Magazine Santé

VIEILLISSEMENT: La lenteur de notre métabolisme fait la longueur de la vie – PNAS

Publié le 14 janvier 2014 par Santelog @santelog

VIEILLISSEMENT: La lenteur de notre métabolisme fait la longueur de la vie – PNASSavez-vous que nous dépensons, tout comme les primates, seulement 50% de calories en moins que les autres mammifères du même gabarit? Et que ce métabolisme extrêmement lent est le garant d’une longue vie? C’est ce que démontre cette recherche publiée dans les Actes de l‘Académie des Sciences américaine qui décrypte le lien entre métabolisme, activité physique, bien-être et vieillissement.

Cette équipe internationale de scientifiques suggère en effet que ces métabolismes remarquablement lents expliquent pourquoi les humains et les primates grandissent lentement et peuvent avoir de longues vies. Au-delà, l’étude montre que les primates vivant dans les zoos dépensent autant d’énergie que ceux vivant à l’état sauvage, posant la question de la dépense énergétique réelle liée à l’activité physique.

Une dépense calorique très faible chez l’Homme : La plupart des mammifères, remarquent les auteurs, vont atteindre l’âge adulte en quelques mois et ne vivre que quelques années. En comparaison, les humains et les ​​primates ont une enfance qui dure longtemps, un faible taux de reproduction, et une longue durée de vie. En observant des primates dans les zoos et à l’état sauvage, ces chercheurs ont évalué la dépense énergétique quotidienne de primates et ont rapproché leurs données d’autres déjà publiées sur d’autres mammifères.

L’anthropologue Herman Pontzer, auteur principal de l’étude constate alors que les humains comme les chimpanzés, les babouins et autres primates ne dépensent que la moitié des calories dépensées par un mammifère du même acabit. Il ajoute qu’un homme déjà très actif devrait courir en plus un marathon chaque jour pour atteindre la dépense énergétique quotidienne moyenne d’un mammifère de sa taille.

Cette réduction spectaculaire du taux métabolique explique le rythme lent de la vie. En effet, une croissance très progressive, une reproduction limitée et un vieillissement très lent correspondent à ce faible taux de dépense d’énergie, suggérant que l’évolution a «  façonné  » notre taux métabolique de manière à prolonger la vie.

L’activité physique, une relativement faible dépense énergétique ? L’équipe montre, de manière surprenante que les primates en captivité dépensent plus de calories chaque jour que leurs homologues sauvages. Ces résultats suggèrent d’une part que l’activité physique pourrait contribuer à une dépense énergétique plus faible que prévue et d’autre part que nos nouveaux environnements de vie avec leur confort ne nous dispensent pas de dépenses énergétiques quotidiennes. Des conclusions importantes sur la relation entre l’activité physique et la dépense énergétique pour la compréhension et la prévention de l’obésité et d’autres maladies métaboliques.

Mais, plus largement, des implications scientifiques intéressantes pour la compréhension de la santé et de la longévité chez l’homme qui associent les notions de croissance, de reproduction et de vieillissement à la dépense énergétique quotidienne. «  Comprendre les différences du métabolisme humain par rapport à celui de nos plus proches parents nous aidera à comprendre comment nos corps ont évolué et comment les garder en bonne santé.

Source: PNAS January 13, 2014, doi: 10.1073/pnas.1316940111 Primate energy expenditure and life history (Visuel© RFSole – Fotolia.com)

VIEILLISSEMENT: La lenteur de notre métabolisme fait la longueur de la vie – PNAS
Lire aussi :NUTRITION: Chasseur de fauves ou employé de bureau, même dépense énergétique?

LONGEVITÉ et reproduction: L’association inverse démontrée chez l’oiseau

LONGÉVITÉ et fécondité intimement et inversement liées -


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine