Magazine High tech

Qu’est-ce que l’impression 3D?

Publié le 08 janvier 2014 par Printmy3d @Printmy3D

C’est vrai ça… On en parle, on en parle… Mais qu’est-ce que l’impression 3D? On dit d’elle que c’est la révolution de demain… Mais en fait, quand on regarde d’un peu plus près, on se rend compte que l’imprimante 3D est un projet qui remonte à un petit moment déjà…

histoire (1)

De ce fait, un petit tour d’horizon s’impose, afin de remettre les choses dans leurs contextes et surtout de rendre à César ce qui appartient à César :

Années 80′ : L’histoire commence…

César? Il faudrait plutôt dire Hull, Charles Hull !! En effet, si les avis diffèrent quant à l’année exacte de l’invention de l’imprimante 3D (1983 pour certains, 1984 pour d’autres) tout le monde est d’accord pour dire que l’inventeur de l’imprimante 3D s’appelle Charles Hull et qui occupe laplace, aujourd’hui, de vice président de 3D Systems. Il a ainsi commercialisé en 1986 le premier prototype de l’imprimante 3D, qui repose sur le principe de Stéréolytography (dont la forme la plus répandue est la Photopolymérisation ou autrement appelée SLA). Pour être bref tout en essayant d’être clair, c’est un procédé qui consiste à faire durcir un matériau synthétique grâce à un rayon ultraviolet.

Tout ça pour dire que cette première machine, testée par de rares entreprises méticuleusement choisies, fut à l’initiative de la première imprimante 3D fabriquée en série : la SLA-2502 de 3D Systems (ci-dessous). Cette dernière permettra dès lors aux industriels de créer leurs propres designs d’objets et de les tester avant d’en lancer la production à plus grande échelle.

Qu’est-ce que l’impression 3D?

Années 90′ : L’impression 3D s’améliore 

Cela commence dès 1990 avec la création couche après couche d’objets 3D. Nous n’en sommes qu’aux prémices avec toutes les imperfections que cela comprend mais on se rend compte des réelles possibilités que peut nous apporter l’imprimante 3D. En effet, toujours grâce au principe de Stéréolythography légèrement amélioré puisque dorénavant un rayon UV vient taper une sorte de liquide visqueux que l’on peut comparé à du miel, on peut créer des pièces beaucoup plus complexes.

Et quand nous disons « complexes », c’est loin de le dire puisqu’en 1999, une prothèse permettant d’agrandir la vessie d’un homme a été créée à partir d’une imprimante 3D. Bien évidemment, cette pièce fut adaptée à la physionomie du patient tout en étant enrobée de ses propres cellules afin de réduire au maximum le risque de rejet. On commence donc à s’apercevoir que l’imprimante 3D peut trouver sa place non seulement dans le milieu industriel mais également dans une multitude d’autres domaines.

Qu’est-ce que l’impression 3D?

Années 2000 : Tout s’accélère…

Paco Rabanne avait prédit la fin du monde pour l’an 2000, il n’a pas vu venir la révolution des systèmes d’impression.

A l’origine de la création du premier organe humain en 3D cité plus haut, les universitaires de Wake Forest Institute for Regenerative Medicine récidivent mais cette fois-ci en créant le premier rein fonctionnel en 2002. Greffé sur des animaux, celui-ci est capable de filtrer le sang et diluer de l’urine.

Qu’est-ce que l’impression 3D?

Par la suite, en 2005, Le Docteur Adrian Boyier et son équipe d’universitaires de Bath innovent en créant une imprimante 3D permettant de réaliser les pièces utiles à son fonctionnement. L’objectif est simple, donner la possibilité à chacun de créer sa propre imprimante 3D et ainsi pouvoir mettre au point ses propres objets sans se fixer de limite.

Baptisé « RepRap Project », l’engouement prend rapidement et en 2008, la première imprimante auto-réplicante voit le jour. Chaque personne qui possède une imprimante 3D peut en créer une autre pour un proche, un ami ou autre personne de son entourage. C’est cette même année que le site Shapeways.com arrive sur la toile. Ainsi les professionnels tels que les architectes, les designers et autres ingénieurs peuvent créer conjointement des plans et faire imprimer des objets complexes à des prix plus abordables.

En 2009, The Replicator de Marketbot Industries permet à chacun de réaliser ses propres créations chez soi. L’émancipation de l’impression 3D connait dès lors une avancée fulgurante puisqu’elle est désormais véritablement accessible par tous.

Par la suite, tout s’accélère!! Fin 2010, une équipe de chercheur parvient à réaliser le premier vaisseau sanguin fonctionnel au moyen d’une imprimante 3D Organovo.

En 2011, l’imprimante 3D intervient dans le milieu aéronautique. Le premier avion est réalisé en un temps record grâce à la technologie SLS puisqu’il a fallu une petite semaine et environs 5000 Livres Sterling pour mettre au point cette petite merveille volante de 2 mètres d’envergure baptisée Sulsa.  L’autre petit point remarquable de ce projet réside dans son moteur électrique qui permet a Sulsa d’atteindre une vitesse de 160 km/h.

Aujourd’hui il est possible de faire voler des avions avec des pièces imprimées en 3D.

Qu’est-ce que l’impression 3D?

Après les airs, la terre…

Autrement dit, après l’avion, la voiture. C’est cette même année que la société Kor Ecologic présente Urbee, la première automobile avec une carrosserie complètement créée à partir d’une imprimante 3D. Évoluant dans une société de plus en plus soucieuse de son environnement, Urbee présente l’avantage d’être « eco-friendly » car elle ne consomme que 1,8 litres pour 100 km sur autoroute et 2 fois moins en ville.

Qu’est-ce que l’impression 3D?

Cela a, dès lors, donné des idées à certains puisque Ivan Sentch s’est employé à réaliser son rêve : créer une Aston Martin.

L’imprimante 3D élargie sa cible

En effet, après les industriels, les scientifiques, les designers et les architectes, ce sont les bijoutiers et artisans qui se voient ouvrir les portes de l’impression 3D. En effet, toujours en 2011, i.materialise.com offre la possibilité de créer des objets en or et en argent. Cela leur permet ainsi de réaliser leur propre création sans moule et avec une dimension unique.

Après la vessie et le rein, la mâchoire…

Et oui, on n’arrête pas le progrès, surtout dans le domaine de la médecine! En 2012, une équipe de chercheurs et d’ingénieurs Néerlandais ont réalisé une prothèse de maxillaire pour une jeune femme de 83 ans (!) souffrante de la mâchoire. Dès lors, ils lui ont créé une prothèse sur mesure avec pour but d’étudier la reconstruction des tissus osseux.

La première controverse

Malheureusement, comme toute innovation, cela attire les esprits mal-intentionnés… L’imprimante 3D n’échappe pas à la règle et outre ses multiples avantages, le fait qu’elle puisse créer des objets en tout genre signifie également qu’elle peut être la source de « mauvaises » créations. Le premier buzz est donc né en 2013 avec la société Solid Concept qui a réussi à créer la première arme à feu totalement réalisée grâce à l’impression 3D.

Voilà, nous sommes maintenant en 2014 et on se rend compte que l’imprimante 3D a encore de beaux jours devant elle puisque chacun de nous peut l’utiliser comme bon lui semble et surtout sans limite !!

Alors, à vos impressions…

;)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Printmy3d 1163 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte