Magazine

LE singe en hiver

Publié le 25 mars 2014 par Paniervolant



C'était la fin de l'hiver, et il faisait encore froid, nous étions entre deux collections de haute-couture chez Louis Féraud, une période sans stress.

Mes voisins jamaïcains, Valérie et Tony, avaient terminé leur contrat aux Folies Pigalle et souhaitaient présenter leur spectacle dans un autre club.
C'est ainsi qu'ils décidèrent de se rendre pour quelques jours à Londres, très en vogue à cette époque.
Or, ils possédaient un singe et s'ils s'y rendaient avec leur animal de compagnie, celui-ci risquait d'être mis en quarantaine, ce qui n'arrangeait pas le couple artiste désireux de faire un bref passage dans la capitale britannique.
Valérie l'aurait bien caché dans la doublure de son manteau en fourrure, pour l'emmener avec elle sur le vol Paris Londres, après lui avoir administré une dose de somnifère.
Je lui expliquais que l'idée était mauvaise, ne sachant pas doser le somnifère, une trop forte dose risquait de tuer le petit singe, et une dose légère pouvait le réveiller dans l'avion et attirer les soupçons du personnel navigant.
La seule solution qui s'imposait était de le laisser à Paris, sous ma garde ou celle de Gérald, pendant les trois jours d'absence de ses maîtres.

Gérald se couchait tard après le spectacle, il était donc préférable de laisser l'animal dans l'appartement de ses maitres absents, tout en observant une surveillance régulière.
C'est ainsi qu'après avoir quitté le studio chez Louis Féraud, je lui rendis visite.
Catastrophe, l'appartement était sens dessus-dessous, dans un état lamentable.
J'en conclu que le pauvre animal ne pouvait pas supporter la solitude.
Je le pris donc dans notre appartement où l'animal resta très calme.

Le lendemain matin, il fallait bien me rendre au studio chez Louis Féraud, et comme j'avais pris certaines habitudes dans la maison, je me résolus d'emmener le singe avec moi !!!!
Mais quelle idée inimaginable m'avait trottée dans la tête de me présenter avec un tel animal chez un couturier de renom.

Le voilà qui déambulait dans la maison de couture, faisant des acrobaties par-ci, par-là s'accrochant sur la jolie rampe d'escalier qui menait de la boutique au studio !!!! Je tentais de le rattraper, hélas, il partit se camoufler dans les robes de haute-couture exposées sur un portant, en prévision d'un rendez-vous important avec une cliente importante !!!!!

La pire des catastrophe pouvait se produire, j'imaginais le singe se soulager d'un besoin pressant sur l'une des robes d'étoffes et broderies précieuses !!!!
Par miracle je réussis à l'attraper, au moment où Louis Féraud fit son apparition.........

Il était totalement interloqué, bien que très ouvert d'esprit, il n'avait pas dû apprécier la présence de cet animal dans la maison de couture et mon explication lui parut totalement loufoque.
L'arrivée de la cliente importante était imminente, Il m'ordonna donc de rentrer immédiatement chez moi. Ce que je fis sans hésitation, totalement confuse de cette stupide initiative de ma part.

J'en conclus que mes jours étaient comptés dans cette maison de couture, face à l'Elysée.

Il n'en fut rien, et la vie du studio allait reprendre son cours normal, mais je n'allais finalement pas m'enraciner chez ce couturier..............

LE singe en hiver

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Paniervolant 470 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte