Magazine France

360ème semaine politique: Marine Le Pen, maire du village France ?

Publié le 29 mars 2014 par Juan
360ème semaine politique: Marine Le Pen, maire du village France ?

On a cru un temps que Marine Le Pen avait été élue maire du village France. 

Dimanche dernier, les plateaux télévisés étaient encombrés de litotes sans fin sur le succès du Front national. Au sein de l'équipe Hollande, on a été surpris par l'ampleur de la raclée.

La France Bleu Marine

Il avait suffit de près de 400 qualifiés (sur 600), et d'une victoire à Hénin-Beaumont, 26.000 habitants, dès le premier tour - victoire symbolique car dans un ancien fief socialiste du Nord de gauche -  pour que le spectacle détestable soit réussi.
Oui, le Front national a déjà gagné ces élections. Les éléments de langage des uns ou des autres n'y changent rien. La progression des suffrages récoltés et le poids des villes où il est arrivé en tête en sont la preuve. Ce FN, seul à crier si fort contre l'euro, les immigrés, l'islam et la mondialisation, a séduit. On sait que le Front national est un épouvantail facile: il sert de repoussoir à une oligarchie trop heureuse de se trouver des causes faciles. Marine Le Pen est un allié objectif d'un système qui n'ose plus regarder ses propres faiblesses. On sait d'où vient le FN, ses horreurs et son passé. Nos médias relatent avec  prétendue normalisation
Jeudi, Marine Le Pen prévient: les municipalités frontistes ne seront ni des "laboratoires" ni des "modèles". Nulle rupture pétainiste, ni chasse aux sorcières, le FN version mariniste a planqué ses fachos. Il a refait la façade, sa seule rupture serait de "tenir ses promesses". La ficelle est grosse comme un cordage, mais quelques millions de Français s'en contentent.
Dimanche, on a cru un instant que Marine Le Pen avait été élue maire du village France.

La gauche perdue

A gauche, le grand perdant n'était pas François Hollande. Cela fait des mois, plus d'une année qu'Hollande subit un bashing qui n'est pas que sondagier. Les listes socialistes récoltent aujourd'hui ce qu'Hollande subit et sème depuis des mois. Quelques ministres vont perdre leur strapontin municipal. A Marseille, les guérinistes font alliance avec l'UMP Gaudin. Le grand perdant fut la gauche, à peine 37% des suffrages exprimés et un nouveau record d'abstention, 39% des inscrits, et un Sénat perdu aux prochaines élections de septembre...
Le Front de gauche, affaibli par des divisions locales, a résisté grâce à la survivance du communisme municipal et l'énergie de quelques autres. Mais il n'a pas su attirer pour compenser l'effondrement socialiste. Les écologistes tirent leurs quelques épingles du jeu. Mais les éditocrates préfèrent commenter le rebond mariniste que cette résistance-là.
Qui est surpris ?
En face, la droite rassemblée, le Modem absorbé dans l'UDi, elle même UMP-affiliée. Cette grande droite-là ne voulait pas se faire voler la victoire. Qu'importent les principes, pour Jean-François Copé, le Front national n'était plus une si grande menace. Il refuse tout front républicain. Plutôt le FN que le PS. Sur un plateau télévisuel, le jeune Guillaume Peltier (UMP) en rajoute. On nous ressort Laurent Wauquiez qui déteste le RSA. Henri Guaino qui croit toujours écrire pour de Gaulle; Brice Hortefeux qui espère passer entre les gouttes des affaires Sarkozy. La cohorte des amnésiques ou des hypocrites, les mêmes formules pour désigner des problèmes qui existeraient "depuis 40 ans", comme si Nicolas Sarkozy n'avait jamais existé. Cette droite-là a eu le temps de repasser sa robe pour se présenter comme une première fraîcheur devant les électeurs. Elle endosse les mauvaises questions du FN, partage certaines de ses réponses, s'étouffe contre le "coût du travail" et les "rigidités" en tous genres. Pour un peu, elle crierait "tous pourris" sur fond d'affaires Karachi, Bettencourt et Kadhafi.
En coulisses, Nicolas Sarkozy téléphone beaucoup pour féliciter les uns et les autres. Cela faisait 7 ans que la droite n'avait pas gagné une élection nationale. Le grand paradoxe, la véritable hypocrisie chez les centristes notamment, est qu'elle parvient à ce résultat alors que Hollande conduit une politique si proche de leurs programmes qu'on cherche les écarts. Ecouter François Bayrou, qui ne cherche plus qu'à briguer la mairie de Pau grâce au soutien de l'UMP, déclarer que Hollande avait "abusé" les Français a quelque chose de cocasse.

Hollande hors sol

A l'Elysee, il paraît qu'on a été surpris non par la défaite mais par son ampleur. Les conseillers sont tétanisés. Hollande a-t-il compris qu'à force de gouverner trop à droite, il ne renforce que la droite ? A l'heure où nous écrivons ces lignes, nous n'avons que quelques indices favorables comme cette reconnaissance, dans la bouche de Najat Vallaud-Belkacem mercredi, au sortir d'un sinistre conseil des ministres. Mais nous n'avons aucune certitude. Pire, on nous explique qu'Hollande cherche à constituer la meilleur équipe pour mener à bien son Pacte de responsabilité, qu'il fallait présenter en avril. Trente milliards d'euros de réduction de cotisations sociales, cinquante milliards d'euros d'économies d'ici 2017...  Dans l'urgence ou l'affolement, on glisse que des allègements d'impôts pour les ménages sont prochainement annoncés.
Hollande a-t-il compris? Lundi, il explique qu'il faut "hausser le ton contre le Front national". Est-ce vraiment la seule leçon qu'il a retenue de ce premier tour ? Non, assurément, mais on attendait mieux, et surtout autre chose. Mardi, il revient de La Haye, paraît-il pour s'occuper précipitamment d'un remaniement. Car ce remaniement ne fait plus aucun doute, et pourtant tout le monde s'en fiche. L'éditocratie, plutôt que de s'interroger sur les raisons d'une pareille débâcle, glose et se gargarise de simulations sur le casting de la prochaine équipe hollandaise. Vendredi, la messe est dite, mais seul Hollande en connaît les détails. Il a prévenu quelques proches que "sa décision était prise".
Ayrault est blafard quand il livre un bref commentaire officiel dans la soirée de dimanche. Il est en sursis. Hollande attend le second tour. Manuel Valls est "prêt". Dès lundi, il fait campagne. Il veut le job de l'autre. Il rencontre Montebourg, Hamon et même Duflot. La ministre écologiste n'en veut pas à Matignon. Valls a plein d'avantages: il est libéral-compatible, encore très populaire, et si ambitieux qu'il vaut mieux le cramer rapidement à la tête du gouvernement. Mais à quoi sert-il ?

Le tournant à l'envers ?

N'est ce pas plutôt le temps d'un changement de ligne, d'un "tournant" comme en 1983, mais à l'envers ? En 2012, nous attendions un coup de barre à gauche après deux années de redressement. Emmanuel Todd louait ce "mitterrandisme à l'envers", une politique d'abord conventionnelle en début de quinquennat  avant un tournant radical - contraint ou volontaire.
Les élus socialistes, bousculés dans leurs fiefs, ont-ils compris ? Pour une fois, la première depuis mai 2012, leur survie politique personnelle est associée au sort de ce quinquennat. Il fallait que la douche soit glacée, pour qu'ils se sentent enfin mouillés.
Hollande observe mais il est ailleurs. Il reçoit avec les grands honneurs le président de la plus grande dictature du globe. Dîner à Versailles, réception à l'Elysee, 18 milliards d'euros de contrats commerciaux, c'est la parade habituelle. Hollande s'autorise une mention des droits de l'homme dans son discours d'accueil. Amnesty vient de publier son rapport 2014, la Chine exécute davantage que le reste du monde.
Mercredi, la pire des mauvaises nouvelles habituelles, le chômage, encore lui. Il a largement progressé en février. Les incantations à la croissance n'y changent rien.  Jeudi, le Conseil constitutionnel censure deux dispositions de la loi dite "Florange" qui imposait aux entreprises de tout faire pour vendre un établissement dont elles souhaitent se débarrasser, plutôt que de le fermer.
La gauche perd ses manches les unes après les autres, mais la droite n'a pas gagné.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Juan 53884 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte