Magazine

Pierre Lemaitre, mon nouvel auteur de polars fétiche ...

Publié le 28 février 2014 par Mpbernet

28 février 2014

pierre Lemaitre

Pierre Lemaitre "écrit à la fois lentement et vite, parce qu'il prend son temps pour raconter un geste ou une action mais avec des mots fulgurants", a dit Bernard Pivot.

Evidemment, je soutiens ce propos. Voici donc un grand écrivain qui revendique l’étiquette de culture populaire, qui écrit superbement bien dans un genre qui n’est plus aujourd’hui considéré comme mineur … et c’est légitime. Un créateur de personnages à ranger parmi mes préférés : Fred Vargas, Donna Leon, Claude Izner, Jean Contrucci, sans oublier Maurice Leblanc et Georges Simenon.

A quoi peut bien ressembler le héros de sa trilogie, Camille Verhoeven ? … A part sa petitesse provoquée par l’abus de tabac de sa mère pendant sa grossesse, l’auteur de « Travail soigné » ne nous en dit pas tellement plus …

Et pourtant, moi, j’aime bien me figurer de façon concrète la physionomie de mes enquêteurs préférés. Et aujourd’hui, après avoir lu – hélas dans le désordre – le n°3 puis le N°1 de la trilogie du Commandant Verhoeven, j’ai bien du mal à l’imaginer … Il porte des lunettes, sa mère était une peintre douée qui lui a légué, outre son prénom en hommage à Camille Pissarro, sa taille ridicule d’1 mètre 45, un coup de crayon d’une vivacité plus vraie que la photographie, son père était pharmacien. Il est bon, scrupuleux, d’une intelligence fulgurante … Il a été reçu major du concours des Commissaires après ses études juridiques … Il n’est pas toujours d’équerre avec la procédure, mais voue une amitié sans borne à son supérieur hiérarchique, le Divisionnaire Le Guen.

C’est un homme d’action, très attaché à ses collaborateurs, en particulier Louis, élégant, riche, cultivé, parlant anglais, dont on se demande bien pourquoi il a choisi de servir dans la police. Mais il apprécie beaucoup la méticulosité d’Armand, avare maladif et dénicheur infatigable d’indices pertinents.

P1120517

phoenix

Alors me voilà partie à nouveau derrière un nouveau héros de polar, sombre, malheureux, tendre et adoré de ses hommes.

Quelle tête lui donnera un réalisateur de cinéma, ou de série télévisée à succès ?

Ressemblera-t-il à son créateur avec un visage taillé à la serpe ?

En tous cas, le casting et les décors d’un épisode d’ouverture comme « Travail soigné » demandera beaucoup d’inventivité … Si je me prenais à imaginer des traits pour Camille Verhoeven, je crois que j’aimerais bien qu’il ressemble à Joaquin Phoenix …même si cet acteur tourmenté mesure un peu plus d'1,70 m, on peut toujours filmer en contre-plongée ...

En parallèle, et directement sous l’influence de Pierre Lemaitre, je viens de me commander l’intégrale des romans d’Emile Gaboriau, père du roman policier français …


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte