Magazine Sport

Bikila remporte le marathon de Rome pieds nus

Publié le 31 décembre 2013 par Histoiredusport @Histoire_sport
abebe bikila jeux olympiques pieds nus

L’Ethiopien Abebe Bikila remporte en 1960 le marathon de Rome. Il devient le premier africain à remporter une médaille olympique, mais surtout le premier athlète à remporter un marathon… pieds nus. Au delà de cet exploit sans précédant, cette victoire est un signe fort qui signifie beaucoup pour le peuple éthiopien, colonisé quelques années plus tôt  par l’Italie.

Bikila l’inconnu

Abebe Bikila n’était pas prédestiné à devenir marathonien: le jeune athlète éthiopien le devient sur le tard. D’abord membre de la garde impériale d’Éthiopie, il est repéré par un suédois, Onni Niskanen qui voit en lui l’un des champions de demain.
Avec ses méthodes novatrices pour l’époque, et les espoirs de réussite qu’il met dans le jeune garçon, il transforme peu à peu un jeune à fort potentiel en machine à gagner. Celui qui a toujours rêvé de représenter son pays aux Jeux Olympiques se qualifie ainsi pour les Jeux Olympiques de Rome en 1960.

Deux mois avant les Jeux, il remporte son premier marathon dans un temps de 2h39. Un temps honorable, mais pas de quoi inquiéter les ténors de l’époque. En revanche, un mois plus tard il en remporte un nouveau. Cette fois-ci il réalise un tout autre temps: 2h21, ce qui l’approche des tous meilleurs temps mondiaux.
Néanmoins, il n’est pourtant qu’un inconnu à son arrivée à Rome.

Bikila le marathonien aux pieds nus

Le marathon de ces Jeux Olympiques doit se dérouler de nuit. Les fortes chaleurs connues en plein été dans la capitale italienne ne permettent pas de courir en journée pour la sécurité des athlètes.
Les Russes Popov et Vorobiev ainsi que le Marocain Rhadi sont les favoris pour cette épreuve.
Sur la ligne de départ, un illustre inconnu du nom d’Abebe Bikila prétend avoir réalisé un temps de 2h21, soit autant que Zatopek! Comment un inconnu pourrait-il avoir un meilleur temps que le grand Zatopek lui-même? (NDLR: Zatopek est un athlète tchécoslovaque qui remporta 4 médailles d’or aux JO).

Dès le début de la course, Abdelesem Rhadi prend la tête de la course, suivi de près par les Russes et Abebe Bikila. Cet athlète a une particularité surprenante: il court le marathon… sans chaussures! Une particularité qui attise la curiosité du public. Tout les spécialistes saluent déjà la performance de l’athlète qui a réussi à suivre les tous meilleurs quelques kilomètres sans chaussures.

L’athlète avait pour habitude de courir sur ses terres sans soulier; et lorsque ce dernier essaya de se chausser pour les courses, les ampoules et des temps bien inférieurs à ses temps records le dissuadèrent d’en porter. Comme l’indiqua Bikila à la fin de sa course, il s’agissait d’une manière de montrer que « l’Ethiopie a toujours gagné avec détermination et héroïsme ».


Au 30 ème Km, deux hommes sont en tête: Rhadi et Bikila. Surprenant de facilité, l’éthiopien semble caresser l’asphalte. Peu à peu, l’athlète marocain est distancé. Peu après le 40 ème KM, Bikila place une attaque sèche et implacable à laquelle Rhadi ne peut répondre. L’Ethiopien vole vers la victoire, une victoire qui serait un exploit sans précédant pour un athlète inconnu du grand public.

Qui l’eut cru? Un inconnu remporte le marathon des Jeux Olympiques… pieds nus! Avec un temps de 2h 15’ 16’’ il efface des tablettes le précédant record de Zatopek de 1952, et entre dans l’histoire du marathon.
Plus surprenant alors, quand ses adversaires terminent leur épreuve à bout de force, Abebe Bikila paraît dans une forme « olympique », presque prêt pour remettre ça 40 nouveaux kilomètres.

L’avènement de la suprématie africaine

C’est une victoire symbolique. Bikila l’éthiopien l’emporte sous l’arc de triomphe, à cet endroit même où Mussolini avait lancé ses troupes vers l’Ethiopie pour la colonisation des années plus tôt. Il devient un héros dans son pays, et montre la voie à d’autres athlètes. Celui dont le nom signifie « la fleur qui grandit » voit derrière lui d’autres qui germent déjà. Des générations de sportifs éthiopiens prirent sa succession avec brio. On pense notamment à Haile Gebreselassie ou encore à Kenenisa Bekele.
Bikila remporte également le marathon des Jeux Olympiques de 1964, cette fois-ci avec des chaussures. Il ne descendra jamais de ses hauts plateaux pour concourir entre les Jeux Olympiques. Le simple plaisir de courir dans un pays qu’il aime, et de le représenter tous les 4 ans lors des Jeux Olympiques. Courir pour un peuple comme l’a fait Bikila, c’est aussi ça la marque des grands.

Sources:
Volodalen.com


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Histoiredusport 809 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine