Magazine Côté Femmes

La gentillesse, ce poison mortel.

Publié le 21 janvier 2014 par Elodie Legale @elodielegale

J’aurais pu appeler ce billet « la gentillesse, ce vilain défaut » mais ça aurait été un doux euphémisme. La gentillesse pourrait être la plus belle des qualités si seulement il n’existait personne pour profiter de celles des autres. Parce qu’à force d’être gentil, à force de donner, à force de se soucier des autres, évidemment on finit par croiser des personnes mal intentionnées, qui tirent profit de la situation. La gentillesse, qui pour moi est une des qualités les plus pures que l’on puisse trouver sur cette foutue Terre, se transforme pourtant la plupart du temps en poison mortel pour ceux qui en sont dotés. Parce que « gentil » ne veut pas dire « con ». Et même si notre gentillesse nous pousse à « comprendre » toujours les réactions des autres, même si notre empathie nous amène à relativiser au maximum et à ne pas trop l’ouvrir pour éviter le conflit, ça ne nous empêche pas d’analyser la situation. Ca ne nous empêche pas d’être rongé de l’intérieur. Figurez-vous que ça fait mal aux tripes de se faire marcher dessus toute l’année. Et à force de ravaler les propos douloureux qu’on nous adresse, à force de laisser passer les saloperies qu’on se prend en pleine figure, est-ce qu’on ne finit pas rongé de l’intérieur, détruit pas l’acidité corrosive de notre gentillesse qui peu à peu nous fout en l’air ? Est-ce qu’on ne finit pas par emmagasiner tellement de colère et de rancoeur que ça reste ancré toute notre vie sous la peau, comme un tatouage délavé et déformé par le temps ?

Quand je pense que le monde qui nous entoure est capable de transformer une qualité comme la gentillesse en poison corrosif, je me demande parfois de quelle planète je viens vraiment.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Elodie Legale 3727 partages Voir son profil
Voir son blog