Magazine High tech

Test de Resogun sur PSS

Publié le 25 février 2014 par Axime
Test de Resogun sur PSS

Alors que le titan Killzone : Shadow Fall attirait toutes les attentions du lancement de la PS4, un jeu téléchargeable, offert avec le PlayStation + faisait son chemin discrètement. Resogun semblait être un jeu d’appoint pour offrir du contenu sur le store PS4 au lancement, c’était oublier que ce Shoot’em up est le fruit des talents de Housemarque déjà responsables de Super Stardust et Dead Nation dans un autre genre. Un studio spécialisé dans les jeux d’action aussi funs qu’addictifs donc. Histoire d’attiser encore notre curiosité, Resogun met de côté les schémas classiques des shoots pour proposer des mondes cylindriques autour desquels on gravite. Il n’en fallait pas plus pour nous donner envie d’une virée dans l’espace pour désintégrer à coup de laser le moindre ennemi.

source - 355932
source - 355933
source - 355930

I’m in space

Comme tout bon Shoot’em up qui se respecte, Resogun se résume à détruire tout ce qui vous entoure, en évitant les dizaines de projectiles voulant faire de même avec vous bien entendu. Sauf que le titre de Housemarque a l’excellente idée d’intégrer d’autres points forts du genre, et d’apporter sa touche personnelle. Super Stardust avait déjà fait son petit effet en proposant un environnement sphérique sur lequel évoluait notre vaisseau. Sans être totalement nouveau, ce principe apportait un petit vent de fraîcheur en proposant une alternative aux sacro-saints défilements horizontal ou vertical. Cette fois on reste dans les formes originales mais avec un cylindre. Votre engin peut donc se déplacer autour d’un axe et peut à sa guise décider d’aller à droite ou à gauche, sans oublier de monter ou descendre, ce qui vous fera clairement tourner en rond mais ne vous ennuiera pas la moindre seconde.

La grande force de Resogun est en fait la base même du genre : le scoring. Ne l’oublions pas, les shoot’em up sont issus de l’arcade et quelle meilleure raison y’a-t-il pour enchainer les pièces que de prouver aux autres qu’on est le plus fort ? Si cela est facile sur un jeu de baston, le challenge est bien plus compliqué lorsque vous êtes seul face à des centaines d’ennemis. Le problème c’est que la destruction de vaisseaux de masse est une activité souvent accompagnée de règles difficilement accessibles au commun des mortels. Car si dans l’une des références du genre, le grandiose Ikaruga, enchaîner les vaisseaux d’une même couleur est un postulat de base simple, il sous-entend esquiver des milliers de boulettes en parallèle tout en connaissant par cœur le rythme d’apparition des ennemis. Pour nous, joueurs pour qui arriver à la fin du niveau est déjà un défi suffisant en soi, Resogun a imaginé un ensemble de principes simples qui satisferont tout autant les plus acharnés du high score.

Lorsque vous tuez un ennemi, votre bonus multiplicateur grandit jusqu’à une limite définie selon votre niveau de difficulté mais si vous mourrez ou que vous ne tuez personne pendant un certain laps de temps, il retombe à zero, il faudra donc toujours être en action pour le faire monter vers les sommets. En détruisant tous vos adversaires vous remplissez une jauge d’overdrive qui, une fois pleine, va ralentir le temps, vous rendre invincible et vous permettre de projeter un rayon laser sur la moitié de l’écran. En plus de vous sauver la vie à l’occasion, l’enchaînement de victimes fait grimper le score très rapidement pour peu que vous en ayez attrapé quelques dizaines. Il faut donc utiliser son overdrive rapidement, pour le remettre en charge au plus vite, tout en ayant une vague d’ennemis qui vaille la peine de le lancer et ne pas le réserver aux situations d’urgences où l’on préférera une bombe. Les bombes qui peuvent par ailleurs empêcher votre multiplicateur de descendre en vidant l’écran, ce qui aura pour conséquence de faire quelques victimes tout en invoquant la vague suivante d’ennemis, mais vous fera également perdre le bonus de fin de niveau prévu pour ceux qui auront fait l’économie de leur utilisation. Survie ou scoring il va falloir choisir. Dernier moyen d’affoler les compteurs, le sauvetage d’humains sera une mission à ne pas négliger car elle peut rapporter des points, des bonus et des bombes supplémentaires. Lorsque vous entendrez votre manette déclarer « keepers detected » cherchez et détruisez les ennemis auréolés de vert, ils libéreront alors un humain de sa prison, qu’il faudra attraper et l’escorter jusqu’à une sortie. Il arrivera même que plusieurs soient libérés en même temps, vous obligeant alors à jongler soit en tirant dessus pour les garder dans les airs, soit en les jetant à tour de rôle.

Si vous pensiez que l’espace était calme et serein, voici qui devrait avoir dissipé vos illusions. Dans Resogun il n’y a pas un instant où l’on s’ennuie, et si les choses sont trop calmes, vous feriez mieux de regarder votre multiplicateur il risque de bientôt disparaitre. C’est alors qu’intervient le dernier jouet de votre arsenal, un bonus de vitesse qui permet de transpercer les ennemis et surtout de se rapprocher de vos éventuelles cibles. Là encore, le garder pour survivre ou pour scorer sera un cruel dilemme.

source - 355929
source - 355931
source - 355935

Tournez manèges

Pour exercer vos talents de pilote vous aurez à votre disposition pas moins de cinq niveaux et trois vaisseaux. Afin de vous mettre en jambe, il est possible de jouer les niveaux individuellement, vous partez de rien et vous faites le meilleur score possible sur l’un des tableaux, le moyen idéal de se chauffer les doigts. Une fois entrainé, confiant en vos capacités, il sera temps de lancer le mode arcade où les niveaux s’enchainent les uns après les autres. Cela signifie concrètement que si vous voulez avoir votre score au sommet vous devez enchainer cinq tableaux avec le moins d’erreurs possible et un compteur de score qui crève le plafond à chaque instant. Dans un premier temps, essayez déjà de terminer le tout avec vos quelques vies avant de tenter d’affoler les compteurs.

Une fois sûr de votre force, il sera aussi temps de choisir le véhicule qui vous convient le mieux. Le vaisseau de vos rêves peut faire plus ou moins de dégâts, se déplacer rapidement au détriment de la vitesse de recharge de l’overdrive. Si dans un premier temps les caractéristiques ne semblent pas avoir une influence trop grande sur le pilotage, on se rend rapidement compte qu’on se sent plus à l’aise avec l’une des machines de guerre et les scores s’en ressentent. L’optimisation de ses résultats passe donc aussi par un choix capital sur sa machine, sa façon de jouer et de survivre.

Bien que les cinq niveaux nous proposent toujours de tourner en rond pour éliminer les vagues d’ennemis jusqu’à ce qu’un boss apparaisse et nous pourrisse la vie avec ses coups tordus, le contenu tient en haleine un certain temps, comptez une bonne demi-heure pour boucler un niveau. Un mot d’ailleurs pour souligner que si tous les boss ne sont pas forcément originaux, ceux-ci sont diversifiés et offrent chacun un défi demandant la maitrise des différents éléments de gameplay. Un mode de coopération en ligne (mais une nouvelle fois rien en local) est également disponible, pour prolonger le plaisir, sans oublier la joie du scoring (!), ajoutez des modes de difficultés supplémentaires à ne surtout pas négliger et vous avez un jeu qui ne vous lassera pas de sitôt. On aurait tout de même aimé un peu plus de contenu, avec quelques niveaux supplémentaires ou des vaisseaux à débloquer, mais pour le prix demandé le contenu est très honnête.

Chose capitale pour tout bon shoot’em up, la fluidité est au rendez-vous à chaque instant. Pas un ralentissement ne vient gâcher les grandes séquences de massacres qui s’enchainent à toute vitesse. Cette fluidité couplée à la montagne de voxels et autres particules qui se déchainent à l’écran nous montre que la PS4 fait bien partie de cette particule-gen où les centaines de particules simultanément à l’écran semblent être une obligation. Sans atteindre des sommets graphiques, Resogun est beau, et on apprécie d’autant plus ce charme avec la quantité d’objets affichés.

Agréable à l’oeil, complet et original, le titre de Housemarque s’impose comme un excellent titre de lancement en téléchargement et même comme une exclusivité de premier ordre tout simplement. On peut regretter que le terrain cylindrique limite les interactions avec le décor, rendant les niveaux assez proches les uns des autres mais les ennemis présents sont là pour nous faire oublier ce détail. Les mécaniques de scoring indispensables aux shoot’em up sont bien présentes et surtout accessibles à ceux qui n’ont pas déjà passé des centaines d’heures sur les classiques du genre. Une façon pour les débutants de s’initier et pour les plus aguerris de se faire plaisir avec un défi bien présent. Resogun est un représentant de premier ordre pour un genre malheureusement trop rare dans nos contrées. Si vous vous intéressez un minimum à la destruction de masse en environnement spatial, voici votre premier meilleur ami de la génération.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Axime 898 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte