Magazine Sortir

Présentation d’un livre sur Thérèse Bonney

Publié le 25 mars 2014 par Bruno Roch @brunoroch_fr
Présentation d’un livre sur Thérèse Bonney

Article 90 – Une Américaine à la rescousse d’un village alsacien

Travail de mémoire entamé il y a une dizaine d’année à l’initiative de Jean-Pierre Foltzer entouré d’autres particuliers, et organisé par Gérard Cardonne qui se demandait : « Pourquoi personne n’en parle ? »

Quelques habitants de la commune d’Ammerschwihr s’étaient réunis à la cave Jean-Baptiste Adam pour la présentation de la deuxième édition d’un ouvrage à la mémoire de Thérèse Bonney intitulé « Miss Thérèse Bonney », écrit par Gérard Cardonne et Francis Lichtlé. Gabrielle Donnard, présidente de l’association Alsace Etats-Unis du Haut-Rhin, et Sumru Bilbasar, représente de Evan G. Reade, Consul Général des Etats-Unis à Strasbourg étaient aussi présentes.

Gérard Cardonne a fait un travail de recherche considérable. Cet ouvrage est le fruit d’un travail immense mais encore inachevé, car de nombreuses archives personnelles de Thérèse Bonney, n’ont pas encore pu être exploitées.

Après la Libértation, Miss Bonney venait séjourner dans la maison familiale de Jean-Pierre Foltzer à chaque fois qu’elle revenait en Alsace. Tout deux ont pu tisser des liens étroits, et c’est cela qui a motivé Jean-Pierre Foltzer a initié ce travail. « C’est la passion de Gérard Cardonne qui permet de faire vivre Thérèse Bonnet » explique-t-il

Thérèse Bonney est une personne aux multiples facettes. Elle était journaliste, photographe, artiste, et militaire. Elle a toujours été sensible à l’art, à la culture, et à l’architecture. Elle passa par hazard dans les ruines d’Ammerschwihr et après avoir pris connaissance de l’état de la commune et de ses habitant, elle y fit apporter du matériel, de la nourriture et des jouets. Elle organisa un voyage à St-Jean de Luz pour les enfants de la commune, et initia la reconstruction du vignoble. Elle est ensuite devenu la marraine de la commune ainsi que citoyenne d’honneur.

Cette présentation coïncide avec la commémoration de la libération de la poche de Colmar. Cette nouvelle édition possède trois témoignages de plus, des documents d’archives comme le compte-rendu du voyage à St-Jean de Luz, ainsi qu’une lettre de Miss Bonney.

« J’avais 15 ou 16 ans à l’époque. Elle avait toujours du chocolat sur elle, et des chewing-gum. C’était une très belle femme. Elle m’a donné des semences de melon. C’est comme ça qu’Ammerschwihr a connu les melons », a témoigné Jean Adam lors de la présentation de l’ouvrage.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bruno Roch 225 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine