Magazine Humeur

FAITS DIVERS > Pédophilie : Dutroux doit rester au trou

Publié le 21 janvier 2014 par Fab @fabrice_gil

FAITS DIVERS > Pédophilie : Dutroux doit rester au trou Pédophilie : Dutroux doit rester au trou" border="0" title="FAITS DIVERS > Pédophilie : Dutroux doit rester au trou" />

Marc Dutroux

Condamné en 2004 pour l'enlèvement, la séquestration et le viol de six fillettes et adolescentes, ainsi que pour la mort de quatre d'entre elles, Marc Dutroux continue de faire parler de lui.
Le tueur et pédophile Marc Dutroux a adressé une longue lettre au père d'une de ses victimes, a révélé le quotidien belge La Dernière Heure. Il prétend y livrer sa vérité, ravivant le trouble lié à cette affaire. Son ex-femme et complice Michelle Martin a obtenu en août 2012 une libération conditionnelle après avoir purgé 16 des 30 ans de prison auxquels elle avait été condamnée. Elle séjourne depuis lors dans un couvent dans le centre du pays. C'est le jour de la libération de Mme Martin que Dutroux aurait commencé à rédiger sa lettre manuscrite de 44 pages. Selon le Journal, il dit avoir attendu afin de ne pas nuire à la libération de la mère de ses enfants.
Un courrier adressé à Jean-Denis Lejeune, le père de Julie, enlevée à l'âge de 8 ans en juin 1995 puis retrouvée morte. M. Lejeune, devenu l'une des personnalités les plus connues en Belgique à travers son combat médiatique pour la défense de la mémoire des fillettes assassinées, avait annoncé en novembre 2012 qu'il tournait "définitivement" la page sur cette affaire. Selon le quotidien belge, Marc Dutroux continue, comme pendant son procès, à défendre la théorie d'un complot politico-judiciaire. Méthode perfide s’il en est : les vrais adversaires des réseaux pédocriminels sont eux-mêmes victime de ce même complot. Il charge également son ex-femme et ses ex-complices, a affirmé la chaîne RTL-TVI. Marc Dutroux écrit ainsi et c’est certainement l’un des extraits les plus accablants de sa missive : "Dès ma sortie de prison, je me suis rendu à Marcinelle, plein d’appréhension sur ce que j’allais trouver […] Mes jambes ont failli me trahir lorsque cette vision m’a fait comprendre l’horreur de la situation qui avait été imposée à deux petits anges […] Julie était couchée sur le dos, à même le bois du sommier et Mélissa était assise sur le bois du sommier aussi. Le matelas était replié sur lui-même. C’était une scène d’une tristesse infinie. Mélissa a commencé par me dire que Julie ne voyait plus rien et qu’elle ne savait plus se relever…" Dans cette lettre, il réaffirme à cet égard qu’il n’a pas enlevé Julie et Mélissa, mais qu’il les aurait au contraire séquestrées pour leur éviter de subir un sort bien plus funeste encore : un snuff movie (film pornographique mettant en scène la torture et le meurtre d'une ou plusieurs personnes) organisé par une "commandite" haut placée. Seul bémol ? Michelle Martin aurait choisi de trahir la confiance de celui qui voudrait aujourd’hui apparaître comme un sauveur. Précisons que face à la situation qui se serait "imposée" à lui, l’homme va jusqu’à demander à Jean-Denis Lejeune "ce qu’il aurait fait à sa place".
Au-delà de cette sordide affaire sur-médiatisée, les enfants sont victimes de la cupidité sexuelle des adultes. Dans la grande majorité des cas, l’enfant connaît son abuseur et lui impose le silence en le menaçant de représailles ou en jouant avec son attachement.
Plus communément appelée pédocriminalité, la pédophilie est un phénomène que nous ne pouvons plus ignorer. Chaque année en France, des milliers d’enfants sont maltraités, victimes d’abus sexuels, victimes de viols. Dans un cas sur deux, ils n’ont pas encore atteint l’âge de la puberté ; et les tout-petits ne sont guère à l’abri. Deux fois sur trois, ils sont abusés par l’un de leurs parents, de leurs proches ou vendus pour assouvir les "caprices" de pervers. Quand ils y échappent, ils restent marqués à vie : troubles psychologiques, échec scolaire, dépression, délinquance, toxicomanie et prostitution sont les conséquences de leurs traumatismes. Si personne ne les aide, livrés à eux-mêmes, ils risquent de reproduire le même cycle sur leurs propres enfants.FG
Rappel - Entre 1977 et 1979, alors qu’une réforme du Code pénal français était en cours de discussion au Parlement, des hommes politiques et intellectuels français avaient signé des pétitions et des lettres ouvertes demandant -soit l'abrogation des lois sur la majorité sexuelle, -soit la relaxe d’individus arrêtés pour des relations sexuelles avec des enfants ayant tout au plus quatorze ans. Ces prises de positions donnaient suite à la détention provisoire de trois inculpés (Bernard Dejager, Jean-Claude Gallien et Jean Burckardt) ayant eu des rapports charnels dits "consentants" avec des enfants de 13 et 14 ans. La justice avait qualifié les faits d'"attentat à la pudeur sans violence sur mineurs". Un manifeste réclamant la dépénalisation des relations sexuelles avec des mineurs paraissait ensuite. Le système de viols des consciences et de normalisations pédophiles avec le secours de l’intelligentsia française se mettait en place…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fab 4306 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines