Magazine Sortir

Infected Rooms pour la troisième fois au Grillen

Publié le 24 mars 2014 par Bruno Roch @brunoroch_fr
Infected Rooms pour la troisième fois au Grillen

Article 89 – Troisième édition d’Infected Rooms au Grillen

La troisième édition d’Infected Rooms a attiré 550 personnes (à guichet fermé). Lors de la première édition, il y a un an, des problèmes de sécurité avait été déplorés, mais ils ont été heureusement réglés depuis.

Comme à chaque fois, le Grillen était divisé en deux. Une première salle, appelée le Réacteur, acceuilla du Drums&Bass avec des Dj’s comme Adios B2B Itako (Footwork) , Fooks (Electro / Club) , Pane Mua (Dubstep) et Dr Woody (Techstep) , dont les basses ont fait trembler les coeurs, les corps et les murs. On était près de la crise cardiaque. Une seconde salle, le Labo, a été investie par KMZ(Tech House / Deep House), Matthieu Hammer(Deep House / Tech House) et Jeff Lieb (Deep – House) et leur sons plus House et a attiré un public plus âgé que le Réacteur.
Les sons (sample dans le jargon électro) étaient plus répétitifs au sein du Réacteur. Dans le Labo, on a pu remarqué la présence de parole dans les morceaux de musiques qui sont plus rythmiques que ceux du Réacteur.

« Notre but et de faire découvrir des Dj’s locaux ». – Jean-Louis Atanasiu

« Sur les réseaux sociaux, les plus jeunes se plaignent qu’il y a de plus en plus de vieux, et les plus vieux qu’il y a de plus en plus de jeunes. Tout le monde y trouve son compte » explique Jean-Louis Atanasiu, qui s’occupe de l’organisation et de la programmation au sein d’Unlimited Puzzle.

« Je ne suis là que depuis vingt minutes, et je ne suis allé écouter que le Drum&Bass. Mais je suis avec mes amis, donc ca va. Je suis là pour la musique«  nous livre Luca, 23 ans, de Soultzmatt.

« Je trouve l’ambiance sympa au Grillen. C’est mon deuxième concert, le premier était du reggae. Les fêtes du vins, c’est plus pour la convivialité, ici c’est pour l’amusement » exprime Alexandre, 22 ans, de Guémar.

« Je suis surpris de l’âge moyen bas, mais pas de la musique. On m’a parlé d’une soirée électro. C’était ça ou la télévision. Il y a un bon potentiel musical à Colmar, mais il n’est pas assez mis en avant » explique Sébastien, 30 ans, un habitué du Grillen. » On a fait les pires bêtises avec Florian quand on était au collège et on s’est retrouvé ici après quinze ans. On s’est échangé nos numéros », déclare Sébastien.

« Je suis venu parce que j’avais des places gratuites. On est super content qu’il y a de la vie après onze heure du soir à Colmar », raconte Thierry, bientôt 30 ans, de Colmar.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bruno Roch 225 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine