Magazine Médias

Skin

Publié le 24 mars 2014 par Montagnessavoie
Par hasard, mais il n'y a pas de hasard, je suis tombée en cours de route, en zappant, sur des images qui m'ont interpellée. Inutile de vous dire que c'était sur Arte, seule chaîne qui tente encore d'éveiller les esprits.
Afrique du Sud. Apartheid. Deux parents blancs donnent naissance à une enfant métisse, Sandra. Ils se battent pour qu'elle bénéficie d'une éducation "normale", c'est-à-dire pour qu'elle soit reconnue comme blanche. Considérée comme une bête curieuse par les journalistes qui assaillent le couple, objet d'étude pour la science, la fillette ne se sent pourtant pas comme ses parents ou son grand-frère. Elle sait qu'elle est leur enfant, elle sait aussi, profondément, qu'elle n'est pas comme eux. Elle porte dans son corps, souffre dans ses tripes les contradictions auxquelles elle doit faire face au quotidien, non seulement dès qu'elle sort de chez elle, mais avant tout face à son reflet dans le miroir.
Sandra grandit, devient adolescente, puis femme. Elle rencontre plusieurs prétendants blancs mais aucun ne lui convient : l'un lui rappelle maladroitement sa différence physique, la plaçant ainsi dans une situation d'infériorité ; un autre ne voit en elle que l'occasion d'assouvir une pulsion malsaine. Et ce qui doit arriver arrive : rejetée par ceux qu'un tribunal lui a finalement désignés comme "semblables", Sandra tombe amoureuse de Pétrus, ouvrier noir travaillant pour son père, en qui elle trouve le réconfort qui lui manque. Tout bascule alors. On comprend que le père, qu'on avait pris pour un humaniste, n'est en réalité rien de plus qu'un blanc qui a cherché à protéger sa fille. L'apartheid est là et bien là, et Sandra doit choisir entre son amour et sa famille. La violence se déchaîne, le fossé se creuse. Le film exprime parfaitement le tiraillement intérieur et tout ce qui se joue pour la protagoniste, qui vit écartelée entre deux mondes impossibles à réunir mais qui cohabitent pourtant en elle. Comment ne pas être touché par le jeu bouleversant de l'actrice, Sophie Okonedo, et par le récit de cette histoire vraie qui va bien au-delà de l'apartheid. On ne peut que se reconnaître en Sandra, on ne peut que trembler d'effroi face à ce qu'elle a vécu et d'admiration pour cette fille, cette femme qui n'a pas eu d'autre choix que de survivre entre deux extrêmes.
Et si l'on va un tout petit peu plus loin, en fait, juste sous notre nez, on se rend compte qu'on a tous un apartheid dans la tête, qu'on vit tous des situations d'apartheid qui nous entraînent de force vers des chemins qui longent le précipice. 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Montagnessavoie 1226 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog