Magazine Santé

FERTILITÉ: Le stress retarde la grossesse et accroît l'infertilité – Human reproduction

Publié le 24 mars 2014 par Santelog @santelog

FERTILITÉ: Le stress retarde la grossesse et accroît l'infertilité – Human reproductionLe stress peut non seulement retarder la grossesse mais augmenter considérablement le risque d’infertilité, nous explique cette étude de l’Ohio State University. On savait que le stress favorise la maladie cardiaque et la dépression, ces conclusions publiées dans la revue Human reproduction, contribuent à expliquer certaines grossesses tardives et une partie des troubles de la fertilité. Avoir des difficultés à tomber enceinte peut être extrêmement stressant pour le couple, ces nouvelles données contribuent à expliquer la relation réciproque entre stress et infertilité.

Cette étude, la poursuite et la confirmation d’une précédente étude menée au Royaume-Uni, constate que les femmes avec des niveaux élevés d’un marqueur biologique de stress, l’alpha-amylase, mesuré ici dans la salive, ont une chance réduite de 29% de tomber enceinte sur un mois et sont 2 fois plus susceptibles de répondre à la définition clinique de l’infertilité, soit, ne pas parvenir à tomber enceinte après 12 mois de rapports sexuels réguliers non protégés.

Le Dr Courtney Denning-Johnson Lynch, directeur du département Epidémiologie de la reproduction à l’Université Ohio State constate que plus la femme est sous stress en essayant de concevoir, plus tomber enceinte lui est difficile.

C’est la conclusion de son étude auprès de 501 femmes américaines âgées de 18 à 40 ans, sans problèmes de fertilité connus qui commençaient tout juste à essayer de concevoir un enfant. Son équipe a suivi ces participantes pendant 12 mois -ou jusqu’à ce qu’elles deviennent enceintes- dans le cadre de l’étude LIFE (Longitudinal Investigation of Fertility and the Environment). Les échantillons de salive de 373 femmes ont été régulièrement analysés pour les niveaux de cortisol et d’alpha-amylase, 2 biomarqueurs connus de stress.

  • L’analyse constate que les femmes à niveaux élevés d’alpha-amylase ont une probabilité plus faible de tomber enceinte vs les femmes à faibles niveaux. Des niveaux élevés s’avèrent même associés à un risque plus double d’infertilité.

Réduire son stress avant de concevoir : La conclusion que les femmes qui éprouvent des difficultés à concevoir aient, aussi, recours en cas de stress, aux techniques de réduction du stress qui ont fait leurs preuves, comme le yoga, la méditation en pleine conscience –des pratiques, qui d’ailleurs peuvent être poursuivies avec bénéfices pendant la grossesse. Cependant, il reste entendu que le stress n’est pas le seul ou le facteur le plus important.

Mais, l’élimination de ce facteur avant d’essayer de devenir enceinte peut assurément réduire le délai de conception.

Source: Human Reproduction March 23, 2014 doi: 10.1093/humrep/deu032 Preconception stress increases the risk of infertility: results from a couple-based prospective cohort study—the LIFE study

FERTILITÉ: Le stress retarde la grossesse et accroît l'infertilité – Human reproduction
Pour en savoir plus surla Fertilité

Lire aussi :STRESS et FERTILITÉ : Désir d’enfant ? Déstressez avant.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine