Magazine Science & vie

Le Monde selon la PHYSIQUE ( Physics World: w4 fin ):" Lève un peu l 'abat-jour!"

Publié le 27 janvier 2014 par 000111aaa

Ma traduction d’aujourd’hui est réservée à tous  ceux qui adorent l’Astronomie et en attendent( qui sait) pour  un jour peut –être la dissipation  progressive de tous les mythes religieux !….. j’espère donc une certaine contribution de questions de la part de tous les blogueurs athées ou matérialistes de cette  blogosphère locale !   je dis cela en termes de plaisanterie  et non comme une provocation , bien entendu !

Je vous propose le titre suivant Quasar shines a bright light on cosmic web

10 comments

First image of intergalactic filaments obtained

"La  toute première vue d'une partie d'un FILAMENT de notre  " toile cosmique " aurait été aperçue par les astronomes , grâce à un quasar agissant  alors comme une torche électrique  pour éclairer le gaz  présent et resté invisible…... Les observations faites par une équipe internationale de chercheurs , pourraient être la première preuve de la  présence d’une structure de la matière prévue depuis longtemps à grande échelle dans notre univers - un réseau de filaments présumé  connecter toutes les matières , y compris des galaxies et des nuages ​​de gaz . L'équipe affirme que ses observations défient  les théories et les modèles actuels des structures à grande échelle de notre univers et peuvent être utilisées pour tester et affiner notre compréhension de la façon dont l' univers a évolué .Le labyrinthe cosmique

La matière dans l'univers n'est pas uniformément répartie. A la place  , il existe des structures filamenteuses avec des vides intermédiaires. Ce réseau  est présumé  avoir été formé environ 380.000 ans après le Big Bang , lorsque l'Univers était encore jeune quand le fond diffus cosmologique ( CMB ) - les restes thermiques du Big Bang - ont vu le jour . Alors que la croissance et l'apparence du réseau dépendent du modèle cosmologique utilisé , sa présence est aujourd’hui  le résultat d’ une prédiction théorique largement acceptée qui a été soutenue par différents calculs et simulations , telles que la simulation du Millénaire .

Les plus récentes données du CMB de la mission Planck révèlent un univers qui se compose de 26,8 % de matière sombre et de 68,3 % d'énergie sombre, tandis que moins de 5 % est constitué de matière visible "normale" , telles que les galaxies et les nuages ​​de gaz . Cette matière  normale et la matière noire sont supposées coexister dans la toile cosmique , et les scientifiques croient que c'est la matière noire qui dicte  les endroits où les galaxies et les nuages ​​de gaz se forment . En d'autres termes , le gaz «sent» la force de gravité de la matière noire et donc il  suit sa trace à travers le cosmos . Mais seule une infime partie de ce gaz reste suffisamment dense pour produire les étoiles et les galaxies, lesquelles semblent alors  constituer les points où  les filaments du réseau se croisent . La plupart du gaz , cependant, reste trop diffus pour produire des étoiles et /ou émettre sa propre lumière , ce qui rend   les choses difficiles à observer. À l'exception de quelques rares amas de galaxies , le gaz cosmique – celui du réseau est "froid" ( à une température de 10 puissance 4 K ! ) et donc n'a jamais été détectée directement . Tandis que le gaz intergalactique est lui normalement perçu a partir de son  absorption de la lumière émise à partir des sources de fond lumineux , c est  la rareté des sources assez lumineuses  qui  explique que la structure 3D du  réseau et comment le gaz est distribué n'a pas été révélée jusqu‘ici .

Pour contourner ce problème , Sebastiano Cantalupo de l'Université de Californie , Santa Cruz ( UCSC ) aux États-Unis , avec des collègues aux États-Unis et l'Allemagne , a commencé à chercher ce  gaz cosmique lorsqu’il   serait allumé par l'une des sources les plus lumineuses possibles  dans l’ univers – les quasars . Les quasars sont des noyaux actifs de galaxies extrêmement énergiques et lumineuses qui se trouvent dans les coins les plus reculés de l'univers observable .  C’est lorsqu'il est allumé par la lumière ultraviolette ( UV ) émis par un quasar , que le gaz cosmique émet un rayonnement à une longueur d'onde particulière de l'hydrogène ( Lyman - α ) dans un processus qui est similaire à la fluorescence .

Une torche nébuleuse

Cantalupo raconte à Physicsworld.com que l'équipe a construit un filtre à bande étroite pour étudier ce rayonnement Lyman - α . «Située au départ  , dans l'UV , la longueur d'onde d'émission est étirée par l'expansion de l'univers qui se déplace depuis 10 milliards d'années- lumière , ce qui est la distance du quasar que nous avons choisi : il est donc  déplacé optiquement  et il devient donc détectable avec nos télescopes optiques " , dit-il. Cette nouvelle technique est appelée " illumination par fluorescente quasar " . En utilisant le télescope Keck I de 10 m à l' Observatoire WM Keck à Hawaii , l'équipe a détecté la présence d'un long filament de gaz ou d’une nébulosité . Il a une longueur prévue d'environ 460 kiloparsecs ( 1500,520 années-lumière ) et a été éclairé par le quasar « radio – calme » lointain UM 287 . Les chercheurs en concluent qu’il fait partie de la toile cosmique , et Cantalupo et ses collègues ont surnommé  cette  nébulosité la " nébuleuse Slug " en l'honneur de la mascotte de l’UCSC – a savoir la limace !.

Allumons la lumière  : le quasar éclaire la " nébuleuse Slug "

Cantalupo explique en outre que la quantité de rayonnement émis par le filament est fonction de la quantité d' hydrogène illuminé , ainsi que de sa densité e  tsa distribution. Cela permet à l' équipe de déduire les propriétés physiques et de masse d'un filament de la toile cosmique - une chose extrêmement difficile à faire ailleurs quand on ne peut avoir une image directe . En comparaison avec les prédictions des simulations , les chercheurs ont trouvé un très bon accord quand ils se sont attaqué à la morphologie du filament . «C'est la première fois qu'un si grand filament intergalactique a été détecté. Il s'étend bien au-delà de l'environnement galactique du quasar et il représente donc une confirmation de l'existence de ces structures prédites par les modèles », explique Cantalupo .

Des écarts à grande échelle ?

L'observation réalisée par l' équipe présente toutefois un défi à notre compréhension antérieure de ce réseau . " Le filament apparaît trop lumineus étant donné la densité typique et la distribution de l'hydrogène gazeux dans cette toile cosmique stimulé e», dit Cantalupo . Une explication possible de la différence , explique t-il , réside dans le fait  que le gaz dans le reseau est en réalité beaucoup plus dense et a une «distribution " beaucoup plus en grumeaux « que ce qui est prédit par les modèles actuels . " Cela nous dit que nous sommes susceptibles d’ignorer encore un mécanisme physique sur des échelles intergalactiques de nos modèles . Notre observation est donc un unique (pour autant ) Laboratoire pour  accroître nos connaissances physiques sur la façon dont la matière est répartie dans l'univers , " dit-il.

En ce qui concerne les grandes implications de cette observation , les chercheurs disent qu'ils en sont encore aux premiers stades de leur travail, mais que l'étude actuelle est une preuve que le concept de la nouvelle technique du quasar - par éclairage –et fluorescence - fonctionne . " Nous avons besoin de plus d'un seul filament et d'une étude statistique appropriée pour tirer des conséquences sur la répartition de la matière noire , de l'énergie sombre et les structures à grande échelle de l'univers », explique Cantalupo . «Nous observons actuellement d'autres quasars et nous avons d'autres détections préliminaires en vue mais ces filaments « éclairés » semblent rares . C'est probablement en raison du fait que l'angle de l’ ouverture de « faisceau lumineux quasar » est petite , comme l'ont confirmé d'autres études indirectes de « quasar émission » , et donc nous avons besoin d'observer un large échantillon de quasars pour obtenir davantage de résultats " .

Une muse cosmique

Actuellement , l'équipe augmente son échantillonnage de quasars à l’aide de différents filtres sur les deux télescopes Keck et Gemini . En outre, un nouvel instrument - MUSE - a été remis au Very Large Telescope , ESO , au Chili , qui peut se montrer plusieurs fois plus sensible que la bande étroite d’imagerie que l'équipe utilise maintenant et permettra aux chercheurs de détecter des choses plus diffuse  ENCORE et des grandes structures autour des quasars . MUSE est également idéal pour permettre aux chercheurs d'étudier dans une phase préliminaire l'histoire de l'univers .encore plus tôt

La recherche est publiée dans la revue Nature .À propos de l'auteur

Tushna Commissariat est journaliste pour physicsworld.com,17 commentaires

MON COMMENTAIRE

BIEN SUR ,MES LECTEURS VONT SE DEMANDER POURQUOI TOUS LES QUASARS  NE PERMETTENT PAS CE TYPE DE MANIP DE DETECTION PAR FLUORESCENCE…. D’autant que l on en recense plus de 100 000 quasars (113 666 d'après le plus grand catalogue actuellement

I l faut donc que je rappelle schématiquement  quel genre  de REALITE  se cache sous ce terme de QUASAR( QUASI STELLAR RADIO SOURCE ) !C’est une source de rayonnement quasi semblable à celle d’une étoile…. Cela dit, bien qu'il y ait d'abord eu doute sur la nature de ces objets jusqu'au début des années 1980, il existe maintenant  consensus suivant  lequel  l’origine de ce rayonnement  viendrait de la région compacte entourant ces trous noirs supermassifs   très souvent proches du centre d'une galaxie massive. . Leur source d'énergie proviendrait du disque d'accrétion entourant le trou noir.

  Donc vous aurez compris que si par hypothèse il n’y avait qu’un seul trou noir géant centro galactique  par galaxie  cela en restreint déjà le nombre …..

Mais il y a une autre raison : Les quasars sont connus pour s’allumer ou s’éteindre selon l’importance du «  garde-manger » de leur environnement. Pour créer une luminosité de 10 puissance 40 W (la brillance moyenne d'un quasar), un trou noir supermassif devrait consumer la matière équivalente à 10 étoiles par an.   Par conséquent  un quasar ne pourrait, par exemple, continuer de se nourrir à ce rythme pendant 10 milliards d'année ET QUAND IL A FAIT LE DESERT AUTOUR DE LUI  IL S ETEINT ET REDEVIENT UNE GALAXIE LAMBDA  TRES CALME !

Et je vous complète le menu du jour par des notes a traduire vous même

Physicists discover 3D versions of graphene

1 comment

Two compounds have Dirac cones in the bulk

CoGeNT gives further backing to annual dark-matter variation

3 comments

Telltale fluctuation in particle data refuses to go away

 BON COURAGE !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


000111aaa 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine