Magazine High tech

Test : Hifiman HM-802

Publié le 27 mars 2014 par Tupperwav @TupperWav

Juste après son HM-901, Hifiman nous en remet une couche avec la version « Wolfson » de son nouveau DAP haut de gamme : le HM-802 (dans la continuité de feu le HM-801 pour les amateurs). Simple coquetterie, ou véritable différenciation de produit pour les amateurs du son plus chaleureux , voici la réponse avec le tuppertest du HM-802 pour vos esprits malades et audiophiles que je sens déjà … salement intrigués.

1. HM-802 et différences principales par rapport au HM-901

Un simple coup d’œil à la fiche technique permettra d’identifier les trois gros points de divergence des deux produits :

  • Le HM-802 embarque deux puces Wolfson WM8740 contre deux Sabre ES9018 pour le grand frère
  • Le HM-802 est annoncé pour une autonomie de 11h, contre 9/10h pour le HM-901
  • Le HM-802 affiche un faible (très faible) taux de distorsion de 0.0035% contre 0.08% pour le 901

Les dimensions, le poids et le design général ne changent pas. Les deux DAP sont également capable de fonctionner en mode symétrique ou « normal », lisent les mêmes formats de fichiers, et supportent les mêmes bitrates (24 bits/192 kHz).

Notons également que par bonheur, tous les modules d’amplifications du HM-901 sont compatibles avec le HM-802.

2. HM-802, qualité de fabrication / interfaces et fonctionnalités

En ce qui concerne la qualité de fabrication, le produit étant strictement identique visuellement au HM-901, sauf la livrée gris anthracite arborée (rien à voir avec notre passion pour la sylviculture des peupliers communs), referez vous aux paragraphes 2 et 3 relatifs à la qualité de fabrication et à l’interface du HM-901 lisibles ici.

Quelques photos officielles de la bête ci-après

hm802_1
hm802_2
hm802_3

3. Hifiman HM-802 : les performances audio

Les ressemblances physiologiques des deux DAP préfigurent-elles des caractères audio également semblables ? N’y allons pas par quatre chemins. Oui, le HM-802 est un quasi-clone sonore du HM-901 à quelques micro différences, que seules des écouteurs de haute voltige vous aideront à entrevoir.

NB : Les tests ont été réalisés avec des Earsonics EM32, EM2, et un Grado SR325i,  des fichiers FLAC sur une carte SDHC de 64 go avec adaptateur SD. Côté carte amplificatrice nous avons testé le module « asymétrique ».

3.1. Signature

Basses et bas médiums

Comme le HM-901, la grande force du DAP est à mon avis ce qu’on appelle communément le « bas de spectre ». En premier lieu parce-que le Hifiman HM-802 sonne lui aussi très juste dans ce registre est propose une plénitude des corps de son déployés toujours naturelle. Ca sonne « plein », ça sonne « là », ça va chercher profond sans toutefois en projeter ostensiblement dans la face. On pourra parler d’une impression de « facilité » dans la restitution.

Ensuite, on appréciera le bon niveau de tension délivrée dans les parties rythmiques les plus agressives, et la légère rondeur qui (exactement comme le grand frère HM-901) vient apporter une touche de douceur dans les attaques. A l’opposé par exemple d’un DX50 certes plus sec, mais forcément moins musical et aussi moins « corpulent ».

Notons toutefois pour les âmes sensibles que sur des In-ears (comme les earsonics EM32 utilisés pour ce test), la claque « physiologique » que peut infliger un baladeur comme le HM-802 dans les basses et bas médium est de nature à vous faire passer vos casques ouverts pour de gentilles dames anglaises amatrices de thé le petit doigt levé. Vous voici prévenus. Quelques exemples ?

« Gojira » sur son excellent « Art of dying » vous noiera sous le déluge de puissance de son batteur d’anthologie (Mario Duplantier), « Klone » et son brillant « Candlelight » vous scotchera au plancher de votre crypte favorite via l’extension abyssale de sa ligne de basse, … et globalement tous vos artistes hurleurs les plus inavouables et autres sombres résidents du bas de spectre devraient vous remercier.

metal lego

Médiums et haut médiums

Très difficile d’aller trouver une différence avec la présentation du HM-901 dans les médiums. Encore beaucoup de naturel, et beaucoup de musicalité, et tout simplement … le « plaisir d’écoute ». On finit par complètement s’oublier dans la musique et entrer dans ce petit état de transe que tout audiophile connait parfaitement. Un moment un peu curieux ou le temps passe sans que l’on n’y fasse plus attention, une sorte de mini saut temporel en Fast forward.

Par rapport à un ibasso DX50, on est ici moins « froid ». Certains pourront parler de « voile » … encore une fois prudence car tout est affaire de perception. Je ne peux qu’affirmer en toute rigueur journalistique que de mon expérience, je n’ai jamais du fixer mon attention exagérément sur le haut de spectre pour entendre les hauts médiums. Et en comparant in fine mes deux lecteurs, je ne peux nier que celui qui me donne le plus de plaisir est aujourd’hui le Hifiman HM-802.

En termes de niveaux relatifs, comme dit pour le HM-901 précédemment,  basses, bas médiums et médiums sont sur une même ligne droite. Les hauts médiums commencent à être très légèrement moins appuyés, et amènent une transition en douceur vers un haut de spectre plus discret  que ceux des ibasso DX50 ou encore du Hisound Studio V par exemple. Pourtant, j’ai tendance à penser que le HM-802 va juste beaucoup plus loin en bas de spectre que ces deux DAP de milieu de gamme, ce qui par effet « relatif » peut amener à trouver les haut medium plus présents chez ces derniers

Mais je vous connais, vous voulez de la preuve … Et bien là c’est tout simplement le « Michel Petrucciani Trio » que je vais appeler à la barre avec son superbe « Hommage à Eneralm Atsenig ». Le piano est d’une présence terrifiante, agile et rebondissant, l’attaque bien staccato suivie du léger fade out de la touche relevée à mi hauteur, le tout relevée de fines nappes de batterie bien membraneuses et étincelantes. un délice de médiums …

cry

Aigus

Même constat que le grand frère. Les amateurs d’aigus cristallins très ostentatoires ne seront probablement pas enjoués par le HM-802, ni par le HM-901, ni d’ailleurs par aucun DAP de la marque Hifiman à ce jour.

Le HM-802 se définit probablement comme un DAP chaleureux, musical, mais qui a cependant tout ce qu’il faut en haut de spectre pour celui qui sait entendre le message musical dans sa globalité, sans avoir besoin d’une restitution emphasée sur telle ou telle partie de spectre.

J’irai même plus loin dans le cas précis du HM-802 et du HM-901. Il faut être capable d’encaisser de forts niveaux de puissance dans les bas registres sans être « court-circuité ». A cette condition seulement, la finesse du haut de spectre de ces DAP pourra s’ouvrir à vous. C’est un entrainement assez difficile, et nombre d’auditeurs qui ont tendance à regrouper beaucoup de produits sous l’appellation « Boom box » devraient peut-être trouver le temps de tenter cet effort d’adaptation de l’oreille. Le bas médium est notamment un pays merveilleux.

Le HM-901 était très performant en haut de spectre, le HM-802 ne l’est pas moins, et je pense même être probablement incapable de départager les deux lecteurs sur des morceaux à la volée en aveugle. Sachons reconnaître parfois nos limites : les deux DAP sont tout simplement très proches et d’un très bon niveau tous les deux pour du nomade.

Côté aigus lors de mes écoutes, j’ai par exemple beaucoup apprécié la finesse des péri-phénomènes audio de l’introduction de l’excellent titre du duo asiatique d’exception « Huong Thanh & Nguyen Lê » sur le titre « The Tales Of The Mountain ».

3.2. Qualités techniques

Inutile d’écrire pour remplir, la aussi la ressemblance du HM-802 avec le HM-901 est quasi totale. Si l’on synthétise les principaux points :

  • Scène sonore : La scène est bien large, et l’étagement des plans est exemplaire. On notera aussi une bonne immersion dans une sphère complète autour de la tête de l’auditeur, qui propose une écoute moins latérale que d’autres DAP.
  • Contraste et dynamique : Un gros point fort de ce DAP avec une écoute sculptée et de beaux contrastes pour peu que les morceaux écoutés aient une dynamique range correcte
  • Rapidité : De « bonne » dans le bas de spectre, à « très bonne » dans le reste des registres, la rapidité du HM-802 n’est certainement pas en reste. Le DAP n’est cependant pas aussi « scalpel » que d’autres DAP comme les Astell & Kern iRiver, ou les iBasso.
  • Niveau de détail / résolution : Les textures de bas de spectre sont très détaillées, probablement plus que tout autre DAP du marché. Les médiums et haut médiums sont très musicaux et fourmillent de détail.

4. Et finalement, il vaut le coup (coût) ce HM-802 ?

A 699€ en France, (300€ de moins que le très onéreux HM-901), Hifiman sort un killer avec son HM-802. Capable de driver avec maestria les IEM comme les casques full size, solide mais rustre en terme de design, ce DAP ne fait toutefois aucun compromis quant à la qualité de restitution audio et le plaisir d’écoute.

Pour terminer, récapitulons quand même les trois principaux défauts du produit à bien avoir en tête avant d’acheter :

  • Le HM-802 souffre d’une autonomie encore trop juste. Il faudra tenter de se rapprocher des « 15 heures » pour les prochaines versions  (soit environs 1 semaine d’autonomie a raison de 2h d’écoute dans les transports par jour)
  • L’UI Hifiman « maison » n’est pas du tout au niveau de la concurrence en terme d’ergonomie. Il suffira d’essayer un Astell & Kern pour s’en convaincre …
  • Enfin côté look et mensurations, … on a connu diablement plus sexy !

Merci à David de chez Audiophonics pour le prêt.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tupperwav 119 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte