Magazine

C'est la trève des confiseurs ...

Publié le 27 décembre 2013 par Mpbernet

27 décembre 2013

Jusqu'ici, je pensais que cette expression venait du nécessaire temps de repos dû aux gentils producteurs de bûches de Noël et des chocolats de la fin d'année, avant le rush de la galette des rois.

P1120050

Et il y a de quoi accréditer cette idée lorsqu'on se promène dans les rues de Paris en ce moment : les rues quasiment vides, les boutiques des artisans de bouche souvent fermées, sans doute en récupération des dimanches et lundis qui ont été ouverts la semaine dernière et qui seront à nouveau en pleine activité dans la perspective du réveillon du Nouvel An ....

Pourtant, certaines enseignes ont débuté ce matin leurs ventes privées ... Claude en a profité pour se commander un blazer bleu marine et un pantalon gris ... Toujours dans le classique, on ne le changera pas mais son élégance discrète fait tout son charme ... et ce seront bientôt les soldes. il faut garder un peu de nos étrennes !

Mais pour qui est curieux de savoir l'origine de cette expression sucrée, elle est étonnante :

L'expression est apparue en France vers 1875, à l'occasion des vifs débats, à la Chambre entre monarchistes, bonapartistes et républicains, sur la future constitution de la République. En décembre 1874, « d'un commun accord, tous les groupes de la Chambre jugèrent que l'époque du renouvellement de l'année était peu propice à des débats passionnés.

À cette occasion la presse satirique imagine le mot de « trêve des confiseurs », une pratique bien oubliée de nos jours où toute polémique - entre autres sur les chiffres du chômage - fleurit et prospère :

« Aux approches de Noël, par une sorte d'accord entre les parlementaires, on ne soulève pas de questions irritantes, qui, troublant l'esprit public, nuiraient aux affaires. Et même, afin de mieux vivre en paix, on se sépare, on se donne des vacances. Donc, point d'aigres propos et pendant cette accalmie, les marchands de sucreries, de gâteaux, de friandises, font, tout doucement, leur petit commerce. Les confiseurs jubilent, profitant de la suspension des hostilités à la Chambre, et cette tranquillité dont ils bénéficient s'est appelée la trêve des confiseurs. »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte