y a la jeune flic assez mignonne, l’Inspectrice Stahl.

almost human, fringe, john kennex, dorian, valerie stahl, karl urban, michael ealy, minka kelly, mackenzie crook, lili taylor, policier, science-fiction, histoire des séries amricaines

Du coup, est-ce que la série en vaut la peine, puisqu’elle s’inscrit à ce point dans une longue tradition, et met en scène des personnages archétypaux ? Hé bien oui, si l’on aime le genre. Comme les autres séries policières actuelles, ce ne sont pas les intrigues qui vont attirer le téléspectateur, puisqu’elles sont là encore d’un classicisme éprouvé : on aura ainsi droit à l’épisode « prise d’otages », ou encore l’épisode « trafiquants de drogue » à infiltrer. Des intrigues très conventionnelles, finalement. Mais 2 points sauvent la série et en font l’intérêt : les personnages sont très vite attachants, bien plus déjà que dans Agents of S.H.I.E.L.D. par exemple. On a plaisir à les retrouver épisode après épisode. Le second point, intimement lié au 1er, est l’excellent casting de celle-ci, sans fausse note :  dans le rôle de John Kennex, on retrouve Karl Urban, interprète du Juge Dredd dans le film éponyme, et nouveau Dr McCoy de la saga Star Trek. Dans celui de son partenaire, Michael Ealy, habitué des rôles de flic, qui interprète brillamment Dorian. Le savant fou de la série est interprété par le très bon et efficace MacKenzie Crook, l’un des acteurs réguliers de The Office version britannique, croisé dans les Pirates des Caraïbes. Lily Taylor aura participé à l’excellente série Six Feet Under (à laquelle je n’ai jamais accroché. Mais, bien sûr, ce n’est pas parce qu’on n’aime pas une série que l’on ne peut pas en reconnaître les grandes qualités), ainsi qu’au film The Conjuring et à la série horrifique Hemlock Grove. Et puis il y a Valerie Stahl, interprétée par la mignonne et souriante Minka Kelly (Friday Night Light, le film 500 Jours ensemble, et la nouvelle mouture de Charlie’s Angels).

almost human, fringe, john kennex, dorian, valerie stahl, karl urban, michael ealy, minka kelly, mackenzie crook, lili taylor, policier, science-fiction, histoire des séries amricaines

La 3ème raison, enfin, qui donne une ambiance particulière à la série, est le fait de placer l’histoire dans le futur, de croiser une banale « buddy cop serie » avec une série de Science-Fiction, avec plein de petites trouvailles qui nous font ressentir ce futur. Les androïdes, bien sûr, mais aussi les trouvailles technologiques qui rendent la série plaisante à suivre, agréable à regarder. Les effets spéciaux sont bien réalisés, particulièrement efficaces et maîtrisés. Pour l’instant, la série se contente d’être constituée d’épisodes stand alone, avec à chaque nouvel épisode sa nouvelle enquête, sans aucune continuité ou mise en place de mythologie particulière. Peut-être cela viendra-t-il par la suite…

En bref :  ALMOST HUMANprésente de séduisants atouts, comme ses personnages, vite attachants, inteprêtés par un bon casting que l’on se plaît à retrouver. Mais ne nous voilons pas la face, hormis l’originalité de placer ses histoires dans un contexte futuriste, la série n’apporte dans le fond rien de vraiment neuf au genre, surtout au vu des premières intrigues, assez clichées.

Côté Cast :  Les fans de The SHIELDreverront avec plaisir au détour d’un épisode Benito Martinez, le Capitaine Aceveda de cette série.

almost human, fringe, john kennex, dorian, valerie stahl, karl urban, michael ealy, minka kelly, mackenzie crook, lili taylor, policier, science-fiction, histoire des séries amricaines

L’info en plus :  Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, la série ALMOST HUMANn’est pas diffusée dans l’ordre de production aux Etats-Unis. Vu que la série ne dispose pas de véritable continuité, cela ne l’impacte pas, mais la pratique est toujours dommageable et critiquable. La chaîne FOX aurait-elle choisi de saborder à nouveau une de ses séries ?

" Les séries TV nous montrent parfois le futur, et c'est pour ça que nous les regardons. "


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hellknight 118 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte