Magazine Côté Femmes

Le cas Dieudonné…

Publié le 13 janvier 2014 par La Fille Aux Chaussures

Je me souviens très bien du début de l’affaire. Cela doit faire environ 10 ans. J’étais chez moi à Nice, devant l’émission de Marc-Olivier Fogiel. Dieudonné a débarqué, travesti en extrémiste juif. J’avoue avoir ri. Moins de 24 heures, la presse faisait ses choux gras de l’ »affaire« , chacun avait son mot à dire. D’un coup, j’ai pris peur. Je me suis dit : « Ma vieille, si ça se trouve, tu es antisémite« . Il ne m’a pas fallu une grosse inspection personnelle pour en conclure que ce n’était pas le cas. Cette histoire prouve que ce politiquement correct si présent depuis quelques années, a aussi des aspects pervers : non, ce n’est pas parce que l’on ri de quelque chose qu’on le cautionne.

Et puis, voilà, l’affaire a été remplacée par une autre. Ainsi va la vie et la société de consommation. J’avais vu quelques extraits des spectacles de Dieudonné. Il avait alors vraiment beaucoup de talent. Un vrai sens de l’écriture qui changeait des humoristes d’aujourd’hui qui arrivent à faire  rire pendant une heure avec des sketches sur les poussettes.

Que s’est-il passé entre temps? S’est-il fait prendre à son piège comme un Depardieu? Lui semblait-il trop difficile de faire marche arrière une fois être allé trop loin? Ou est-il vraiment fasciste comme le laisse penser Stéphane Guillon dans son édito paru dans « Libération » cette semaine?

La liberté d’expression est un symbole, une notion difficile à quantifier, à jauger. « On peut rire de tout » disait Desproges. Oui, peut-être mais avec n’importe qui et pas avec n’importe quels mots.

C’est compliqué tout ça. Pourquoi interdire Dieudonné et pas les livres d’Alain Soral, le magazine « Minute » ou bien encore, le Front national?

Et puis, j’ai lu cet article sorti sur le site du Point. Je ne sais pas ce qui fut le plus terrible pour moi : le discours de Dieudonné, les rires des spectateurs ou bien alors, les commentaires qui faisait suite au reportage. J’étais au bord de la nausée. Les jours qui suivirent, ce fut un déferlement sur Facebook. J’ai lu la haine des gens, de certaines de mes relations. Je n’ai pas pour habitude de me mêler de ce genre de discussions qui sont le plus souvent sources de polémiques. Je n’aime pas le conflit mais pour une fois, je n’ai pas pu laisser passer.

Non, il n’est pas bon de censurer. Non, il ne faut pas infantiliser les Français. Mitterrand avait légitimer le FN pour pouvoir mieux le combattre. Malgré tout aujourd’hui, nous sommes en manque de repères et on ne peut pas laisser quelqu’un d’aussi dangereux avoir une tribune politique publique. Dieudonné souhaite que l’on transforme les juifs en savon. Je n’ai pas besoin de plus pour déclarer qu’un type est nuisible. Il est essentiel qu’on se serve de son cas comme d’un exemple. La politique, droite ou gauche, ce n’est pas la question.

Je vous laisse avoir la dernière chronique de François Morel. Il résume bien ce que je pense, le talent pour l’exprimer en plus…


Le Billet de François Morel : « J’aurais dû… par franceinter


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


La Fille Aux Chaussures 4186 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines