Magazine Science

Plus de 700 nouvelles exoplanètes confirmées

Publié le 28 février 2014 par Pyxmalion @pyxmalion

715newexoplanets

Le 26 février, une équipe de chercheurs a annoncée l’ajout de 715 nouvelles exoplanètes. 95 % d’entre elles sont plus petites que Neptune. A présent, nous en connaissons 1 690 depuis la première découverte en 1995.

« Une nouvelle ère en astronomie »

« Il est donc d’innombrables soleils et un nombre infini de terres tournant autour de ces soleils, à l’instar des sept “terres” la Terre, la Lune, les cinq pla­nètes alors connues : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne que nous voyons tourner autour du Soleil qui nous est proche » écrivait en 1584, l’audacieux et brillant philosophe Giordano Bruno dans son ouvrage « L’Infini, l’Univers et les Mondes ». Une intuition que l’on sait aujourd’hui juste, mais qui, malheureusement, lui coûta plus de huit années d’emprisonnement et de torture par des représentants de l’Église lesquels, finalement, le condamneront au bûcher en 1600. Quelques années plus tard, c’était au tour du physicien et mathématicien Galileo Galilei d’abjurer ces écrits.

Bref, un peu moins de 400 ans après ses découvertes des satellites de Jupiter, des reliefs lunaires ou encore des taches solaires (1609-1610) grâce à une lunette adaptée par ses soins, une équipe d’astronomes confirmait avoir débusquer la première exoplanète de l’histoire. Un autre monde, géant et gazeux en orbite très proche de son étoile (51 Pegasi) détectée en 1994 puis confirmée en 1995. Ce n’était peut-être pas une « terre » qui nous ressemble, mais elle ouvrait la voie à de nouvelles recherches. Des perspectives susceptibles de changer notre vision du cosmos. Songez qu’en un peu moins de 20 ans, le cap des 1 000 planètes extrasolaires connues était annoncé (automne 2013).

Nouvelle moisson

Depuis le lancement du satellite Kepler en 2009, chargés d’observer les éventuels changements de luminosité d’un échantillon de 150 000 étoiles — en direction de la constellation du Cygne — afin de déceler la présence ou non d’une ou plusieurs planètes qui transiteraient devant, les chiffres ont explosé !

Puis, le 26 février 2014, leur nombre a grandi 44 % passant de 1 065 à 1 690 exoplanètes confirmées !
Quant aux candidates identifiées dans les données de Kepler durant quatre ans d’observations assidues, elles sont à présent 3 845 ! Naturellement, de nouvelles planètes vont continuer à s’ajouter.

Comme l’explique la NASA lors de cette annonce — corroborée par les articles scientifiques qui seront publiés dans le numéro du 10 mars de The Astrophysical Journal —, toutes ces exoplanètes n’ont pas été confirmées par la méthode habituelle dite de « vitesse radiale« , mais par une « technique appelée vérification par la multiplicité, laquelle repose en partie sur la logique de probabilité ». De cette façon, 715 exoplanètes ont pu être distinguées dans les archives du satellite entre mai 2009 et mars 2011.

Plus de 700 nouvelles exoplanètes confirmées

Exoplanètes connues par catégorie – En bleu, celles découvertes avant l’annonce des 715 planètes le 26 février

Peu de planètes habitables

Une belle moisson où 95 % des planètes identifiées sont plus petites que notre Neptune (planète gazeuse 4 fois plus grande que la Terre). Parmi elles, l’équipe de chercheurs en a découvert quatre dont la taille est inférieure à 2,5 fois celle de notre planète, circulant dans leurs zones habitables (région autour d’une étoile où la température clémente autorise l’eau à rester liquide durablement ; variables selon la luminosité de son soleil).

« De cette étude, nous avons appris que les planètes dans ces systèmes multiples sont petites et leurs orbites sont plates et circulaires » témoigne Jason Rowe (institut SETI) qui a participé à ces recherches. « Plus nous explorons, plus nous trouvons des traces familières de nous-mêmes parmi les étoiles qui nous rappellent notre maison (notre biosphère) ».

D’innombrables étoiles dont la lumière a été enregistrée par Kepler restent encore à être étudiées, passer au peigne fin. N’oublions pas que tout cela ne représente qu’une toute petite partie du ciel, dans un rayon de quelques milliers d’années-lumière. Aussin

, si tout va bien, la mission PLATO (PLAnetary Transits and Oscillation of stars) développée par l’ESA, pourra quant à elle, épiée dés 2024, des centaines de milliers d’étoiles. Le projet a été voté le 19 février dernier. Associé aux nouvelles technologies qui accroissent la sensibilité et la précision des instruments, sur Terre ou en orbite, les planètes habitables qui ressemblent à notre Terre seront en mesure d’être repérées et caractérisées dans un avenir proche. Ce n’est que commencement.

« Les mondes de même sont en nombre infini, aussi bien ceux qui ressemblent aux nôtres que ceux qui diffèrent (…) les êtres vivants, les planètes et toutes les choses visibles pour­raient ou non exister dans tel monde ». Épicure — « Lettre à Hérodote ».

Historique des découvertes depuis 1995

Historique des découvertes depuis 1995


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pyxmalion 23432 partages Voir son profil
Voir son blog