Magazine Sport

Trail de la montagne de Reims: des Bosses et des bulles! ;-)

Publié le 18 mars 2014 par Sylvainbazin
Je suis dans le train qui me ramène dans les Alpes après un bien sympathique week-end champenois. 
Un week-end qui me faisait retourner sur mes pas de l'automne,  puisque j'étais passé à Reims lors de ma Via Francigena. C'est d'ailleurs après l'étape entre Reims et Châlons,  partagé entre autres avec mon ami Stephen Hermann,  que nous avions dîné chez Nicole et Fabien, des amis de Stephen,  membre de l'association Trail Aventures, organisatrice de cet événement. Je rencontrais ensuite le reste de l'équipe dont le directeur de course Benoît à l'occasion du trail de Trevire en janvier. 
Peu de temps après,  comme nous avions bien sympathisé, ils me proposaient d'être le parrain de la 7e édition de leur trail de la montagne de Reims, qui se déroule bien entendu dans le fameux vignoble. J'acceptais avec joie.
Mon séjour champenois démarrait d'ailleurs sous le signe du vin qui pétille, puisque dès mon arrivée je retrouvais certains membres de l'association pour une bien intéressante visite des caves du fameux domaine de Pommery. Je connais assez bien Reims et sa région, j'y étais souvent venu avec mes parents chez nos amis les Jacon (que je reverrai avec plaisir ce samedi, avant la remise des dossards), mais je n'étais jamais descendu dans ces impressionnantes crayères. Pas moins de dix-huit kilomètres de galeries pour la seule compagnie Pommery. 
Notre guide nous explique les différentes étapes de la fabrication du mythique breuvage, tandis que mes compagnons et moi admiront les lieux et les oeuvres d'art contemporain exposés dans les lieux. 
Après une soirée amicale, où je retrouve d'autres membres du club, dont la pétillante Edith Doyen que j'avais déjà rencontré sur de nombreuses courses, et une bonne nuit de repos, je rejoins le lendemain le village de , lieu de départ du trail. Là, j'aurai la joie de rencontrer de nombreux coureurs et de dédicacer des exemplaires de mon livre. Il faut dire que je suis bien mis en valeur par mes amis champenois, qui me font une bonne publicité! 
Je suis aussi touché, encore une fois, par ces marques de sympathie qui me montrent que ma démarche n'est pas tout à fait vaine. Mes voyages à pied semblent inspirer, faire rêver, et c'est une belle récompense que d'en recueillir le témoignage. 
Je loge, avec d'autres coureurs, chez un petit récoltant du village. La dimension n'est pas la même que chez Pommery, mais c'est bien le champagne qui fait vivre une grande partie de la population locale. Le paysage, que je retrouve donc depuis mon passage sur la Via Francigena, est bien vallonné: peut-être pas une vraie montagne, mais la promesse d'un parcours vallonné. 
C'est d'ailleurs bien cela qui m'attend le lendemain: 34 kilomètres, 850 mètres de dénivelé, à dévaler les vignes et les sous-bois. Ces derniers, malgré le beau temps et la chaleur de ce mois de mars, sont encore souvent trempés et boueux; mais ce n'est rien comparé à la "norme" de l'épreuve, m'assure t on. 
Je rencontre encore quelques coureurs avant le départ, il faut dire que je ne suis pas tout seul: nous sommes plus de 1000 à prendre part aux deux épreuves de 15 et 35 kilomètres. 
Le départ est donc donné sous un beau ciel bleu, revenu après un passage de grisaille la veille. Ca va vite. Je sens presque dès les premiers mètres que je ne suis pas aussi en verve que les deux semaines passées. Du coup, je modère vite mon allure. Les passages boueux ne me conviennent pas trop, je n'arrive pas à "passer la seconde". Je vais donc courir plutôt tranquillement. Je pense que j'ai tout de même forcé la semaine passée et la fatigue, même si elle n'a rien à voir avec mon état inquiétant du mois précédent, est encore là. 
Je profite du paysage, du passage au bord d'un bel étang, de la traversée des vignes. Je discute agréablement avec Loïc, un coureur rémois, pendant quelques kilomètres. Je me réveille juste pour les deux derniers, où je rattrape cinq coureurs, dans la dernière descente. Mais bon, je n'ai pas vraiment pu courir. Qu'importe, j'ai passé un bon moment tout de même, pour terminer à la 28e place en 3h01. 
Le temps de continuer de se détendre et de discuter autour d'une potée champenoise et d'une coupe du précieux liquide à bulles, et je dois donc quitter mes amis champenois après un beau week-end dont je retiendrai vraiment longtemps le bel accueil que l'on m'y a réservé! 
Je vais maintenant surtout me consacrer à mon travail pour boucler dans les temps le "spécial chaussures" du magazine Wider et le reste de mes articles avant de partir pour une longue balade, à nouveau sur les chemins qui mènent à Saint-Jacques... 
Trail de la montagne de Reims: des Bosses et des bulles! ;-)Photo: Laurent Vautrin. (rencontré au départ!)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sylvainbazin 13085 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines