Magazine Environnement

Le Monde selon Monsanto

Publié le 13 mai 2008 par Celines

Marie-Monique RobinMalgré un sujet assez pointu, le documentaire diffusé sur Arte a été visionné en France par plus de 1,4 million de téléspectateurs lors de son passage sur la chaîne franco-allemande le 11 mars dernier. Disponible au téléchargement moyennant 4 euros, il a déjà été «balladodiffusé» (ou podcasté) plus de 100 000 fois. Il faut dire que, malheureusement, les circonstances ont joué en faveur du documentaire «choc». En effet, alors que la controverse sur la loi sur les OGM fait débat en France, c’est sur fond de polémique autour des agrocarburants, et au début d’une crise alimentaire planétaire sans précédent que sortent le livre et le documentaire de Marie-Monique Robin, «Le Monde selon Monsanto». La journaliste qui a investigué pendant plusLivre Monde selon Monsanto de 3 ans sur les pratiques douteuses de la multinationale, esquisse durant presque 2 heures l’insupportable portrait d’une multinationale dont la notoriété et la prospérité ont été construites depuis toujours sur le mensonge et la manipulation (manipulation des gènes, des données scientifiques mais aussi manipulation des agriculteurs, des politiques et de la population). Et cette démonstration est conduite avec rigueur et minutie, de façon très factuelle, nombre de documents à l’appui.

Sur la forme, j’avoue que l’image dépouillée de la journaliste devant son ordinateur, recherchant des informations sur Internet m’a paru très efficace. En effet, en allant ainsi dénicher la plupart des documents importants de l’enquête, elle envoie un message fort au téléspectateur qui s’identifie facilement à Mme Robin et comprend très vite que cette information est à sa portée…il suffit de fouiller un peu pour trouver!


Demain trop tard

Les faits

On y apprend:

Que Monsanto, récemment convertie à la cause du développement durable n’est autre que l’industrie pétrochimique qui a inventé et commercialisé le fameux agent orange dans les années 60, puissant défoliant à base de dioxine largement répandu sur le Viêt-Nam pendant la guerre et dont la population porte encore de grave séquelles aujourd’hui.

Que les polychlorobiphényles (PCB) produits pendant des années par la firme en Alabama, dans la ville d’Anniston ruisselaient dans le fossé municipal malgré sa grande dangerosité pour l’environnement et pour la santé humaine. Plus troublant encore, la compagnie connaissait pertinemment les effets toxiques de ces substances comme en témoigne une note interne adressée aux représentants commerciaux qui leur recommande sans détour de taire le problème de pollution avéré, car «nous ne pouvons pas nous permettre de perdre un dollar de vente», peut-on y lire. C’était en 1970. Aujourd’hui, les habitants d’Anniston souffrent de cancers en tout genre dans des proportions catastrophiques, mais seulement voilà, si la faute de la compagnie a été reconnue, aux Etats-Unis, les dirigeants ne peuvent pas être poursuivis au pénal. Dans ce cas donc, seule une indemnisation, dérisoire à l’échelle de la multinationale multimilliardaire a été perçue par les victimes au civil.

Que l’hormone de croissance bovine recombinante (rBGH), une hormone transgénique mise en marché il y a près de 10 ans, fait toujours controverse aux Etats-Unis où elle est utilisée pour augmenter la production de lait de 20%. Des études scientifiques montrent que les animaux traités présentent de graves problèmes de reproduction. De plus le lait de ces vaches stressées contient du pue (oui du pue!!), des antibiotiques en grande quantité ainsi qu’une concentration importante du facteur insuline de croissance, dont le lien avec le cancer du sein, de la prostate et du colon est aujourd’hui clairement établi.

Roundup

Que le Roundup, l’herbicide populaire utilisé tant par le particulier que par les agriculteurs, vanté pour sa biodégradabilité et son innocuité n’est pas du tout biodégradable puisque seulement 2% du produit disparaît en 28 jours. Plus grave, de récentes études d’un chercheur français indiquent qu’il pourrait même être un facteur favorisant le développement de cellules cancéreuses

Que le soja Roundup ready a bénéficié d’un traitement express auprès de la FDA qui a autorisé sa mise en marché en un rien de temps. C’était à la fin des années 80, et déjà Bush père, alors Vice-président de Ronald Reagan, avait mis de l’huile dans l’engrenage de la bureaucratie de la FDA. Cette mainmise de Monsanto sur les politiques n’a fait que s’accentuer avec le temps, ce que nous confirmeDan Glickman, qui commente l’arrivée des biotechnologies dans le domaine agricole alors qu’il était secrétaire américain à l’Agriculture sous l’administration Clinton, de 1995 à 2000 : «Franchement, je pense qu’on aurait dû faire plus de tests. Mais les entreprises de biotechnologies ne voulaient pas : elles avaient fait beaucoup d’investissements pour développer leurs produits.» nous confie-t-il. «À cette époque, si on ne marchait pas tête baissée en faveur du développement rapide des biotechnologies et des cultures OGM, on était considéré comme étant contre la science et contre le progrès. J’ai subi beaucoup de pression pour ne pas trop réglementer ces produits.» ajoute-t-il. Il n’en fallait pas plus pour confirmer le doute qui planait encore…

Que la FDA a utilisé le «grotesque» principe d’équivalence en substance pour faire valoir sur le plan juridique qu’un soja OGM est identique à un soja non modifié, puisque seul un gêne y a été ajouté, c’est-à-dire de l’ADN, de l’ADN que nous mangeons depuis la nuit des temps, donc rien de dangereux (generally recognized as sure – GRAS en anglais)… Qu’il s’agisse d’un sophisme ou d’une simple farce, Jeremy Rifkin de la Fondation pour les tendances économiques avoue que «tout le monde savait que c’était n’importe quoi» en parlant du principe d’équivalence en substance, alors qu’un dénommé Maryansky, impliqué dans la rédaction du cadre juridique à l’intérieur duquel s’inscrivent les OGM aux Etats-Unis, fini par lâcher au téléphone que la décision de la FDA était purement politique et non fondée sur des faits scientifiques…il y a de cela 15 ans…depuis les OGM continuent d’être évalués par la FDA comme de simples plantes non modifiées sans jamais avoir subi de tests plus poussés sur ses effets sur la santé humaine.

Que tous les scientifiques qui ne se sont pas laissés soudoyer par la firme ont perdu leur emploi ou encore ont été mis au placard, après avoir été publiquement humiliés et désavoués par la communauté scientifique, et ce que ce soit aux Etats-Unis, au Canada ou en Europe.

Et je pourrais continuer comme cela en vous parlant du nombre préoccupant de suicides chez les paysans indiens, endettés jusqu’au cou à cause du coton BT, beaucoup plus gourmand en pesticides que prévu, du cas de corruption de centaines de hauts fonctionnaires en Indonésie où les OGM ont finis par s’imposer, de la tentative ratée au Canada lors de l’évaluation de la rBGH par Santé Canada, ou encore du mystère qui a entouré l’entrée de «sacs blancs» de semences OGM au Paraguay, mais le mieux c’est encore de regarder le film (aussi dispo sur DailyMotion en 7 parties) ou encore de lire le livre, regorgeant de détails pour les plus gourmants

;-)

En conclusion, Marie-Monique Robin souligne que derrière les objectifs humanistes et environnementalistes affichés dans le «pledge» de Monsanto, la multinationale a démontré par le passé et démontre encore que tous les moyens sont bons pour appliquer sa vraie stratégie impitoyable de développement (+1350% sur l’action de Monsanto en 5 ans):

  1. breveter le vivant
  2. vendre les semences brevetées aux agriculteurs du monde entier chaque année
  3. faire en sorte que ces derniers achètent aussi les pesticides et fertilisants Monsanto
  4. monopoliser le marché des semences, donc de l’alimentaire

J’ai envie d’ajouter «5. contrôler la planète???».

Actualité des OGM au Canada

Tout d’abord, il faut savoir que malgré la prouesse des trois courageux fonctionnaires qui ont empêcher la commercialisation de la rBGH au Canada au prix de leur job, dans ce pays les OGM sont étudiés et homologués par Santé Canada basé sur le même principe d’équivalence en substance que chez nos voisins du sud.

loi privée C-517
Le Canada est aujourd’hui le seul pays, avec les Etats-Unis, à cacher les OGM en n’obligeant pas l’étiquetage des produits en contenant. Le projet de loi voté la semaine passée était l’occasion de remettre en question ce camouflage, mais le Canada ne rejoindra finalement pas les 40 autres pays ayant adopté l’étiquetage systématique des OGM (Europe, Chine, Japon…) malgré la mobilisation de milliers de Canadiens.

Le projet de loi privé C-517, qui aurait enfin donné aux consommateurs le droit savoir si les aliments vendus au pays contiennent des organismes génétiquement modifiés (OGM), a été battu à la Chambre des communes, 156 voix contre 101. 156 députés ont donc choisi de servir les intérêts économiques de Monsanto, la multinationale des produits chimiques et des OGM, à ceux des consommateurs canadiens.» rapportait Greenpeace Canada à ce sujet le 7 mai dernier.

À voir aussi, les Grands Reportages de Radio-Canada : Monsanto veut breveter le porc!

L’Office national du film (ONF), qui a coproduit le documentaire franco-canado-allemand, doit projeter ce documentaire dans les salles de la province du Québec cet été. Espérons que les salles seront pleines et que le message de Marie-Monique fera sont chemin!

OGM j'en veux pas!

Actualité des OGM en France

Après plusieurs couacs dans le dossier houleux du projet de loi sur les OGM promis lors du Grenelle de l’environnement l’automne dernier, les sénateurs français ont adopté le 16 avril dernier le projet de loi, vidant de sa substance l’amendement Chassaigne qui stipulait que les OGM ne peuvent être cultivés que dans “le respect des structures agricoles, des écosystèmes locaux et des filières de production et commerciales sans OGM”.

Je vous invite aussi à prendre connaissance des inquiétudes de Marie-Monique Robin qui critique le projet de loi français dans un article daté du 7 mai 2008 sur le site «Combat Monsanto» créé suite au lancement du documentaire.

Par ailleurs, je me suis amusée à jeter un coup d’œil au compte-rendu de la séance de l’Assemblée Nationale du 7 avril et M. Christian Jacob a dit plusieurs énormités faciles à déceler après avoir vu le film. Ce qui est inquiétant c’est que ces confrères de l’UMP l’applaudissaient malgré la gravité de ces faussetés. Il a d’abord dit «quelle que soit la méthode de fécondation des plantes, OGM ou non, le maïs reste du maïs, et la moutarde de la moutarde», se rapprochant dangereusement du principe d’équivalence en substance, avant de se fourvoyer complètement en parlant de l’absence de problèmes de contamination au Mexique où la coexistence des OGM et non OGM n’a pas posé de problème. En effet, M. Mamère s’est fait un plaisir de lui rappeler que le Mexique avait adopté un moratoire pour interdire les OGM depuis 1998. Bref tout cela montre le peu de sérieux avec lequel la majorité traite le sujet!

À ce propos, tout récemment, la production d’un hectare de maïs bio situé dans une exploitation de Villiers en Plaine (79), a été isolée car contaminée par du maïs transgénique Mon810 à hauteur de 0,1%. Cette constatation a été faite grâce à un contrôle de routine effectué par la Coopérative régionale d’agriculture biologique (Inf’OGM).

Citoyens, restons vigilants, les tentacules de la pieuvre Monsanto sont longues!

Solutions - Action

Pour que le monde de Monsanto ne devienne jamais le notre Monde

Pour le Canada

Guide des produits avec ou sans OGM (Greenpeace Canada)

Agissez (Greenpeace Canada)

Monsanto evil

Inscrivez-vous au programme de l’Agriculture Soutenue par la Communauté pour recevoir votre Panier bio (Équiterre)

Relayer l’info!

  • mettez des logos sur vos sites/blogues
  • diffusez le visuel Greenpeace
  • envoyez ce billet à vos amis

Pour la France
Guide des produits avec ou sans OGM (Greenpeace France)
Anti-OGM Info
Signez la pétition (Greenpeace France) 
Stop aux OGM (Greenpeace France) (WWF France)
Détectives OGM (Greenpeace France) 
OGM je dis non!

Relayer l’info!

  • mettez des logos sur vos sites/blogues
  • diffusez le visuel Greenpeace
  • envoyez ce billet à vos amis
Pour aller plus loin :
Sur les OGM :
http://www.ogmdangers.org
Sites anglophones :   GM Contamination register  -  GM Watch
Site français d’information : Inf’OGM
Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le génie GENétique
Sur Monsanto :
http://www.sourcewatch.org/index.php?title=Monsanto
http://www.stop-monsanto.qsdf.org/ 
http://www.monde-diplomatique.fr/2001/07/SINAI/15435
Blogs Greenpeace :
Francehttp://blog.greenpeace.fr/ogm
Canadahttp://blogues.greenpeace.ca/
Blog de Marie-Monique Robin Le Monde Selon Monsanto


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Celines 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte