Magazine Finances

L'ultime krach du Bitcoin ?

Publié le 18 mars 2014 par Raphael57

bitcoins.jpg

Malgré le bruit médiatique autour des scandales politiques dans notre beau pays, l'envenimement de la question ukrainienne, le chômage dont on ne sait plus comment triturer les chiffres pour annoncer au moins une baisse homéopathique, peut-être certains d'entre-vous auront-ils remarqué que la plus célèbre des monnaies électroniques non régulées - le Bitcoin - est sur le point de disparaître corps et biens...

Ce billet a pour finalité de fournir quelques éléments pour comprendre ce qui s'est passé. Mais commençons par quelques éléments sur le Bitcoin, que j'avais déjà donnés dans un ancien billet de mon blog.

Qu'est-ce que le Bitcoin ?

C'est (ou plutôt c'était car je crains qu'il faille parler bientôt au passé...) une monnaie électronique non régulée, conçue en 2009 par l'informaticien Satoshi Nakamoto, mais qui n'a de cours légal dans aucun pays. On peut donc la classer dans ce que je qualifiais de monnaies complémentaires dans ce billet de blog. Le Bitcoin est du reste présenté comme un système de paiement décentralisé, en ce sens qu'il ne nécessite aucun intermédiaire bancaire pour valider les transactions et aucune Banque centrale.

En 2013, Nicolas Doze l'avait présenté sur BFM TV :

Comment fonctionne le système Bitcoin ?

Commençons par ce schéma qui explique comment se déroule une transaction en Bitcoin :

Transaction-Bitcoin.jpg

[ Source : Les Échos ]

Le système Bitcoin - qui fait partie du domaine libre - repose sur une chaîne de bloc, qui est un journal de transactions partagé et public. Il s'apparente ainsi à un système d'échange de fichiers du type peer-to-peer comme BitTorrent. Dès lors, tout utilisateur devra télécharger sur son ordinateur ce journal de transactions et se verra attribuer une adresse bitcoin protégée par une clé privée : 

Bitcoin.jpg

[ Source : Bitcoin.org ]


En pratique, un utilisateur peut obtenir des Bitcoins en les acceptant en tant que paiement pour une vente, ou en les achetant notamment sur une bourse d'échange en ligne comme Mt.Gox (50 % des échanges mondiaux, contre 27 % pour Bitstamp et 11,2 % pour BTC-E). A terme, le système a été conçu  pour que le montant maximum de Bitcoins en circulation ne dépasse pas environ 21 millions d'unités.

Tout cela semble très intéressant, mais à l'origine il a bien fallu créer les premiers Bitcoins et les distribuer. C'est là qu'intervient un processus appelé "minage", qui consiste à créer 25 Bitcoins et à les affecter à une personne (le "mineur") qui aura contribué à vérifier la validité des opérations en installant sur son ordinateur un logiciel spécifique à cet effet. Ces mineurs sont donc rémunérés à mesure des calculs effectués, mais la forte concurrence entre ces personnes pour obtenir de nouveaux Bitcoins et la puissance très importante de calcul nécessaire, rendent le minage de plus en plus difficile sinon impossible.

Que s'est-il passé avec le Bitcoin ?

Le 24 février a sonné le tocsin, puisque la principale bourse d'échange en ligne dont j'ai parlé plus haut, Mt.Gox, affichait d'abord page blanche avant de publier ça :

MTGOX.jpg

Bref, si vous aviez des Bitcoins chez Mt.Gox, vous êtes mal partis pour les récupérer puisque la société est sous le coup d'une procédure de faillite ! En même temps tout cela s'annonçait au plus mal depuis quelques semaines déjà, la plateforme d'échange ayant suspendu ses cotations depuis le 7 février.

Or, juste avant de disparaître, la cotation bitcoin-dollar chez Mt.Gox avait cédé près de 80 % par rapport au début de l'année ! Rappelons que le Bitcoin est coutumier de ce genre de yoyo, car il avait déjà connu un mini-krach en 2011 - lorsqu'il était passé de moins d'un dollar à 30 dollars avant de redescendre sous les 3 dollars - et un autre krach au printemps 2013 - le Bitcoin avait  perdu plus 70 % de sa valeur.

cours-bitcoin.png

[ Source : La Tribune ]

Mais que s'est-il donc passé avec Mt.Gox ? Certains affirment que la plateforme aurait été victime d'un bug informatique, mais plus certainement d'un piratage massif avec vol de bitcoins. On sait de sources sûres que des failles de sécurité existent et que d'autres attaques avaient déjà fait mouche sur la plateforme Mt.Gox, notamment en 2011.

Le Bitcoin est-il mort ?

Pour l'instant non ! Mais l'onde de choc du 24 février menaçait de se transmettre aux autres plateformes d'échanges, qui cherchent depuis lors à rassurer les clients qui ont la furieuse impression de se retrouver dans la même situation que lorsqu'une banque ferme... sauf que dans ce cas il existe un système d'assurance des dépôts, même si celui-ci est loin de garantir la survie de tout le système bancaire.

A croire que les agents économiques êtres humains doués en théorie d'intelligence ne sont capables de comprendre l'intérêt d'une régulation que lorsque leur argent s'évanouit, que ce soit avec la crise des subprimes ou le krach du Bitcoin... Il est vrai qu'en l'absence de régulateur et de Banque centrale, je ne vois pas trop vers qui vont pouvoir se retourner les personnes qui n'ont plus leurs Bitcoins. Et je ne parle même pas de ceux qui les ont égarés dans une décharge !

Mais quand bien même chaque plateforme ne cesse de répéter à l'envi que, à l'instar d'Internet, l'architecture décentralisée du Bitcoin permet au système de ne pas s'effondrer même lorsqu'un acteur tombe, la confiance s'étiole. Au vu des pertes financières subies par certains - on parle de millions de dollars -, la réputation du Bitcoin est donc sérieusement entachée.

 

Pour ma part, je renouvelle mes conclusions plusieurs fois reprises sur mon blog : le Bitcoin n'est pas une monnaie mais un actif à très haut risque, puisque non régulé, qui ne s'adresse pas à Monsieur Tout-le-monde. Au reste, demandez-vous qui accepterait de déposer son argent sur un compte dont la sécurité laisse autant à désirer, où l'absence de régulation est érigée en principe, où l'anonymat permet de blanchir impunément des capitaux ? A mon sens des spéculateurs, des escrocs, ou des fous à lier... Au reste, mes doutes sont visiblement partagés par la Banque de France qui a commis cette note d'avertissement en décembre 2013.

Quand on pense qu'à l'été 2013, le Bitcoin venait d'obtenir un statut de monnaie privée en Allemagne, c'est-à-dire l'autorisation d'être utilisé légalement pour les transactions... Et pendant ce temps, la crise qui n'en finit pas au sein de la zone euro démontre chaque jour un peu plus l'impossibilité évidente de piloter une monnaie unique pour des pays avec des économies si différentes !

N.B : l'image de ce billet provient d'un article du site Techvibes.com


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Raphael57 947 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine