Magazine Environnement

Petit guide pour parler de sciences à destination des profs qui n’osent pas

Publié le 13 janvier 2014 par Fuzzyraptor

Petit guide pour parler de sciences à destination des profs qui n’osent pas

Parler de sciences dans mon cours de français / avec mes élèves de primaire (hors des enseignements obligatoires) ? Bof, les sciences, c’est pas trop mon truc tu sais… Déjà à l’école je n’y comprenais rien. J’étais vraiment soulagé quand je me suis orienté en L et refaire des maths pour le concours, ça m’a donné des boutons. D’ailleurs, même si j’avais envie, j’aurais trop peur de dire des conn***** aux élèves…

- T’inquiète, parler de sciences, c’est pas si difficile et tu es sans doute bien placé pour le faire comme le dit Philippe Meirieu. Et puis ça devient de plus en plus nécessaire dans un monde où les sciences et techniques sont omniprésentes. Y’a pas (que) moi qui le dit, y’a aussi l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques.

- C’est-à-dire ?

- Les petits jeunes que tu as devant toi trouveront du travail en tant qu’ingénieurs, ils utiliseront des smartphones toujours plus performants (et d’autres interfaces encore inconnues), ils seront confrontés à des choix éthiques cruciaux concernant la procréation médicalement assistée, le changement climatique, etc… Ils ont besoin d’en savoir plus !

- Mais… Et les jeunes qui ne veulent pas être ingénieurs ?

- Ils font aussi partie de la société, comme toi qui n’aimes pas les maths, ils seront confrontés aux sciences et aux techniques également. Et puis on aura aussi besoin de littéraires… qui réfléchissent sur les sciences (comme Yves Citton).

- OK, alors comment je fais si je n’y comprends rien aux sciences, pour en parler aux élèves sans avoir l’air bête ?

- Pour te (re)mettre à niveau, tu peux trouver un stage ou une formation qui te convienne (l’Académie des sciences le proposait en 2007 et des documents sont disponibles en ligne, par ex. sur le site Astep ou de Sciences à l’école). Tu peux aussi travailler avec tes collègues d’autres disciplines. Tu le fais sûrement dans le cadre de sorties scolaires, pour les TPE ou toute autre activité, alors pourquoi ne pas installer un sismographe ou un cosmodétecteur à l’école ou encore participer à un concours lancé par un laboratoire ou l’université locale (à Grenoble, tu as notamment « La Recherche fait école« , « Nano@school » ou « Faites de la science » ; cherche bien près de ton école)

- Bon, jusque-là, rien de bien nouveau…

- Ensuite, tu peux te mettre en contact avec le CCSTI le plus près de chez toi.

- Le CCquoi ?

- CCSTI, Centre de culture scientifique, technique et industrielle. Il s’agit de centres spécialisés dans la création d’expositions scientifiques et/ou dans la médiation des sciences. A Paris, c’est la Cité des sciences et à Grenoble, La Casemate, où je travaille. Tu pourras peut-être visiter une exposition avec tes élèves et travailler sur les contenus pédagogiques avec les médiateurs du CCSTI. Si le centre ne propose pas d’expo, ils peuvent peut-être se déplacer dans vos classes ou bien t’orienter vers d’autres acteurs. Il y a au moins un CCSTI par région, parfois un par département. Tu trouveras la liste ici. Et bien sûr, tu peux faire de même avec les muséums, éco-musées, associations (les historiques La Main à la Pâte & Les Petits Débrouillards et puis Science ouverte, Planète Sciences …), etc.. Regarde du côté de l’AMCSTI, tu devrais pouvoir en trouver !

- OK ! Et si je vis à Nantes, Paris, Grenoble ou près d’Yverdon-les-Bains (Suisse) ?

- A Nantes, je te conseille le festival de science-fiction les Utopiales, la dernière journée est dédiée aux scolaires. A Yverdon, petit chanceux, il y a le musée qu’il te faut & à Grenoble (presque) tous les acteurs sur un même site (oui bon, OK, c’est de l’autopromo) ! A Paris, à part les incontournables (Universcience, Musée des Arts et Métiers, Muséum, ESPGG, Paris Montagne, etc.), tu peux facilement aborder l’histoire des sciences au détour d’une rue : Amélie te propose des petits balades scientifiques pour chaque arrondissement à compléter avec ce livre sur les grandes expériences scientifiques à Paris. Oh et puis tant que tu es dans l’histoire des sciences, profite-en pour évoquer les femmes scientifiques, ça ne coûte rien et ça pourrait donner des idées aux jeunes filles de ta classe.

- Wouha, super ! Mais tu sais, j’ai pas un kopeck pour organiser une sortie avec mes élèves…

- Alors là va peut-être falloir monter des dossiers et convaincre ton directeur… Mais bon, si tu oses affronter les sciences alors c’est pas un dossier qui va te faire peur ! Dans l’Académie de Grenoble, le « Contrat éducatif isérois » permet de financer certains projets. A toi de trouver l’équivalent dans ton académie !

- En attendant un financement, faut que je me débrouille tout seul à l’école.

- Bon alors il faut faire simple… Tu leur fait étudier des bouquins à tes élèves ?

- Bien sûr…

- Pourquoi ne pas tenter des livres dont la science fait d’une manière ou d’une autre partie de l’histoire (comme le très documenté « Prodigieuses créatures » de Tracy Chevalier ou plus étonnement de « La vie mode d’emploi » de Georges Perec, comme l’explique Jean-François Chassay dans cette vidéo), de la poésie ou des haïkus sur les sciences (soyons fous : des tweet-haïkus ?), ou carrément des livres de science-fiction (il y a de très bons livres jeunesse et tu peux organiser un rallye), voire des policiers qui laissent une bonne place à la police scientifique ? Benjamin en parle ici. N’hésite pas à questionner ton libraire, ils connait peut-être des auteurs locaux susceptibles d’intervenir dans ta classe. Et puis c’est l’occasion de proposer un cycle complet aux élèves en ajoutant des séances de dessin de vaisseaux spatiaux

;)

- Ah oui, les livres, j’adore ! J’aimerais bien les faire écrire un peu aussi, du coup…

- Ah oui, bonne idée ! Est-ce que ton école ou ta classe tient un journal ? Ça vaudrait le coup de te rapprocher du CLEMI local pour faire découvrir les média à tes élèves tout en leur faisant écrire sur les sciences. Et chaque année, tu pourras concourir pour le meilleur journal de France ! Et du côté de la fiction, tu pourrais travailler sur le format de la nouvelle et faire participer tes élèves à un concours (voir une liste ici).

- Et pour faire des maths en rigolant, t’as quelque chose ?

- Peut-être coupler les chiffres à un soupçon de design en tentant la « data-visualisation » comme à Rennes ou bien ajoute des calculs et des conversions dans tes séances de sport (hop, un petit article et une vidéo)… Tu vois, c’est pas si compliqué ! Bon alors, tu essaies et tu m’en parles en commentaire ?

;-)

>> Quelques références supplémentaires :

  • Science & littérature, par la Cité des sciences (date un peu)
  • Les ressources de La Main à la Pâte « Quelle science à l’école primaire ? » et « Comment enseigner les sciences à l’école maternelle ?« 
  • Un paquet de ressources chez Benoît Urgelli et une longue liste de liens chez Stepfan
  • Voir le travail d’Estelle Blanchet autour des sciences et de la science-fiction à l’école
  • Tu as d’autres ressources à me proposer ? Je les ajouterai ici !

>> Illustration : RDL (Flickr, licence cc)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fuzzyraptor 403 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte