Magazine Humeur

Amours de voyages et couple biculturel

Publié le 18 mars 2014 par Thescientist @singlexperiment

voyage et couple biculturelAmi lecteur, ce titre est sans tromperie, je vais aujourd’hui te parler de ces gens qui voyagent et de leurs amours. Alors oui, tu vas peut-être me dire que la plupart des gens voyagent, et que la première partie de mon article va concerner tout le monde ou presque. Et bien non. Si tu crois qu’aux yeux des gens qui voyagent, passer 15 jours dans la station balnéaire de Djerba en All Inclusive c’est voyager, tu vas vite déchanter. Laisse-moi te brosser le portrait de ces personnes et de leurs rapports amoureux.

Portrait

Les gens qui voyagent crachent sur tes vacances au Club Med. Ils ne considèrent pas que tu puisses passer de bonnes vacances ou un bon séjour sans un sac à dos de 60L et des chaussures de rando dans lesquelles glisser tes pieds qui puent pleins d’ampoules. Car oui, en vacances, les gens qui voyagent considéreront le fait de rester plus de 12h au même endroit comme un échec. Il faudra tout voir, tout faire et, idéalement, goûter à tout. Manger chez l’autochtone sera une victoire ultime, une belle diarrhée étant uns point d’orgue magistral et un souvenir d’aventure cocasse. Ils ne se lasseront d’ailleurs jamais de te conter leurs anecdotes stériles pour la centième fois. Les gens qui voyagent font de leurs escapades leurs petites fiertés. A leur retour, ils décoreront leur intérieur de quelques attrapes-poussière exotiques et de quelques photos, immortalisées sous verre, prises de leur main maladroite. Enfin, au planisphère placardé dans leurs toilettes (question d’intimité), ils ajouteront une croix ou une épingle sur les villes qu’ils ont visitées, avant de rêvasser à leur prochaine destination pendant qu’ils posent tranquillement leur pêche en humant avec satisfaction le produit de leur digestion.

Et en amour ?

Ami lecteur, si tu as jeté ton dévolu sur une personne qui voyage, sache que les gens qui voyagent ne s’entichent que d’étrangers ou d’autres gens qui voyagent. Aussi ouverts soient-ils sur le monde, ils sont terriblement sectaires sur le choix de leur moitié. Si tu ne voyages pas, si tu n’aimes pas trop ça, si tu n’en vois pas trop l’intérêt, tu n’existeras pas à leurs yeux ingrats. C’est ainsi, ne t’en vexes pas.

Lors d’une escapade, comme pour la nourriture, les voyageurs mettront un point d’honneur à consommer local, idéalement, c’est une règle de base. Mais ne t’inquiète pas, ami lecteur, si parmi tes amis proches, tu comptes des gens qui voyagent, sache qu’ils t’informeront dès qu’ils côtoieront l’autochtone dans son intimité : c’est une fierté, un accomplissement ultime. Du moins tant qu’ils ne paient pas pour ça (quand ils paient ça ne compte pas).

Bien entendu, ça n’est hélas pas toujours possible, et à défaut de consommer local, consommer c’est déjà pas mal ! Si, l’autochtone est farouche, les gens qui voyagent, lorsqu’ils sont en voyage, ont à leur disposition tout un tas de plans B de haute qualité, eux-mêmes ravis de se taper un(e) touriste en mal de sensations. Au choix, un(e) guide, un clown, un(e) instructeur(/rice) d’une activité quelconque, une autre personne qui voyage, ou que sais-je … mais là encore, ami lecteur, ne t’inquiète pas, ton ami(e) qui voyage t’en parlera à coup sûr !

Enfin, ne t’en fais pas pour eux, les gens qui voyagent ont l’habitude et sauront éviter d’apporter dans leurs bagages une charmante MST.

En revanche, il n’est pas à exclure que l’amourette de voyage se transforme en relation sérieuse et que, plus handicapant qu’une simple mycose, suite à un rapport sexuel, les gens qui voyagent peuvent potentiellement rapporter un organisme pluricellulaire envahissant autrement appelé « petit copain » ou « petite copine ». S’en suivra une relation tumultueuse complexe : le couple biculturel dont voici, pèle-mêle, quelques illustrations.

La vie d’un couple biculturel

Oh, ami lecteur, que ce soit lors d’un voyage ou par hasard en bas de chez toi, tes pas t’ont conduit dans les bras d’une beauté exotique à la peau parfumée. Son sourire est à nul autre pareil. Ses yeux te font voyager à chacun de ses regards. Ta relation toute neuve te fait naviguer sur les eaux calmes aux embruns sucrés du bateau de l’amour. Tu sais que ton bonheur est entier. Ta moitié sait faire des choses de son corps qu’aucun de tes compatriotes n’a su te faire partager, et te fait découvrir de nouveaux plaisirs que tu n’aurais pu imaginer dans tes rêves les plus fous. Joie.

Tu peux filer le parfait amour jusqu’à la fin de tes jours et faire de beaux kévins à double nationalité. Soleil couchant, clap de fin.

Mais la lune de miel peut aussi s’avérer n’être que de courte durée … Vos points communs sont peut-être remarquables, mais vos différences sont colossales. Voilà ce qui peut ne pas marcher.

La nourriture

Ami lecteur, tu te rendras compte des différences entre vos deux cultures quand ta moitié proposera de manger ton animal de compagnie pour la venue de tes beaux-parents (soit parce que ton animal de compagnie est objectivement comestible, appétissant et potentiellement délicieux, soit parce que ta moitié mange tout ce qui a des pattes en dehors du mobilier).

Les croyances

Tu pourras également constater que, sur le plan spirituel, elle souhaitera peut-être te voir embrasser sa religion (ou bien son agnosticisme ou son athéisme assumé) alors que la pratique du satanisme animiste depuis ta plus tendre enfance a fait de toi l’adulte que tu es.

La langue

Qui dit couple biculturel peut aussi dire couple bilingue ! Qu’il peut être excitant et dépaysant de pratiquer une autre langue que la sienne au quotidien. Cependant, quand les mots te manquent ou manquent à ta moitié, et que s’en suivent des scènes de mimes interminables, tu peux parfois avoir le sentiment de partager ta vie avec Lassie (« -ouaf ouaf grrr » « - quoi Lassie ? Tu veux dire que le CAC40 est en baisse de 3,1% à la fermeture ? »). Tu retrouveras alors une forme de solitude cruelle comme seule la vie de couple peut t’en donner.

La distance

Ami lecteur, tôt ou tard, pour une durée plus ou moins longue, tu expérimenteras à coup sûr les joies d’une relation à distance. Je ne développe pas d’avantage ce point et te laisse lire ou relire l’article merveilleux que j’ai déjà écrit à ce sujet ici. Ça devrait te plaire.

Le manque de son pays

Que ce soit toi, ta moitié ou les deux, pour être ensemble, il faudra qu’au moins l’un de vous quitte son pays natal. Et quand bien même l’idée peut sembler séduisante (voire être un soulagement) pour certains, elle pourra être source d’angoisse et de souffrance pour d’autres (« Cindy, je ne peux pas vivre sans munster, adieu »). Tout le monde n’est pas nécessairement fait pour vivre loin de chez soi. La frustration générée (consciemment ou inconsciemment) pourra contribuer à pourrir plus ou moins rapidement ta vie de couple et donc contribuer à son érosion douloureuse.

Tout le reste

Enfin, globalement, il est possible que là où vous aviez vu l’enrichissement mutuel au sein de votre couple biculturel, vous ne voyiez aujourd’hui plus que des points de friction et des déclencheurs de dispute, des incompréhensions, de mauvaises interprétations, des quiproquos, des signes qui veulent dire « je t’aime » pour l’un et « je souhaite que ta famille périsse sous une pelleteuse à neige » pour l’autre … les sources de confits sont infinies. Ainsi, tu expérimenteras la joie d’une rupture biculturelle. A toi l’exotisme des tensions, des crises de nerfs dépaysantes, et puis, il faut dire que c’est une occasion rare et inespérée de se faire copieusement insulter dans langue étrangère !

Aussi, en guise de conclusion, ami lecteur, si tu as l’âme voyageuse et l’envie de te lancer dans une relation de couple biculturel, je te souhaite de beaux voyages, de belles rencontres, des découvertes et une relation foireuse aussi enrichissante qu’inoubliable.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thescientist 265 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines