Magazine

Sauvez votre dimanche! le concert de Grand Corps Malade

Publié le 16 mars 2014 par Laurielit @bloglaurielit

20140315_093642Je faillis un peu à mon rdv du dimanche car aujourd'hui je souhaite vous raconter mon samedi soir qui a un impact sur mon dimanche tellement c'était juste, fort, pleins d'émotions...le concert de Grand Corps Malade au Trianon à Paris.

Je vous parlais du dernier album Funambule il y a quelques semaines sur mon blog. Depuis j'ai écouté et réécouté les anciens albums de Fabien, qui a à son actif 5 albums depuis 2006...alors voilà j'arrive au Trianon (magnifique théâtre par ailleurs), je me pose et je laisse mes oreilles capter tous les mots, vers, phrases et émotions de ce grand corps malade. Il arrive sur scène tel un funambule à béquille. Dès ce moment, l'émotion est palpable dans la salle car si ce n'est pas de la pitié qui nous prend à ce moment-là, c'est sans aucun doute du respect. Respect Fabien, d'arriver sous nos yeux péniblement avec ta béquille, d'oser au final te montrer avec cet handicap et de le vivre simplement, sans te plaindre. On se dit tout de suite que ce mec-là est gorgé de rage de vivre, d'être debout, de vivre les joies et de se battre contre les peines. Il est resté debout, tout le spectacle, avec du coeur et un moral de résistant, comme il le dit si bien dans son texte.

Il démarre cash avec "le théâtre" et nous plonge de suite dans un slam fort. Sa voix grave résonne, la musique est belle et on fait de belles rencontres tout au long du spectacle : L'Amour tout de suite est là. GCM le revendique, il faut aimer c'est tellement beau. On sent que cet amour le rend fort, heureux et qu'il est clé dans sa vie "tant que les gens font l'amour" "te manquer" "les voyages en train". On rencontre aussi la rage de vivre, l'optimisme de ce rescapé et il nous donne une belle leçon de vie justement. Il y a des joies, il y a des peines mais tant qu'on a du coeur et un mental de résistant, il faut y croire, s'accrocher car il y a "le bout du tunnel" (L'exemple de son ami ex prisonnier Laurent). La Poésie, qui pourtant était relou à l'école, Sa poésie nous laisse sans voix. Là je ne peux que dire "chapeau bas l'artiste", il nous prend avec ses mots, joue avec la phonétique et juste quel talent! "J'ai mis des mots" "ma tête, mon coeur" et ce slam sur le poète...quelle claque! Les mots s'enchaînent et on se dit toujours "bon là c'est bon, il a utilisé tout ce qui pouvait exister autour de ce son, ce mot et non il nous surprend encore et encore"...et bien entendu on rencontre l'Emotion, celle qui nous fait se dresser les poils, nous fait venir les larmes aux yeux car chacun peut trouver un bout de son histoire dans les textes de GCM. J'ai été personnellement touchée par les textes ayant trait à l'amour, la paternité (ce dialogue avec son fils, quelle beauté) et les "rencontres" où il parle de la tendresse, de la détresse, de la vie...

Bref un vrai joli moment avec énormément d'émotions dans la salle. Fabien nous parle, nous fait rire même et nous inspire énormément de respect et d'optimisme, c'est beau. Nous avons eu la chance de le croiser un peu plus tard après le spectacle dans les rues de Paris et lui avons juste dit "merci", respect l'artiste...

dimanche2


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Laurielit 3519 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte