Magazine Afrique

Bouteflika, un mandat de trop

Publié le 28 mars 2014 par 250673gc

La fièvre électorale monte en Algérie, où la présidentielle a été fixée pour le 17 avril prochain. Cinq candidats participeront ainsi à ce bal démocratique : Louisa Hanoune (Parti des travailleurs), Moussa Touati (Front national algérien), Ali Fawzi Rebaïne (Ahd 54), Abdelaziz Belaid (un ancien du FLN) et Abdelaziz Bouteflika.

Ce dernier, toujours en responsabilités, reste un sire épatant. Il est l’archétype même d’un politique pour qui la retraite est le vocable à abhorrer, à bannir. Ce qui est fondamental à ses yeux, c’est de s’accrocher à son trône. Ne plus le quitter. Vivre pour lui. Mourir pour lui.

algerie.png

Or à 77 ans, ce président,

récemment victime d’un accident vasculaire cérébral, n’a plus ses forces d’antan. Pourtant, cela ne l’a guère empêché d’annoncer aux Algériens et Algériennes son souhait de briguer un quatrième mandat. Il estime que sa maladie ne doit pas être un obstacle pour assumer les plus hautes fonctions étatiques.

Si, quand même. Une élection suppose un minimum de vigueur physique et intellectuelle, d’allant. C’est bien le sens des contestations, des affiches « Bouteflika ! Dégagez ! » qui ont suivi après cette annonce étonnante. Pour la rue algérienne, le temps Bouteflika est terminé. Il faut maintenant laisser la place à d’autres. A une nouvelle génération de leaders pouvant s’attaquer résolument à la crise économique et sociale qui ronge cette patrie de saint Augustin. 

Guillaume Camara


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


250673gc 1133 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines