Magazine Rugby

La difficile pratique du Rugby à XV pour les Aborigènes

Publié le 31 décembre 2013 par Sudrugby

Les All Blacks ont leur haka en honneur des Maoris, les premiers habitants de l’île avant les passages du hollandais Abel Tasman et de l’anglais James Cook. Le Nkosi Sikelel’ iAfrika, revisité et mixé avec Die Stem van Suid-Afrika pour devenir le nouvel hymne Sud Africain en 1994, comporte des paroles en xhosa, zulu, sesotho, afrikaans et anglais pour représenter les populations les plus nombreuses d’Afrique du Sud. Mais bien que les Wallabies soient représentés par des joueurs aux origines diverses (Pacific Islands, Afrique, Nouvelle Zélande etc…), il est plus rare de retrouver des représentants des premiers habitants de l’île continent, les Aborigènes ou les Torres Strait islanders (les habitants des petites îles situées entre le Cape York au Nord du Queensland et la Papouasie Nouvelle Guinée).

Mark Ella Kurtley Beale Indigenous Aborigenes Wallabies

Kurtley Beale et Mark Ella (ici avec Quade Cooper) sont deux des Aborigènes Australiens ayant connu le succès avec les Wallabies

Les Indigenous Australians sont en effet peu nombreux à jouer au Rugby Union et il est compréhensible que, après avoir subi des lois aussi nauséabondes que l’Aboriginal Protection Act 1869 (légiférant sur les Générations volées), il est rare de les retrouver pratiquant le sport historique de l’élite blanche. Les cas de réussite comme les frères Ella, Jim Williams, Andrew Walker ou plus récemment Kurtley Beale ou Matt Hodgson voire la fratrie Fainga’a (1/4 aborigènes) sont également rares, probablement à cause du conservatisme du milieu “quinziste” Australien. Dans le même temps les autres sports Australiens n’ont pas chômé et aujourd’hui 12% des joueurs de NRL (Rugby League) et 10% des joueurs d’AFL (Aussie Rules) sont considérés comme des Indigenous Australians, une belle visibilité pour une population qui représentait 2,3% des Australiens lors du dernier recensement en 2006. Ils ne seront malheureusement que 5 engagés Super Rugby cette année! En Rugby à XIII, une sélection des Indigenous All Stars a même vu le jour en 1973 et dispute depuis 2010 le All Stars Match face à une sélection NRL All Stars avant le coup d’envoi de la National Rugby League. On y retrouve par exemple Greg Inglis, Johnathan Thurston ou Greg Bird, stars des Kangaroos champions du Monde cette année. La contribution des sportifs indigènes a également été célébrée par l’AFL au cours du mois de mai dernier.

Mais en Rugby Union c’est toujours le calme plat, les initiatives pour développer la pratique du XV de la part de l’ARU restant sporadiques. Il est vrai que contrairement au Rugby League ou au Footy, le Rugby à XV n’est pas un sport “national”, la majorité des licenciés se trouvant à Sydney et à Brisbane. La mission première de la fédération est donc de développer le rugby hors de ses bases, en prenant en compte l’aspect financier, l’organisation étant en déficit depuis plusieurs saisons! Avec la création de la Western Force puis des Melbourne Rebels, ce projet avance petit à petit même si le développement se fait essentiellement grâce aux populations d’origines Africaine (Sud Africains, Zimbabwéens etc…) ou Polynésienne implantées dans ces villes. Les résultats ne suivant pas, difficile d’intéresser un public plus tourné vers les autres sports. Mais le plus inquiétant reste le silence des autorités au sujet des populations indigènes et des progrès réalisés. Mark Ella a d’ailleurs déclaré à ce sujet dans The Australian (en espérant mes lecteurs bilingues).

Watching other sports speak so proudly of their indigenous athletes makes me feel disenchanted about rugby union. My sport likes to talk the talk but fails to deliver.

Lloyd McDermott Rugby Development Team

Lloyd McDermott

Pour le moment, l’ARU semble se reposer sur une initiative privée qu’elle héberge dans ses locaux et soutient logistiquement, la Lloyd McDermott Rugby Development Team. Lloyd McDermott est le premier aborigène à avoir porté le maillot Green and Gold des Wallabies en 1962 et s’est surtout illustré pour avoir refusé de participer à une tournée en Afrique du Sud en plein Apartheid la même année. Il deviendra également le premier avocat d’origine Aborigène du pays. La LMRDT permet à de nombreux jeunes joueurs d’origine indigène de participer aux compétition nationales -16 ans et -18 ans au sein d’une même sélection face aux habituelles équipes représentant les meilleurs lycées de Brisbane, Sydney ou Canberra. Grâce à ces sélections, les jeunes peuvent continuer leur pratique du Rugby à XV et ne sont plus obligés de se contenter du Rugby à XIII, les passerelles étant très proches entre les deux disciplines au niveau lycéen. La LMRDT soutient également le Rugby à VII en proposant des équipes féminines et masculines pour des tournois internationaux (hors IRB World Series) ainsi qu’en organisant un tournoi annuel, le Ella 7’s, organisé à Cairns et Coffs Harbour entre autres. Indépendante financièrement de la fédération Australienne, l’association peut réussir ses différents projets en comptant sur des investisseurs privés. Je vous conseille de lire cet excellent article de nos amis du Rugbynistère lors de la tournée de la Lloyd McDermott Rugby Development Team en France et en Belgique il y a quelques mois.

Comme expliqué plus haut, le problème principal de la fédération Australienne est sa présence incomplète sur le territoire Australien. Le développement du rugby à XV est toujours long et difficile à Perth, Melbourne ou sur la Gold Coast voire carrément sporadique vers Adélaïde ou dans le Nord du Queensland (Townsville & Cairns). Alors que penser du rugby dans le Northern Territory, territoire historique des aborigènes, un état d’environ 1.5 millions de km² peuplé de seulement 230.000 habitants! La petite fédération Northern Territory Rugby Union possède trois compétitions réparties dans les trois principales villes de l’état, Darwin, Alice Springs et Katherine, compétitions d’un niveau assez faible. Cependant le tournoi de Sevens Darwin Hottest 7s est assez populaire et draine des équipes de tout le pays voire de l’étranger. Les cinq franchises engagées en Super Rugby n’ont aucun liens avec les clubs des territoires du Nord ce qui limite le développement et la représentativité du Rugby Union sur les terres Aborigènes. Dans le Far North Queensland, en particulier à Cairns, proche des terres des Torres Strait Islanders, on trouve le club de XII, Northern Pride RLFC, équipe réserve des North Queensland Cowboys engagés en NRL. Mais la région est étonnamment une zone où le soccer est très développé!

Wendell Sailor Torres Strait Islander Reds Waratahs Wallabies

Wendell Sailor

En lançant le National Rugby Championship, une compétition professionnelle similaire à la Currie Cup Sud Africaine ou à l’ITM Cup Néo Zélandaise, la fédération Australienne a ainsi l’occasion de s’implanter hors de ses bases. Créer un club dans le Northern Territory est certes un risque et à court terme les résultats pourraient ne pas suivre (comme le Limpopo en Vodacom Cup Sud Africaine) mais ce serait un geste important pour l’image du Rugby Union sur les terres des Indigenous Australians. Ce n’est certes pas la priorité d’un Rugby Australien à la recherche de nouveaux licenciés et surtout d’argent après des années de dépenses sans retour sur investissement, mais la fédération ne peut plus se contenter de mots et doit désormais agir pour ne pas s’éloigner définitivement des premiers habitants de l’île continent. Pour le moment seuls 11 joueurs d’origine Aborigène ou Torres Strait Islander ont porté le maillot des Wallabies, Lloyd McDermott, Mark Ella, Glen Ella, Gary Ella, Lloyd Walker, Andrew Walker, Jim Williams, Wendell Sailor, Timana Tahu, Matt Hodgson et Kurtley Beale.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sudrugby 8147 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines