Magazine Environnement

La curcumine du curcuma – une révélation santé.

Publié le 17 mars 2014 par Affaircenter @affaircenter

La curcumine du curcuma

Toute la force de la nature semble concentré en son sein. Le profit remarquable de cette épice pour notre bien-être est sans équivalent. Venez découvrir la molécule naturelle la plus prometteuse de ce siècle et pour longtemps!

curcumin

COMPOSITION – CONSTITUANTS – PRINCIPES ACTIFS
Les principales substances contenues dans le curcuma sont les curcuminoïdes (la curcumine constitue environ 90 % de ces composés). Il s’agit d’antioxydants très puissants, qui pourraient expliquer un certain nombre des indications médicinales traditionnelles de cette plante, notamment pour le traitement de divers troubles inflammatoires dont les douleurs rhumatismales ou menstruelles. En Asie et en Inde, il est également utilisé de façon topique pour accélérer la guérison des ulcères, des blessures ainsi que des lésions causées par la gale et l’eczéma, par exemple.
Par ailleurs, le curcuma est composé d’huile essentielle (3 à 5% de zingibérène, de curcumènes et de turmérones), de principes amers, de résine et de composés phénoliques dérivés de l’acide caféique.

BIENFAITS – EFFETS SUR L’ORGANISME

Anti-inflammatoire

Une des propriétés du curcuma réside dans son pouvoir anti-inflammatoire. Celui-ci s’exerce en réprimant les fonctions des principaux acteurs de l’inflammation, les cellules neutrophiles. Des essais in vitro et sur des animaux ont donné des résultats positifs pour le traitement de la colite ulcéreuse, de l’arthrite rhumatoïde, du syndrôme de l’intestin irritable, de la maladie de Crohn et de la pancréatite. Chez l’humain, les données sont encore parcellaires et il faudra attendre les résultats de plusieurs essais cliniques en cours pour se faire une idée plus exacte de son efficacité.
Lors d’essais, la curcumine s’est montrée aussi efficace que des anti-inflammatoires classiques (phénylbutazone dans le traitement de l’arthrite rhumatoïde et ibuprofène sur des personnes souffrant d’arthrose.
Par ailleurs, la curcumine a donné des résultats encourageants pour le traitement des œdèmes post-opératoires et de certaines inflammations de l’oeil.

Anti-oxydant

La curcumine et ses dérivés sont anti-oxydants, piégeurs de radicaux libres et hépato-protecteurs.
Foie – Cholestérol – Colon irritable
Remède traditionnel contre la crise de foie, le curcuma agit en augmentant la sécrétion de la bile dans l’intestin lors des phases digestives et sa synthèse par les cellules du foie (hépatocytes) ainsi que sa sécrétion dans l’intestin lors des phases digestives. La bile va pouvoir alors faciliter l’absorption intestinale des graisses et remplir pleinement sa fonction de solubilisation du cholestérol, favorisant son élimination fécale sous forme de sels biliaires (effet hypocholestérolémiant du curcuma).

Le curcuma agit d’autre part sur le syndrome du colon irritable qui est une modification de la vitesse de passage des aliments dans l’intestin accompagnée de malaises. Le curcuma agit contre ce syndrome, aussi appelé colopathie fonctionnelle, en stimulant de façon très sensible la production et la qualité du mucus gastrique. Celui-ci va alors tapisser la paroi intestinale et combattre les irritations, favorisant également une bonne rééducation du transit intestinal et une atténuation des douleurs abdominales.
Au bilan, le curcuma traite les symptômes de la crise de foie et du « colon irritable » et a un effet hypocholestérolémiant.

Troubles digestifs

La Commission E et l’Organisation mondiale de la Santé reconnaissent l’efficacité des rhizomes du curcuma pour traiter la dyspepsie, c’est-à-dire des troubles digestifs, comme les maux d’estomac, les nausées, la perte d’appétit, les sensations de lourdeur ou le mal des transports.

Cancer – Anti-tumoral
Cancer -anti-tumoralrisque fumeur. Seulement 5 Indiens sur 100 000 sont touchés par le cancer de la prostate alors que cette maladie affecte environ 100 Nord-Américains sur 100 000 et on soupçonne que la forte consommation de curcuma y est pour quelque chose. La synergie des effets anti-inflammatoires et antioxydants de la curcumine permet de contrarier les substances cancérigènes apportées par l’alimentation ou résultant d’un comportement à risque (fumeur,..) en favorisant la fabrication d’enzymes qui aident à se débarrasser des cellules cancéreuses. La consommation de curcuma pourrait être associée à une baisse du risque de cancer chez les fumeurs. Par ailleurs, des études cliniques sont en cours et les premiers résultats sont prometteurs chez les personnes souffrant de de polypes intestinaux (polypose familiale), de cancer du pancréas ou de cancer colorectal, sous réserve que les quantités de curcumine absorbées soient conséquentes : 8 grammes par jour.
De nombreux résultats obtenus in vitro ou in vivo avec les animaux indiquent que la curcumine augmente également les effets thérapeutiques de la radiothérapie et de la chimiothérapie en rendant les cellules cancéreuses plus sensibles à ces traitements. Elle pourrait aussi réduire leurs effets indésirables.
Maladies de la peau – Gale -Eczéma
En application topique locale, le curcuma serait également efficace contre certaines maladies de peau (Gale et Eczéma notamment).
Maladie d’Alzheimer
En Inde, la prévalence de la maladie d’Alzheimer, chez les personnes âgées de 70 à 79 ans, est 4,4 fois inférieure à celle des Etats-Unis. Des chercheurs s’intéressent aux effets bénéfiques potentiels de la curcumine sur cette maladie : 3 essais cliniques sont en cours.

apoptose_cellulaire

PRESENTATION – ASSOCIATION – SYNERGIE
Le curcuma se présente généralement sous forme de poudre séchée ou de gélules de poudre. Il peut également se présenter sous forme de teinture-mère, d’extrait sec, d’extrait standardisé ou de jus.

Les effets du curcuma peuvent être renforcées par l’absorption de certains actifs naturels tels :
- le séné, la sauge, le romarin, la badiane, pour lutter contre les troubles digestifs,
- la chicorée, le radis noir ou l’artichaut, pour améliorer le fonctionnement du foie,
- l’ail, le bouleau, les germes de blé, la camomille pour lutter contre le mauvais cholestérol,
- le shiitake, la spiruline, le ginseng, le silicium organique, la centella asiatica, le thé vert (torréfié à la japonaise), l’éleuthérocoque, pour combattre le risque d’apparition de cancer.

PRECAUTIONS D’EMPLOI – EFFETS SECONDAIRES – CONTRE-INDICATIONS
Aucun effet indésirable connu aux doses habituellement utilisées. Les effets du curcuma et de la curcumine peuvent, cependant, s’ajouter à ceux d’autres plantes, produits naturels ou médicament ayant un effet anti-inflammatoire.
Théoriquement, la curcumine peut interagir avec les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie.
Bien qu’on ne signale aucun cas d’effet indésirable lié à la consommation de curcuma et de curcuminoïdes (curcumine et dérivés) durant la grossesse compte tenu de leur importante consommation par les populations indiennes sans effet secondaire à ce niveau, certains auteurs estiment cependant qu’en raison de son emploi « traditionnel » pour traiter l’aménorrhée (absence de menstruations), les femmes enceintes devraient éviter de prendre de fortes doses de curcuma ou extrait de curcuma.

COMMENT FAIRE LE BON CHOIX
Les consommateurs peuvent être induits en erreur en achetant de la poudre culinaire, faiblement titré en curcumines (5 à 6%). Il n’est pas possible dans ce cas d’en ressentir les bienfaits sur la santé si ce n’est sur la digestion. En effet, pour avoir une action anti-inflammatoire, les doses de curcumines doivent être très élevées.
A cet égard, il est conseillé d’utiliser des extraits de Curcuma fortement titrés en curcuminoïdes (95%) contenant de l’extrait de poivre noir constitué de pipérine, laquelle pipérine permet d’inhiber l’élimination naturelle de la curcumine par l’organisme.
Ainsi, en combinant la curcumine au poivre noir, on obtient une plus grande quantité de curcumine assimilée pour une même dose de curcuma.

CONSOMMATION – MODE – DOSAGE
La grande biodisponibilité d’un extrait de Curcuma titré à 95% en curcuminoïdes, permet de limiter la prise quotidienne d’extrait concentré en curcumine à 2 cuillères à soupe par jour.

L’idéal est de consommer régulièrement du curcuma (curcumine) dans son alimentation. C’est l’ingrédient de base des « currys », un mélange d’épices utilisé pour aromatiser des plats, principalement d’origine indienne mais également de certains pays asiatiques.

Il est également possible de consommer du curcuma sous forme de supplément, que l’on retrouve dans les magasins d’aliments de santé, mais la plupart sont des préparations contenant uniquement de la curcumine, qui n’est que l’un des composants actifs. il est préférable de rechercher un extrait de curcuma, préparés par le processus d’extraction qui utilise du dioxyde de carbone liquéfié pour extraire les composants naturels de curcuma, plutôt que des produits chimiques tels que l’hexane qui pourrait laisser des résidus.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Affaircenter 12585 partages Voir son profil
Voir son blog