Magazine High tech

Big Brother trace les fêtards

Publié le 14 janvier 2014 par Pwrlovers @pwrlovers

Dans la ville hollandaise d’Eindhoven, des sociologues et des ingénieurs font équipe pour modéliser l’ambiance de Stratumseind, la rue animée où les étudiants se retrouvent le soir pour faire la fête. Le but ? Prévenir les incidents en surveillant en temps réel certaines mesures : la météo, le nombre de passants, le niveau sonore, et même les mots-clés des messages twitter envoyés depuis le site.

Des chercheurs hollandais tentent de suivre en temps réel l'ambiance d'une rue animée, et de calmer les fêtards en modifiant intensité et colorimétrie des éclairages.

Des chercheurs hollandais travaillent sur l’impact de la colorimétrie des éclairages pour mettre une bonne ambiance dans la rue Stratumseind d’Eindhoven.

Le programme « the Living Lab » est un modèle de construction collaborative : il est d’abord alimenté par des capteurs installés dans la rue, mais il intègre également d’autres sources. La police apporte sa pierre à l’édifice en donnant toutes les semaines les statistiques de ses interventions sur la voie publique, et même les bistrotiers participent en publiant le nombre d’hectolitres de bière que les clients ont ingurgité ! Le but est de croiser toutes ses informations pour détecter à l’avance les situations à risque.

 
En fait ce laboratoire humain va plus loin encore. Certaines données sont à la limite de l’intrusion dans la vie privée. Par exemple, l’origine géographique des passants est déterminée automatiquement en suivant les identifiants des téléphones portables géolocalisés sur place. L’équipe de chercheurs a pu ainsi calculer que le nombre d’incidents avec la police est corrélé avec la proportion de quidams en provenance de la banlieue de la ville, surtout s’il fait très beau.

L'ambiance sur Stratumseind est suivie en temps réel

L’ambiance sur Stratumseind est suivie en temps réel

Le programme veut également tester la capacité d’interagir avec les passants en modifiant l’intensité lumineuse et la colorimétrie des éclairages LED, pour calmer le jeu si les fétards sont un peu trop excités. Les responsables ont bâti plusieurs scénarios de « desescalade », qu’ils vont pouvoir lancer et tester « in real life », en vérifiant l’impact de leurs actions sur les données mesurées.

Alors si vous ne savez plus combien de verre vous avez bu la nuit dernière sur Stratumseind, demandez à Big Brother, lui, il le sait peut-être !

 
Remonter à la source :

The Living Lab


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pwrlovers 1531 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte